Hongrie. Victoire historique de Viktor Orbán lors des élections législatives

Viktor Orban a remporté les élections législatives en Hongrie, selon les premiers résultats partiels officiels, publiés par le Bureau national électoral (NVI). A 92,97% de bulletins dépouillés, le Fidesz-KDNP est à 53,56% sur le vote de liste, et remporterait 88 des 106 circonscriptions (pour un total de 135 sièges, 2 de plus qu’en 2018) au niveau national, l’opposition à 34,56% au vote de liste nationale et remportant les autres 18 circonscriptions (56 sièges) et Mi Hazánk à 6,29% sur le vote de liste nationale (7 sièges), tandis qu’un siège est attribué à la minorité allemande (MNOÖ) comme en 2018.

Viktor Orban va donc rempiler pour un quatrième mandat (de quatre ans) consécutif , après douze années à la tête de la Hongrie.

Il s’agit là d’une victoire historique, d’un véritable bras d’honneur adressé par une majorité de Hongrois à tous ceux qui voulaient en faire un pays quasi diabolique.

La participation atteint 67,80% à l’échelle nationale. Elle était de 68,13% en 2018 et de 61,73 en 2014.

Le Premier ministre Viktor Orbán a déclaré  :  « Le monde entier a vu que les Hongrois aiment leur pays », a-t-il déclaré. « Merci à tous pour ce que vous avez mis dans cette victoire aujourd’hui, merci à tous pour les bons vœux et pour ceux qui ont prié pour nous », a commencé le PM Orbán dans son discours de célébration ce soir à Budapest.

« Nous avons remporté une grande victoire – une victoire si grande que vous pouvez la voir depuis la lune, certainement depuis Bruxelles. Plus grande est la victoire, plus grande est la nécessité d’être modeste, et regardons les choses en face ce soir, il y a des raisons d’être modeste » a déclaré le Premier ministre Orbán, en remerciant les plus de 100 000 bénévoles qui ont travaillé dur pour que nous puissions célébrer ensemble ce soir.

« Nous avons gagné en 2010 avec l’ancien système électoral, nous avons gagné en 2014 quand nous avons été appelés un par un. Nous avons gagné en 2018 quand il y avait une coalition partielle et en 2022 quand tout le monde s’est ligué contre nous », a déclaré le PM Orbán, ajoutant que « Dieu seul sait comment nous pouvons gagner le plus à un moment où ils se liguent contre nous. »

Pour conclure sur les points à retenir de l’élection d’aujourd’hui, le PM Orbán a déclaré que « nous n’avons pas laissé revenir le passé raté, nous avons défendu l’indépendance et la liberté de la Hongrie, sa paix et sa sécurité, et nous avons protégé nos enfants et nos familles. »

Voici le communiqué du Centre pour les droits fondamentaux hongrois :

« Le 3 avril 2022 restera dans l’histoire politique hongroise comme l’événement le plus marquant de la démocratie hongroise dans l’ère qui a suivi la transition vers le communisme. Les élections législatives de ce dimanche et le référendum sur la protection de l’enfance organisé au même moment ont prouvé que la démocratie hongroise est bien vivante, que le cadre juridique est stable et qu’il offre des garanties suffisantes contre les ingérences extérieures et les abus internes pour assurer l’intégrité des élections.

Le taux de participation en est une confirmation claire : environ 70 % des citoyens hongrois qui étaient éligibles ont exercé leur droit de vote. Bien que les résultats officiels du vote ne soient pas encore annoncés, il est d’ores et déjà clair que le Fidesz-KDNP a réalisé un exploit politique d’une ampleur historique : jamais auparavant, dans l’histoire des élections législatives libres et équitables en Hongrie, une coalition n’avait obtenu une majorité des deux tiers, ce que nous pouvons prévoir avec confiance, sur la base des résultats préliminaires, pour quatre élections législatives consécutives. La participation électorale n’a pas été beaucoup plus faible que quatre ans plus tôt, ou que le chiffre record de 2002 de 70,53 %. En 2018, 70,22% des citoyens hongrois ayant une résidence légale se sont rendus aux urnes. Il s’agit du troisième taux de participation le plus élevé à une élection nationale en Hongrie depuis 1990. La guerre dans un pays voisin a considérablement augmenté les enjeux, et le référendum sur la protection des enfants a apporté une motivation supplémentaire.

Le système électoral en place depuis 2014, avec quelques modifications de mise au point, s’est une fois de plus révélé très efficace dans la pratique. Dans l’ensemble des 10 285 bureaux de vote, les votes exprimés ont été dépouillés dans un délai court, conformément à la loi, et les chiffres de participation ont été publiés toutes les deux heures au cours de la journée. L’organisation efficace des élections est clairement indiquée par le fait que, malgré la nécessité de compter trois bulletins (au lieu des deux habituels), ce qui a représenté un travail supplémentaire, les résultats ont été publiés dans les 2 à 3 heures suivant la fermeture des bureaux de vote, comme c’était le cas auparavant. Malgré les bulletins de vote supplémentaires distribués aux citoyens en raison du référendum, l’élection s’est déroulée sans files d’attente ni perturbations importantes dans tous les bureaux de vote. Le support informatique de l’élection a également bien fonctionné tout au long de la journée, valasztas.hu étant disponible tout au long du processus malgré un intérêt plus élevé que d’habitude et un plus grand nombre de requêtes Internet.

Bien que les résultats officiels du vote n’aient pas encore été annoncés, il est d’ores et déjà clair que le Fidesz-KDNP a réalisé un exploit politique d’une ampleur historique : jamais auparavant, dans l’histoire des élections législatives libres et équitables en Hongrie, une coalition n’avait obtenu une majorité des deux tiers, ce que nous pouvons prévoir avec confiance, sur la base des résultats préliminaires, pour quatre élections législatives consécutives. De plus, l’alliance conservatrice qui a remporté une majorité des deux tiers au parlement entre 2010 et 2018 a pu l’emporter à nouveau malgré une concentration des partis plus importante que lors de toutes les élections précédentes : les forces de gauche qui s’étaient auparavant présentées séparément ou, au mieux, de manière coordonnée, ont uni leurs forces et présenté un candidat commun dans les 106 districts au lieu de six candidats séparés, un de chaque. Toutefois, elles n’ont pas réussi à faire une percée : elles étaient encore loin de remporter les 100 sièges nécessaires à la formation d’un gouvernement. L’éminence grise de l’opposition, Ferenc Gyurcsány, peut néanmoins s’estimer satisfait, puisque sa Coalition démocratique aura le plus grand groupe parlementaire du côté de l’opposition.

Tout cela a été réalisé en dépit de ce qui semble avoir été une fraude électorale sans précédent commise à l’approche des élections du 3 avril par DatAdat, une société liée à la gauche et appartenant à l’ancien Premier ministre Gordon Bajnai et à l’ancien ministre d’État aux renseignements Ádám Ficsor. Ils ont commis des violations massives et des crimes sans précédent dans l’intérêt de la gauche, en utilisant des bases de données contenant des informations personnelles et privées sur les électeurs hongrois sans avoir reçu leur consentement préalable. L’abus de données appartenant à des millions de citoyens hongrois devra faire l’objet d’une enquête par l’Autorité nationale pour la protection des données et la liberté d’information après les élections »

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. Quel bel exemple pour les Français appelés à voter dimanche 10 Avril 2022! 1: pas d’astention 2 votez Zemmour, obligation dictée par l’amour de la France sans ratiocinations byzantines! Objectif: élire EZ au premier tour car Impossible n’est pas français! Et surtout, surtout vive la France!

  2. Les gauchistes et les musulmans traitent de  »fachos » et de racistes » les non-musulmans, qui sont  »nationalistes » et qui ne veulent pas que leur pays soit envahi par les musulmans! Moi, j’approuve Viktor Orban qui ne veut pas que la Hongrie devienne comme le Liban!

  3. la preuve est que contrairement à ce que peut raconter notre bouffon de Macron , il y a d’autres choix que la doxa occidentale , portée par davos , le g7 , Soros et ses amis ; exemplaire est la tenue droit dans leurs bottes des Hongrois ; Orban , c’est le Poutine de la Hongrie .

  4. les hongrois aiment leur pays
    les hongrois accueillent des réfugiés ukrainiens et stoppent l’envoi d’armes en ukraine
    les hongrois ne veulent pas de lois pro lgbt
    les hongrois claque le bec de van der layen et autres mondialistes
    pourvu que les français fassent la même chose

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !