Election présidentielle : que fait Johanna Rolland (PS) ?

Johanna Rolland

Directrice de campagne est un titre flatteur pour Johanna Rolland (PS). Mais il n’est pas certain que Anne Hidalgo ait fait le bon choix. En effet la maire de Nantes est habituée à œuvrer dans la facilité depuis que Jean-Marc Ayrault l’a installée à l’hôtel de ville. Une fois éliminée la concurrence au sein du PS, la sociologie de la métropole – classes supérieures et classes moyennes surreprésentées – a fait le reste. Mais l’élection présidentielle relève d’une autre logique.

Anne Hidalgo (PS) attendait beaucoup de son « équipe de France des maires et des élus ». Deux Bretonnes y occupent une place importante : Nathalie Appéré (PS), maire de Rennes et présidente de Rennes métropole, et surtout Johanna Rolland (PS), maire de Nantes et présidente de Nantes métropole, bombardée directrice de campagne de la maire de Paris. Evidemment, les critiques n’ont pas manqué : « Anne Hidalgo a fait une erreur en choisissant Johanna Rolland pour diriger sa campagne. C’est une alliance socialo-socialiste. Elle aurait dû se rapprocher tout de suite des Verts », souligne Franck Louvrier (LR), maire de La Baule (Presse Océan, samedi 2 octobre 2021). François de Rugy (LREM), député de Nantes-Orvault, n’hésite pas à tailler un costard à Johanna Rolland : « Elle est capable de parler trois quarts d’heures sans notes, mais sur le fond, elle n’a pas de vision pour l’avenir du territoire. Elle parle la même novlangue qu’Anne Hidalgo : du politiquement correct de gauche écolo sur la ville participative-citoyenne-et-inclusive » (Le Journal du dimanche, 10 octobre 2021).

Evidemment, pendant les premiers temps de la campagne, Mme Rolland débite quelques belles phrases. Par exemple, « la primaire, et donc le rassemblement, représente la seule solution pour la gauche ! Nous menons donc une campagne sur deux jambes : pour la primaire et pour Anne Hidalgo. L’essentiel est de mettre les idées de la gauche dans le débat, de parler des vraies préoccupations des Français » (Le Figaro, mercredi 22 décembre 2021).

Lorsque les journalistes de Presse Océan l’interrogent, on reste dans le domaine des bons sentiments. Qu’est-elle venue faire dans cette galère ? Réponse : « Défendre mes convictions. Ce n’est pas parce qu’il y a beaucoup de vents contraires que je renonce. C’es une question de respect vis-à-vis des citoyens et de soi-même » (Presse Océan, lundi 17 janvier 2022). On apprend également que Mme Rolland défend un projet « riche, neuf, complet, réalisable et financé », fondé sur « trois axes majeurs » : « l’urgence sociale, écologique et démocratique » (Presse Océan, vendredi 21 janvier 2021). On ne peut que regretter que les journalistes nantais n’aient pas fait preuve de curiosité ; ils auraient pu chercher à savoir en quoi consistait le travail de la « directrice » au sein de l’équipe de la maire de Paris. Qu’y fait-elle exactement ? Certaines mauvaises langues prétendent qu’elle n’y fait pas grand-chose. « Les maires, qui devaient constituer « l’équipe de France » censée porter Anne Hidalgo, ont un peu disparu. Johanna Rolland, Michaël Delafosse, Matthieu Klein, élus à Nantes, Montpellier, Nancy… Quand Hidalgo s’est déclaré, ils disaient qu’ils attendaient quelqu’un comme elle. Ils sont finalement restés sur leurs territoires. Comme à l’école, il y a une question de motivation mais aussi de bases requises. En septembre, l’ancien président François Hollande prédisait : « Les maires jouissent d’une bonne image, mais ils ne savent pas forcément faire une campagne présidentielle… Pour la présidentielle, il faut des gens qui connaissent bien l’Etat et la plupart de ces élus n’ont jamais été parlementaires » (Libération, vendredi 4 février 2022).

Faire campagne est un métier

Pas d‘ardeur à la tâche chez Johanna Rolland. Ainsi on apprend que le 8 janvier, Anne Hidalgo réunit ses troupes au siège du Parti socialiste. « Plus de 130 personnes, dont une partie en visioconférence, parmi lesquelles brillait par son absence la propre directrice de campagne de la candidate, la maire de Nantes, Johanna Rolland. » (Le Canard enchaîné, 12 janvier 2022). Plus grave, selon Le Monde (vendredi 14 janvier 2022) : « Il est ainsi reproché à Johanna Rolland, maire de Nantes et directrice de campagne, de ne pas faire beaucoup plus que de se signaler par quelques tweets et des apparitions fugaces en visioconférence. »

Johanna Rolland a donc sa part de responsabilité dans les mauvais résultats obtenus par sa « patronne » Anne Hidalgo. Les sondages portant sur les intentions de vote sont catastrophiques : 2,5 % (Ipsos, Le Monde, samedi 12 février 2022). Seuls 30 % des Français ont une bonne opinion de Mme Hidalgo : « Rien ne va plus pour la maire de Paris depuis qu’elle est candidate. Elle n’en finit plus de chuter, passant de la 10e place, il y a encore quelques mois, à la 34e » – sur 50 personnalités politiques figurant dans le classement (Ifop, Paris Match, 10 février 2022).

Mais il en faudrait davantage pour perturber Mme Rolland. En effet ses ambitions pour l’élection présidentielle semblent modestes : « On a besoin d’une voix de gauche, d’une voix apaisée. Le moment de la confrontation projet contre projet doit être déterminant » (Presse Océan, lundi 17 janvier 2022). Bref, la directrice de campagne ne brille pas par son dynamisme, par des propositions percutantes, par une volonté de se battre ; sa capacité à remuer les foules n’apparaît pas. Il est vrai que son expérience politique est limitée. Elle n’est pas devenue maire de Nantes par une lutte acharnée ; elle n’est qu’une héritière mise en place par Jean-Marc Ayrault.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Anne Hidalgo n’est pas une bonne candidate, c’est quand même le premier problème.
    Le deuxième problème, c’est que Johanna Rolland n’est pas une bonne animatrice.
    Et toutes deux font campagne sous la bannière d’une idéologie, le socialisme, qui n’est pas bonne non plus.
    Allez vous étonner, après ça…

  2. elle a réussi à transformer nantes comme hidalgo à transformé paris, qui se ressemble s’assemble

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !