La Commission européenne aimerait connaître votre avis sur la liberté, le pluralisme, l’indépendance et le financement public des médias pour son prochain règlement

La Commission lance aujourd’hui une consultation publique ouverte concernant la législation européenne à venir sur la liberté des médias, une initiative historique annoncée par la présidente von der Leyen dans son discours de 2021 sur l’État de l’Union en vue de préserver le pluralisme et l’indépendance des médias sur le marché intérieur de l’UE. […]

Věra Jourová, vice-présidente chargée des valeurs et de la transparence, a déclaré: «Les médias sont un pilier de la démocratie. Or, aujourd’hui, ce pilier se fissure sous l’effet des tentatives de certains gouvernements et groupes privés de soumettre les médias à des pressions. C’est pourquoi la Commission proposera des règles et des mesures de sauvegarde communes visant à protéger l’indépendance et le pluralisme des médias. Les journalistes devraient être en mesure de faire leur travail, qui est d’informer les citoyens et de demander des comptes à l’autorité publique, sans craintes ni régimes de faveur. Nous procédons à présent à une large consultation afin d’aboutir à la meilleure proposition».

Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, a ajouté pour sa part: «Nous devons veiller à ce que les médias européens restent indépendants, innovants et durables, et ne soient pas soumis à des ingérences injustifiées dans le cadre de leurs activités, qu’elles soient privées ou publiques. Nous lançons aujourd’hui notre consultation au sujet de la législation à venir sur la liberté des médias: nous voulons entendre vos avis et examiner vos solutions en vue d’un marché des médias robuste à même de fournir aux citoyens des informations diverses et fiables».

La consultation a pour objet de recueillir des avis sur les questions les plus importantes ayant une incidence sur le fonctionnement du marché intérieur des médias, y compris les ingérences de divers types dans les médias, ainsi que sur les tendances économiques.

Elle couvre trois domaines principaux des marchés de médias :

Le premier est axé sur la transparence et l’indépendance (par exemple, la surveillance des transactions sur le marché des médias, la transparence en ce qui concerne la propriété des médias et la mesure de l’audience),

le deuxième est centré sur les conditions d’un fonctionnement sain (par exemple, l’accès du public à une pluralité de points de vue ou la présence de médias innovants sur le marché de l’UE)

et le troisième porte sur la distribution équitable des ressources publiques (par exemple, indépendance des médias de service public, transparence et répartition équitable des publicités publiques).

[…]

Il est prévu que la proposition soit présentée par la Commission durant le troisième trimestre 2022. La consultation publique ouverte a pour objectif de recueillir des points de vue, des contributions et des données de citoyens, notamment de journalistes, d’acteurs des services de médias (tant privés que publics), de chercheurs dans les universités, de la société civile, d’autorités publiques, d’entreprises et de toutes les parties prenantes, afin d’aider la Commission à élaborer ces nouvelles règles.

Les contributions peuvent être envoyées jusqu’au 21 mars 2022 sur le portail «Donnez votre avis».

Contexte

Il est prévu que la législation européenne sur la liberté des médias soit adoptée au cours du troisième trimestre 2022, comme annoncé dans le programme de travail 2022 de la Commission […] L’initiative sera centrée sur l’élimination des entraves à la création et au fonctionnement de services de médias et visera à mettre en place un cadre commun en vue de faire progresser le marché intérieur du secteur des médias, afin de préserver la liberté et le pluralisme des médias sur le marché. Elle ira dans la ligne des efforts de l’UE visant à favoriser la participation démocratique, lutter contre la désinformation et soutenir la liberté des médias et le pluralisme tels qu’ils sont décrits dans le plan d’action pour la démocratie européenne. […]

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. En France la presse est dépendante des subventions de l’état et ne peut être objective… Redonnons cet argent aux Français et tout ira mieux..

  2. J’ai envie d’emmerder la Commission à qui je n’ai rien demandé d’autre que de disparaître. Avec mes excuses pour avoir adopté le temps d’un commentaire, moi zemmourien de la première heure, le langage vulgaire du président de tout ce qui se présente!

  3. À Breizh Info :
    De grâce, faites du journalisme et ne jouez pas au petit télégraphie de L’EURSS !
    Fendez-vous d’un exposé du contexte et prenez le temps de prendre du recul pour rédiger un commentaire critique de cette initiative « communautaire ».
    Merci par avance.

  4. lorsque les gens sont payés, ils ne sont plus libres, nos grands élus ne devraient pas être payés, sauf des dédommagements pour les transports et les moments passés en hémicycle, déjà il y en aurait moins, et ceux qui accepteraient seraient des convaincus de leur missions. alors, à plus 80% il ne faut pas s’attende à ce qu’ils parlent pour le bien du peuple, l’argent est le maitre du monde !! pour les médias, comme pour les syndicats, comment peuvent ils défendre les gens, vu les subventions qu’ils touchent, les dés sont pipés. je suis pour aucun versement à ces  » entreprises  » qui se regardent leur nombril.

    Répondre

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !