Hongrie. Le gouvernement nationalise des cliniques pour relancer la natalité

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

En Hongrie, le programme du gouvernement de Viktor Orbán pour stimuler la natalité nationale suit son cours. L’État hongrois vient d’acquérir six cliniques spécialisées dans la fécondation in vitro.

Six cliniques nationalisées en Hongrie

Le projet ne date par d’hier et nous l’avons déjà évoqué à plusieurs reprises sur Breizh-info.com. Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán s’est fixé comme priorité de stimuler la natalité de son pays afin de faire face au déclin démographique qui le guette. Une stratégie qui détonne par rapport aux pays d’Europe de l’Ouest, lesquels préfèrent avoir recours à l’immigration pour répondre à la pénurie de main d’œuvre à venir.

Dernier jalon en date de cette politique nataliste, le gouvernement hongrois a acquis la semaine dernière six cliniques privées spécialisées dans la fécondation in vitro. La nouvelle a été publiée dans le journal officiel Magyar Kozlony le 19 décembre tandis que le gouvernement a qualifié cet achat comme étant une question « d’importance stratégique nationale ». Les établissements désormais aux mains des autorités seront exemptés des règles de la concurrence.

Des mesures pour stimuler la natalité

Par ailleurs, le gouvernement hongrois a déjà introduit une série de mesures, notamment des avantages fiscaux, des prêts subventionnés et d’autres programmes pour développer sa politique familiale. En plus de l’acquisition de ces cliniques, les autorités ont annoncé que les médicaments utilisés dans les traitements de fertilité seraient gratuits à partir du 1er janvier et que les limitations de volume pour les traitements de FIV financés par l’État seraient abolies afin d’éliminer les listes d’attente. Avant ces nouvelles dispositions, la fécondation in vitro, dont le prix avoisine les 3 300 euros, est actuellement remboursée à 70 % par la sécurité sociale. Les 30 % restant sont à la charge des familles, dans un pays où le salaire minimum est de 464 euros…

Avec cet abaissement des coûts pour les couples ayant des problèmes de fertilité (et qui seraient environ 150 000 en Hongrie), la natalité hongroise va se voir encore encouragée davantage. Le taux de natalité dans le pays est actuellement de 1,48 enfant par femme et les dernières projections font état d’une population passant de 9,7 millions d’habitants actuellement à 6 millions en 2070. Dans ces conditions, l’objectif d’atteindre 2 enfants par femme en moyenne (seuil de renouvellement des générations) est un impératif.

AK

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Olga.Mach)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’envers des affaires : Karl Zéro balance tout sur Alègre, Fourniret et les réseaux pédocriminels…

Le journaliste Karl Zéro lance un magazine trimestriel d'enquêtes au long cours qui nous plonge dans l’Envers des affaires....

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Hongrie. Viktor Orbán veut soutenir rock et pop patriotes pour en faire un « ciment d’identité »

En Hongrie, le gouvernement de Victor Orbán a décidé de soutenir financièrement le rock et la pop hongrois afin de promouvoir la culture nationale...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés de Cornouailles ont célébré cette...

Eric Zemmour : « Viktor Orbán défend davantage l’Europe en luttant contre l’invasion du sud que la Commission européenne, qui est ouverte à l’immigration…»

Eric Zemmour : « Viktor Orbán défend davantage l’Europe en luttant contre l’invasion du sud que la Commission européenne, qui est ouverte à l’immigration…» Face...

Viktor Orban : « Le PPE est devenu une annexe de la gauche européenne »

Le parti au pouvoir en Hongrie, le Fidesz de Viktor Orban, a annoncé mercredi 3 mars qu’il quittait le groupe du Parti populaire européen...