Le référendum d’initiative citoyenne (RIC) : le débat oublié de l’élection présidentielle de 2022 ?

A l’heure de la récolte des 500 signatures nécessaires pour se présenter à l’élection présidentielle de 2022, l’association Espoir RIC et sa candidate Clara Egger publient une enquête permettant de mesurer le soutien des Français à la création d’un référendum constituant d’initiative citoyenne mais aussi d’évaluer l’importance d’une telle mesure dans le vote des Français pour l’élection. Réalisée par le pôle « Politique/Actualités » de l’Ifop auprès d’un échantillon national représentatif de 1 500 Français, cette étude révèle à la fois l’ampleur du soutien des Français à cette proposition de « RIC » encore peu médiatisée dans la campagne présidentielle et montre que le sujet n’est pas une question secondaire dans l’opinion.

Pour voir l’étude en intégralité, c’est ici

« Gilets jaunes, je vous ai compris ». Emmanuel Macron annonce la mise en place du référendum d’initiative citoyenne (RIC)

73% des sondés favorables au Référendum d’initiative citoyenne.

Confirmant une tendance observée dès 2017, près de trois quart des Français (73%) se déclarent favorables à ce que 700 000 citoyens puissent soumettre à référendum une révision d’un article de la Constitution, un outil plus connu sous le nom de « RIC ». Ce sont même 25% des répondants qui s’y déclarent « tout à fait favorable », marquant l’importance d’un large socle de soutien à la mesure.

Alors que l’élection présidentielle organise la confrontation d’électorats parfois radicalement opposés sociologiquement, l’idée du « RIC » se révèle largement soutenue par tous les âges, toutes les catégories sociales à un niveau similaire. Politiquement, des différences notables marquent le soutien d’électorats actuellement mal représentés dans les institutions françaises (présidence de la République, Parlement) à un outil d’initiative citoyenne : 40% des potentiels électeurs Jean-Luc Mélenchon mais aussi 35% des électeurs Zemmour et 34% des électeurs Marine Le Pen s’y déclarent « tout à fait favorables ».

Le référendum d’Initiative citoyenne (RIC) grand oublié de la campagne présidentielle ?

 Alors que les enjeux de sécurité, d’immigration et de pouvoir d’achat « trustent » les débats de la campagne présidentielle, la question de la réforme des institutions et de la démocratie semble absente alors même que l’abstention a marqué les élections intermédiaires du quinquennat d’Emmanuel Macron et que la crise des Gilets jaunes avaient mis en avant des débats le « RIC ». Pour 61% des Français inscrits sur les listes électorales, la proposition d’un référendum constitutionnel d’initiative citoyenne aura une importance dans le vote lors de l’élection présidentielle, dont 12% pour qui elle sera même une proposition « déterminante ».

Pour Raul Magni-Berton, directeur de campagne d’Espoir RIC 2022, « les résultats confirment un soutien d’environ trois quart des Français à l’idée de pouvoir contrôler directement l’avenir de leur pays (…) Bien que seulement 12% d’entre eux le considèrent déterminant, 61% considèrent qu’il s’agit d’un enjeu important. Pourtant, il risque de n’être porté par aucune candidature au premier tour de l’élection présidentielle de 2022 »

« L’enseignement principal de ce sondage est que les Français témoignent sur la question du « RIC » constituant d’une opinion qui transcende les clivages socio-politiques. Une très large majorité y est favorable, en particulier les Français qui pensent pouvoir profiter d’un outil indépendant des parlementaires pour pouvoir se faire entendre démocratiquement. Rares sont les sujets consensuels dans l’ambiance politique actuelle de la campagne présidentielle » indique Paul Cébille, chargé d’études Senior au Pôle Politique & Actualités de l’Ifop

La question du « RIC » s’est effacée depuis 2018, notamment depuis l’instauration du régime de tyrannie sanitaire, tout en restant pour les Français un enjeu important à discuter d’ici l’élection. La candidature d’Espoir RIC tente de répondre à cette absence et aux aspirations des Français dans ce domaine.

Crédit photo : wikipedia commons (cc)

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Je constate simplement que M. Zemmour, si bien en cour à Breizh Info, ne fait pas de ce « référendum » un cheval de bataille : cela commence mal.
    Et puis l’article oublie de mentionner qu’un professeur d’université (à Montpellier), Etienne Chouard » s’était répandu dans les médias pour exposé son projet d’instauration de ce « référendum » pour reconnaître ensuite qu’il faisait partie des « révisionnistes » de l’histoire contemporaine : rien de mieux pour en discréditer l’idée !

  2. J’ai compris que M. Zemmour compte utiliser le référendum chaque fois qu’il l’estimera nécessaire (face aux dictats de Bruxelles, etc.).
    Vu l’usage quasiment inexistant de cette consultation par les présidents précédents (voir la violation), je ne fais pas la fine bouche.

    1. À Cendu
      « Vous avez-vous compris que M. Zemmour a…. »
      mais l’a-t-il déclaré à la presse au cours de cette avant-campagne présidentielle ?
      On doit toujours veiller à ne pas prendre nos désirs pour des réalités et songer à cette maxime prononcée par M. Pasqua : « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.
      Bien à vous.

      1. A Courivaud
        Pardonnez moi, mais vous ne devez écouter que ce que l’on dit de Zemmour dans nos mainstreams hyper subventionnés, appartenant à 3 ou 4 ultra milliardaires mondialistes et politiquement corrects.
        Si vous voulez avoir une opinion objective, vous feriez bien d’écouter également ses discours, ses interviews, ses participations à des émissions avec d’autres candidats, à défaut de lire quelques uns de ses nombreux livres depuis 40 ans.
        Il n’a jamais changé de discours (contrairement à toutes les girouettes, mais les français ont la mémoire courte) et a toujours prôné de consulter la population par référendum.

  3. déjà la candidature à la présidentielle est devenue au suffrage censitaire.
    alors le ric, donner la parole aux simples pékins, aucune chance que ce soit adopté…. sauf si c »est un gars qui veut redonner aux petites gens le droit de penser et de le dire

  4. À Cendu
    Je crois surtout que c’est Debout la République qui a parlé le mieux de ce sujet sauf qu’en ce moment le chef de ce parti s’exprime peu.
    En outre « Boulevard Voltaire » à qui on ne peut tout de même pas reprocher d’être « du bon côté du vent » mais qui adule M. Zemmour, ne mentionne pas l’intérêt de cette personnalité politique pour le RIC.
    Maintenant, si vous avez des comptes rendus d’articles ou de discours mentionnant l’intérêt explicite de M. Zemmour candidat à la présidentielle, mentionnez le sur ce site. Cela intéressera tout le monde, sauf que j’en doute pour une raison que M. Zemmour connaît certainement :les promoteurs du RIC se sont discrédités (v. ma remarque sur ce point il y a quelques jours).

    Post scriptum : n’*oubliez tout de même pas que M. Zemmour a été largement au service d’un média à milliards et ce n’est pas moi qui vous reprocherai de dénoncer ce genre de média, Seulement voilà, M. Zemmour s’est mis à leur service.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !