Pologne. Pour relancer sa démographie, le gouvernement préfère les enfants aux migrants

Pologne

En Pologne, après plusieurs mesures mises en œuvre depuis son arrivée au pouvoir pour relancer la natalité afin d’éviter l’écueil démographique, le gouvernement compte aller plus loin en lançant en 2022 un nouveau programme « fondé sur une politique pro-famille et pas sur l’immigration ».

Pour relancer sa démographie, la Pologne va encourager la natalité

La Hongrie l’avait déjà précédemment démontré : face à l’hiver démographique qui menace l’Europe, il n’y a pas de fatalité et le recours à l’immigration extra-européenne n’est pas la seule solution envisageable. En effet, après le gouvernement du Premier ministre hongrois Victor Orbán, c’est au tour de la Pologne de mettre en œuvre des politiques visant à encourager la natalité.

En cette nouvelle année 2022, l’exécutif polonais compte ainsi relever l’un des taux de fécondité les plus bas d’Europe. S’exprimant sur la chaîne d’information en continu polonaise Polsat News à la fin du mois de décembre, le ministre du Travail, des familles et de la politique sociale, Marlena Maląg a indiqué que le futur programme sera basé sur le « soutien aux familles » et « non sur l’immigration ».

Le plan en question, qui devrait comprendre une série de mesures visant notamment à aider les parents à concilier leur vie professionnelle et leur vie de famille mais aussi des incitations en matière de logement, de soins et de financement, doit être adopté prochainement par le gouvernement polonais selon le ministre.

95 % des jeunes Polonais souhaiteraient fonder une famille

La mise en place d’une telle politique par Varsovie a donc pour ambition, comme l’a rappelé Marlena Maląg, de permettre à la Pologne d’ « échapper au piège de la faible fécondité » en permettant aux couples polonais de faire suffisamment d’enfants afin de renouveler la population sans avoir besoin de recourir à l’immigration.

Une volonté gouvernementale qui semble très largement partagée par la jeunesse puisque, selon une étude citée par le ministre, 95 % des jeunes Polonais aimeraient fonder une famille. À condition de disposer d’un emploi stable et d’un logement.

Par ailleurs, cette très forte proportion interpelle tant elle contraste avec ce que l’on peut observer en France, où la volonté de procréation parmi les jeunes générations tend à se réduire sur fond de propagande pour le féminisme individualiste, la vasectomie et même parfois au nom de la lutte contre le « réchauffement climatique »…

Pologne : « Une politique systémique en faveur de la famille, et non sur les migrants »

À moins de 2 000 km de Paris, la position du gouvernement polonais peut paraître tout simplement surréaliste pour une population française abreuvée depuis plusieurs décennies désormais par les discours faisant de l’immigration extra-européenne un recours inéluctable face à notre déclin démographique. Discours associés en parallèle à une critique permanente de la famille traditionnelle ayant finalement conduit à sa destruction.

Du côté de Varsovie donc, Marlena Maląg a déclaré que cette nouvelle stratégie sera « fondée principalement sur la création d’une politique systémique et globale en faveur de la famille, et non sur les migrants ».

Au plan démographique justement, la Pologne, qui compte environ 38 millions d’habitants actuellement, pourrait voir sa population passer sous les 34 millions d’ici 2050 si le déclin n’est pas endigué. À noter que pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans certains secteurs, le pays a déjà dû avoir recours à l’immigration en faisant venir principalement… des Ukrainiens.

Pour l’heure, les derniers chiffres d’Eurostat ont rapporté que le nombre moyen d’enfants nés par femme en Pologne est tombé à 1,44, soit un chiffre nettement inférieur au niveau de remplacement de 2,1, qui permet à un nombre suffisant de naissances de soutenir les niveaux de population.

Des aides financières aux familles renforcées en Pologne

Les futures mesures à venir afin de relancer la natalité ne seront pas les premières de la coalition nationale-conservatrice au pouvoir depuis 2015. Plusieurs politiques « pro-famille » ont déjà été instituées mais, malgré leur plébiscite auprès des polonais, elles n’ont pas permis jusqu’à présent d’atteindre les objectifs fixés concernant les naissances.

Lors de son allocution de Noël à destination des familles polonaises le 24 décembre dernier, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a annoncé que l’État allait verser, à partir de ce début d’année 2022, 12 000 PLN (2 590 euros) pour chaque enfant après le premier né âgé de 12 à 36 mois. Cette prestation sera accessible à toutes les familles, indépendamment de leurs revenus. Le gouvernement estime que 615 000 enfants pourront bénéficier de cette prestation.

Le gouvernement prévoit également de créer de nouvelles institutions consacrées à des « études approfondies » des processus démographiques qui contribueraient à stimuler la démographie.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. tandis que le gouvernement français , avec le rapport Bayrou veut privilégier l’importation de jeunes hommes virils pour repeupler le pays ! d’ailleurs le nombre de viols sur la voie publique augmente!
    vit on mieux en chine ou en inde qu’en corrèze ou dans la creuse?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !