page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Économie. Un avenir incertain pour les chefs d’entreprise de Bretagne administrative en 2022

Le bilan est contrasté pour les chefs d’entreprise de la région Bretagne, entre un second semestre 2021 prometteur et des perspectives plus incertaines pour l’année 2022. La question de la difficulté des approvisionnements est aussi au cœur des inquiétudes pour de nombreux acteurs économiques.

Retour vers les niveaux d’avant-crise au deuxième semestre 2021

L’enquête semestrielle réalisée à la fin du mois de décembre 2021 par la CCI (Chambre de commerce et d’industrie) de Bretagne administrative auprès de plus de 2 000 chefs d’entreprise de la région afin de mesurer leur moral et leurs perspectives économiques permet de dresser un constat mitigé après un deuxième semestre 2021 ayant vu l’activité se rapprocher des niveaux d’avant-crise sanitaire. Toutefois, les patrons bretons témoignent de nombreuses inquiétudes pour les prochains mois.

En ce qui concerne ce second semestre 2021, les indicateurs conjoncturels ont poursuivi leur rebond, notamment grâce à l’assouplissement des protocoles sanitaires, ce qui a permis aux entreprises bretonnes de reprendre leurs activités, toutefois dans un contexte toujours perturbé.

Entre les mois de juillet et de décembre 2021, on note ainsi que le solde d’opinion du chiffre d’affaires (la différence entre la proportion de répondants ayant exprimé une hausse et la proportion de répondants ayant exprimé une baisse) redevient pour la première fois positif (+6,8 points) depuis le début de crise en 2020. Dans le même temps, la part de dirigeants constatant une baisse de leur activité a chuté de 10 points depuis le semestre dernier, au profit principalement d’une croissance d’activité (+7,3 points).

Cependant, le regain d’activité observé depuis plusieurs mois se traduit plus difficilement en terme d’amélioration de la rentabilité. Elle se situe en dessous du niveau d’avant-crise : le solde d’opinion atteint -14,4 points fin 2021 alors qu’il était de -0,8 points fin décembre 2019, avant le début de la crise sanitaire. La part des chefs d’entreprise observant une baisse de leur rentabilité demeure à un niveau particulièrement élevé (35,9% contre 26,8% fin 2019).

Chefs d'entreprise

Par ailleurs, le niveau d’investissement, qui est un bon indicateur de la santé économique des entreprises sur le long terme, est lui aussi en progression. Ce qui témoigne d’une fragilité moindre et d’une capacité à rebondir. Avec un solde d’opinion presque équilibré (-0,8), la part des dirigeants qui témoignent d’une hausse de leurs investissements rejoint peu à peu celle de 2019 (situation avant crise Covid-19).

Sur le plan de l’emploi, le nombre d’embauches est toujours à la hausse dans les entreprises des quatre départements de la Bretagne administrative. Des entreprises qui sont aujourd’hui plus nombreuses à indiquer une hausse de leurs effectifs qu’avant la crise sanitaire. D’abord soutenues par les dispositifs en faveur du maintien de l’emploi, elles gagnent aujourd’hui des salariés (+4 points de hausse par rapport au précédent semestre) pour faire face au regain d’activité.

Une confiance en l’avenir incertaine pour 2022 chez les chefs d’entreprise

En revanche, le tableau devient plus sombre lorsqu’il s’agit de se projeter sur l’année 2022. Après avoir interrogé les chefs d’entreprises bretons sur leur degré de confiance en l’avenir, l’enquête de la CCI affiche un indice de confiance dont la note moyenne mesurée atteint 5,8 sur 10, soit 0,4 point inférieur au semestre antérieur. Cette chute, observée dans tous les secteurs d’activité, intervient alors que le niveau de confiance avait progressé fortement au 1er semestre 2021, reflet de prévisions optimistes de sortie de crise économique. Mais les choses ne sont pas déroulées comme les dirigeants le souhaitaient…

Dans le détail, l’érosion de cette confiance en l’avenir est la plus forte chez les commerçants (-0,7), lesquels sont particulièrement exposés aux évolutions des mesures et des protocoles sanitaires parfois contraignants. Viennent ensuite les services, comprenant notamment les hébergements, cafés et restaurants, où la note moyenne ne dépasse pas les 5,9 sur 10. Un secteur qui se trouve très affecté par l’instauration d’un passe sanitaire puis vaccinal.

Touchés par les pénuries de matériaux, de composants et de matières premières, les entrepreneurs des secteurs de l’industrie et de la construction se veulent moins optimistes que lors de la précédente enquête. Toutefois, ils sont une plus faible proportion à attribuer des notes inférieures à 4.

Chefs d'entreprise

Chiffre d’affaires, investissements… Des prévisions très nuancées

Ainsi, ces inquiétudes concernant les prochains mois chez les chefs d’entreprise bretons se concrétisent notamment au niveau des prévisions de chiffres d’affaires pour début 2022. Le solde d’opinion chute de 20 points en 6 mois. Seuls 18,4% des dirigeants anticipent une hausse de leur chiffre d’affaires en 2022. Ce sont 11,6 points de moins que lors du semestre précédent. À l’inverse, ils sont 23,7% à prédire une baisse de chiffres d’affaires contre 15,4% en juin dernier.

Au niveau de la rentabilité, alors que le solde d’opinion s’était redressé pour ainsi devenir positif en juin dernier, il décroît de nouveau en cette fin d’année 2021 (-14,4). Les chefs d’entreprise bretons sont plus nombreux à anticiper une baisse de leur rentabilité que lors de la précédente enquête : 25,7% pour l’enquête de décembre 2021 contre 17,8% en juin 2021. Corrélées aux prévisions de chiffre d’affaires, et à d’autres facteurs tels que les délais d’approvisionnement ou encore les coûts des matières premières, les perspectives sur la rentabilité sont clairement pessimistes.

Sur le plan des investissements, malgré leur progression lors du dernier semestre 2021, ils diminuent au premier semestre 2022. Le solde d’opinion recule de 4,5 points chez les dirigeants envisageant d’investir début 2022. Près d’un répondant sur 5 prédit une baisse de ses investissements, et à l’inverse, la même proportion envisage une hausse. Le caractère imprévisible des contextes sanitaire et économique joue en défaveur des volontés d’investir.

En matière d’emploi, une très large proportion des chefs d’entreprise (63,9%) envisage de stabiliser ses effectifs au premier semestre 2022, un niveau comparable au semestre précédent. Toutefois, les dirigeants d’entreprises sont moins nombreux à envisager des recrutements (13,4% contre 19,8% le semestre précédent), et plus nombreux à anticiper une baisse de leurs effectifs (11% versus 6,9%). Même si le solde d’opinion demeure positif, il perd 10 points en 6 mois (2,5 points contre 12,9 points en juin 2021).

Qu’en est-il des difficultés d’approvisionnement ?

Enfin, l’autre source d’inquiétude majeure pour les chefs d’entreprise de la région sont les difficultés d’approvisionnement de certaines matières et composants nécessaires à leur activité. Le tout corrélé à une augmentation du coût des matières premières, de transport et d’énergie. L’enquête semestrielle de la CCI rapporte que 49% des chefs d’entreprise bretons interrogés sont touchés par la pénurie des matières premières et de composants.

Des conséquences de ces problèmes d’approvisionnement qui se sont traduites par une augmentation des prix des matériaux pour 84 % d’entreprises concernées et par des retards ou des difficultés de livraison pour 79 %.

Même si ces difficultés d’approvisionnement concernent tous les secteurs, les entreprises de l’industrie et de la construction sont particulièrement impactées (respectivement 76% et 71% d’entre elles). Le secteur du commerce n’est pas en reste avec 57% des chefs d’entreprise déclarant être impactés par des pénuries. Quant au secteur des services, il subit moins directement ces manques d’approvisionnement, avec 37% d’entreprises concernées.

Côté clients, ces difficultés se matérialisent par une augmentation des prix avec 81,7% des chefs d’entreprise qui ont déjà revu leurs tarifs à la hausse ou envisagent de le faire. Cette solution est davantage privilégiée dans le secteur de la construction où plus d’un répondant sur deux envisage certainement cette possibilité ; tout comme le secteur industriel où 91% des dirigeants retiennent cette possibilité. Par ailleurs, 72,1 % des chefs d’entreprise ont déjà allongé les délais de livraison ou envisagent de le faire.

Conscients que leurs difficultés peuvent durer, 43% des chefs d’entreprise concernés prévoient un retour à la normale entre 6 mois et un an, et 51% au-delà d’un an.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immobilier, Sociétal

Immobilier. Dispositif Pinel : des opportunités en 2024 avant sa suppression ?

Découvrir l'article

Economie

France, pays du Tiers monde. 25 300 chefs d’entreprises ont mis la clé sous la porte au premier semestre 2023

Découvrir l'article

Economie, RENNES

Economie. Salon Entreprendre dans l’Ouest 2023 : de retour à Rennes les 6 et 7 novembre

Découvrir l'article

Economie, Social

Emploi. Des projets de recrutements à un niveau record en Bretagne administrative !

Découvrir l'article

Economie, FOUGERES, QUIMPER, Social

Économie. En Bretagne administrative, l’industrie textile rebondit… et embauche !

Découvrir l'article

Economie, ST-BRIEUC

Saint-Brieuc. Rendez-vous incontournable des entrepreneurs bretons, l’Open de l’International 2022 aura lieu le 4 juillet [Vidéo]

Découvrir l'article

Economie, Sociétal

Guerre en Ukraine. Quelles sont les craintes des chefs d’entreprise bretons ?

Découvrir l'article

Economie

Artisanat : l’envolée des prix du bois pèse sur les professionnels en Vendée et Loire-Atlantique

Découvrir l'article

Economie, Evenements à venir en Bretagne, Social, ST-MALO

Saint-Malo. La 3e édition du Forum Économique Breton les 31 août et 1er septembre 2022 [Vidéo]

Découvrir l'article

Economie, Social

Emploi. Des projets de recrutements qui se maintiennent au 2e trimestre 2021 en Bretagne administrative

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky