Nantes. Encore 5 kilos de cannabis saisis par la police

oqtf

Ce 4 février vers 20h25, un contrôle de police boulevard du Tertre – une artère assez active en trafics divers, a débouché sur la saisie de 5 kilos de résine de cannabis, situés au pied du passager d’une voiture. Le conducteur et le passager, nés en 1996 et 2001, ont été interpellés.

En perquisition les policiers ont en outre saisi des emballages de conditionnement de produits stupéfiants dans la cave de l’un des suspects, ainsi que des objets multimédias suspectés d’être volés au domicile du second.

Par ailleurs, toujours en lien avec le trafic de drogue florissant à Nantes, quatre individus ont agressé ce 3 février vers 20 heures, à Rezé, le propriétaire d’un SUV Audi, qu’ils ont braqué avec un pistolet à impulsion électrique et en lui mettant un couteau sous la gorge. Néanmoins, les policiers retrouvent la voiture volée, rue Louise Weiss, près du parc de Praud, et interpellent à proximité, le jour même à 22h50 suite à une surveillance discrète, deux majeurs et deux mineurs, placés en garde à vue.

Les trafiquants vraiment gênés ?

Sur toute l’année 2021, 450 kilos de cannabis, 360 kilos de cocaïne et 20 kilos d’héroïne ont été saisis – des chiffres qui font la fierté du directeur départemental de la sécurité publique en Loire-Atlantique, Nicolas Jolibois, mais ses hommes ne sont pas dupes : « ce n’est qu’une infime partie des stupéfiants vendus en gros, demi-gros ou au détail dans le département et notre activité ne semble gêner les trafiquants en rien. D’ailleurs, cela se voit aux incarcérations, très faibles vis-à-vis de toute la population délinquante qu’on voit occupée à dealer ou à commettre des actes délictueux en lien avec la drogue ».

Nantes : une plaque tournante majeure de la drogue en France

En effet, pour 696 opérations de démantèlement (et 162 constats douaniers en ville, ainsi que 761 amendes forfaitaires délictuelles de 200€ dressées aux consommateurs – dont la moitié seulement ont été effectivement payées), il y a eu 21 affaires qui ont débouché sur l’incarcération de 33 personnes. « On fait dire aux chiffres ce qu’on veut, mais en réalité, Nantes reste une plaque tournante majeure de la drogue en France, et un lieu d’approvisionnement pour les dealers d’autres villes, qui viennent acheter ici en quantité », conclut un policier de terrain.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. comment ces pauvres gens des « quartchiers » pourraient ils vivre décemment avec seulement le rsa?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS