Présidentielles 2022 : analyse du vote en Bretagne

Tout d’abord, abordons les chiffres de l’abstention : Comme d’habitude les cinq départements bretons ont mieux voté que la France avec un écart de 5,5%. France : 26,2% – Bretagne : 20,53% d’abstention avec très peu d’écart entre les départements.

Là où la Bretagne se singularise également, c’est dans le score du président-candidat. Emmanuel Macron y est, en effet, plus de 3 points au-dessus de la moyenne française, avec une pointe à 32,8% en Ille-et-Vilaine. Marine Le Pen y est, quant à elle, plus basse que dans l’Hexagone : 22,63% en moyenne contre 23,40% au niveau français, avec un score sous les 20% en Loire-Atlantique et Finistère et une pointe à presque 25% en Morbihan. Jean-Luc Mélenchon ne fait pas recette en Bretagne avec un score inférieur de 1,5% par rapport à la moyenne française (21,7%). Sans surprise, son score le plus bas se situe dans le conservateur Morbihan alors que son score le plus élevé est dans le Finistère où il est même légèrement supérieur à la moyenne française avec 21,91%. Yannick Jadot, pour sa part, fait, dans notre pays, un score honorable de 5,47% (contre 4,7% pour la France) atteignant même les 6,85 en Loire-Atlantique. Morne plaine pour Eric Zemmour, en revanche, avec un poussif 4,748% en moyenne alors que celui-ci atteint les 7% en moyenne hexagonale. Meilleur score en Morbihan (5,43%), plus mauvais score en Côtes d’Armor : 4,26%. Le ruraliste Jean Lassalle n’aura pas déchaîné les foules en Bretagne, même si celui-ci réalise un honorable 4,2% en Côtes d’Armor, à 1,2 points au-dessus de sa moyenne française.

Comment ont voté les trois principales villes bretonnes ?

Nantes : 1/ Mélenchon : 32,90% / 2/ Emmanuel Macron : 29,65% 3 / Yannick Jadot : 9,95% 4/ Marine Le Pen : 8,29% 5/ Eric Zemmour : 6,21%

Rennes : 1/ Mélenchon : 36,31% 2/ Emmanuel Macron : 29,47% 3/ Yannick Jadot : 9,96% 4/ Marine Le Pen : 7,29% 5/ Eric Zemmour : 4,48%

Brest : 1/ Macron : 28,76% 2/ Mélenchon : 28,17% 3/ Marine Le Pen : 15,98% 4/ Yannick Jadot : 7,1% 5/ Eric Zemmour : 5,88%

Nantes, dont la mairesse était l’une des porte-paroles d’Anne Hidalgo fait fonctionner le vote utile à gauche à fond en plaçant Jean-Luc Mélenchon en tête des suffrages et réaffirme son boboïsme quinoa en surmultipliant le vote Jadot. La cité des Ducs de Bretagne se gentrifiant à vitesse grand V, on demeure coi devant tant d’appétence pour le bolchevisme ! La sociologie du vote Mélenchon risque cependant plus de ressembler au public de « Nuit Debout » qu’à celui des grandes grèves de 68. Rennes, la grande cité universitaire, donne exactement le même quarté gagnant. D’ailleurs dès hier soir, 500 étudiants (de Rennes 2 ?) défilaient dans les rues pour protester contre le résultat du premier tour.

Et ce vote urbain entre en complète contradiction avec le vote rural car dans nombres de communes rurales, Marine Le Pen arrive en tête. En 2017, l’habituée de la Trinité-sur-Mer était déjà arrivée en tête dans une centaines de communes (et non dans « quatre » comme indiqué précédemment, problème d’appréciation entre premier et second tour) mais leur nombre était resté limité, alors qu’en 2022, cette dernière fait le carton plein dans un périmètre s’étalant très largement sur toute la Bretagne intérieure. Ainsi à Ercée-en-Lamée (35), la leader du RN est à 27,03% contre 25,97% pour Emmanuel Macron, à Plémet (22), la fille de Jean-Marie Le Pen atteint 34,95%, presque 10 points devant le président sortant (25,1%) et à Fégréac (44), Marine Le Pen est à 27,12, devançant de quelques miettes Emmanuel Macron (26,16%).

Cartographe du monde. En orange les votes Macron, en beige, les votes Le Pen, en rouge les votes Mélenchon

A Bovel dans l’Ille-et-Vilaine rurale, le traumatisme de l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle 2002 avait donné lieu à une épique séance d’autocritique communale car la champêtre cité avait voté majoritairement Le Pen. Tout ce que Bovel et les environs comptaient de gauchistes avait fait alors une réunion d’expiation pour « comprendre » d’où venait ce vote « fasciste » et tenté à coup de « plus jamais ça » d’exorciser le diable qui s’était emparé de Bovel. 20 ans après, Bélzebuth doit toujours rôder dans les parages car Marine Le Pen y arrive toujours en tête avec 28,07%, loin devant Emmanuel Macron et un pénible 20,98%. On voit que ces séances de rééducation gauchistes ont porté leurs fruits ! D’ailleurs, la moitié des plus zélés flagelleurs de 2002 doit bien voter Le Pen l’âge aidant et les illusions passées.

Il est donc bien fini le temps où la Bretagne « résistait au vote Front National ». La Bretagne est touchée de plein fouet par l’immigration et la mondialisation et fait comme tout le monde, elle s’inquiète de sa disparition et de sa dilution dans le melting-pot mondial. Par sûr que le vote pour la très jacobine et anti-autonomiste Marine Le Pen soit une solution à ses problèmes cependant…

Jean-Luc Mélenchon fait également localement de très beaux scores mais… en ville ! Ainsi à Douarnenez, cité ouvrière historique où un maire communiste fut élu pour la première fois, le leader de la France Insoumise fait 27,69%, loin devant Macron avec un faiblard 22,45%. Marine Le Pen ne recueillant que 13,81%.

Les basculements que l’on a vus ailleurs, notamment dans le Nord, où le RN est devenu le parti de la classe ouvrière, se constate dans certains secteurs. A Scrignac la rouge par exemple, où Yann-Vari Perrot fut assassiné par des résistants communistes en 1943, Marine Le Pen talonne Mélenchon de 5 voix (102 contre 107), Emmanuel Macron arrivant en tête avec 113 voix et 24,25% et que dire de Trignac, historique cité communiste voisine de Saint-Nazaire où Marine Le Pen est largement en tête avec 29;11%, devant Emmanuel Macron (25,51%) et Jean-Luc Mélenchon (22,54%), quelques voix séparant ensuite Fabien Roussel (179 voix) d’Eric Zemmour (161 voix). Même constat en Brière à Saint-Joachim où l’essentiel de la population a longtemps travaillé aux chantiers de l’Atlantique et votait communiste, un fusil dans une main, un canard plombé dans l’autre. Aujourd’hui, Marine Le Pen arrive en tête dans la commune avec 6 points d’avance sur Emmanuel Macron (29,47% / 23,54%).

A Lanester, bastion rouge s’il en est du bassin lorientais, Emmanuel Macron arrive en tête avec 27,21% alors que Jean-Luc Mélenchon n’arrive qu’en deuxième position (24,35%) mais Marine Le Pen n’est plus très loin derrière avec 21,81%. A Callac, bastion ultra communiste, si le président sortant est en tête, Marine Le Pen le talonne avec 24,79%, Jean-Luc Mélenchon n’arrivant qu’en troisième position (20,47%). A l’instar de la Basse Loire communiste, même dans le Trégor rouge, Mélenchon n’arrive pas à dépasser Macron et à distancer Le Pen. Le Trégor rouge est même quasiment en passe de basculer dans le « lepénisme populaire » à l’image du Nord jadis place-forte du stalinisme municipal.

Carte : Le Télégramme

Trémargat et son cortège de néo-ruraux sortis de Rennes 2 fait cependant mentir la tendance en élisant Mélenchon à 64,44% à la tête du soviet de la commune. Même performance à Mellionnec où le leader de la LFI frôle les 54% mais où la deuxième place revient à… Marine Le Pen (14,33%) devançant Emmanuel Macron d’une seule voix. Scénario quasiment identique à Saint-Nicodème, autre bastion du Trégor rouge de jadis. Mélenchon effectuant sa dernière tournée, que se passera-t-il dans cinq ans ?

Sur une carte, la Bretagne apparaît toujours comme un « îlot de résistance » au lepénisme. La France bascule toujours un peu plus vers le vote Le Pen tandis que l’Ouest et la Bretagne sont encore des tâches orange sur une carte hexagonale qui devient de plus en plus bleu marine. Mais cette « résistance » est en trompe l’oeil, la Bretagne est bel et bien en train de basculer tout doucement vers le vote protestataire. Pas par attirance particulière vers le jacobinisme troisième république de Marine Le Pen mais bien par dégoût de la politique migratoire et rejet de la classe politique traditionnelle, les deux mamelles du lepenisme.

Car en Bretagne comme ailleurs, la classe ouvrière et le monde rurale font face à la bourgeoisie des gagnants de la mondialisation et au monde urbain. Les scores de ces deux mondes apparaissent de plus en plus en miroir. Comme deux visions du monde qui s’affrontent. Comme deux mondes qui se regardent sans se comprendre. Les anciens bastions communistes, quant à eux, se « marinisent » de plus en plus alors même que les secteurs les plus ruraux du Kreiz Breizh et du Morbihan intérieur ont déjà largement basculé dans le vote Front National. Emmanuel Macron, synthèse chimiquement pure du libéralisme-libertaire et de la Droitche, arrive encore en tête dans une maximum de villes bretonnes mais pour combien de temps ?

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

11 réponses

  1. La Bretagne « se singularise » peut-être par rapport à la France mais elle est fidèle à elle-même : depuis des décennies, globalement, elle reproduit les grandes évolutions politiques françaises avec quelques années de décalage (elle n’a commencé à voter massivement gaulliste que des années après 1958, socialiste que des années après 1981, etc.). L’avantage des sortants et des visages connus y est plus grand qu’ailleurs. Un nouveau venu comme Eric Zemmour ne peut y obtenir d’emblée un score élevé. Le Pen et Mélenchon s’y font accepter à la longue (pas de chance, ils ne seront plus là la prochaine fois pour en profiter…). Les Verts continuent à progresser en Bretagne, mais peu : leur essoufflement national commence à se ressentir. Le fait vraiment remarquable est l’effondrement du Parti socialiste : dans les élections précédentes, il faisait des scores élevés car il incarnait les « gens en place ». Mais Macron incarne mieux le pouvoir en place et Mélenchon l’opposition en place. Quant aux idées spécifiquement socialistes, finalement, elles ne pesaient pas lourd.

  2. La répartition des votes entre les trois principaux candidats en Bretagne (et ailleurs) est assez éclairante. Macron réalise ses meilleurs scores dans les îles du Morbihan, à Bréhat, Marine Le Pen est en tête dans nombre de communes rurales et des villes ouvrières autrefois communistes et Mélenchon réalise des scores records à Rennes ou Nantes. Macron est bien le président des riches et des élites urbaines, Marine Le Pen la candidate du peuple (le vrai); quant à l’électorat de Mélenchon qui se prétend le candidat du peuple, c’est un agrégat gauchiste urbain de sous-prolétariat de banlieue, de divers islamistes et racisés, et d’étudiants décérébrés. Tous ces derniers seront les alliés objectifs et collabos du grand déconstructeur Macron.

  3. J’ai honte d’être breton, quand je vois les résultats… il n’y a rien à faire, tous abreuvés à BFM, c’est vrai que c’est ça ou picoler voir les deux…

  4. On va résumer. Le Bretagne, dans sa globalité, a veauté Macron. Point barre !
    Le reste, c’est du blabla.
    La Bretagne est un pays de collabo et la je suis bien gentil.
    J’espère qu’en retour, notre bon poudré vous enverra des hordes de migrants. Et ne venez pas vous plaindre, vous le méritez.

  5. les gens veulent travailler jusqu’à 65 ans !!!
    ils veulent que mackinsey continue
    ils veulent toujours plus d’immigrés
    ils veulent macron , ils l’auront

  6. la bretagne avec le taux de suicide le plus fort d europe,avec un fort taux d alcolisme ,une grosse consommation de pschycotropes et de drogues .la region bretagne la plus vaccine du covid de france et une region qui est un bastion du macrnisme .ceci confirme que les bretons sont un peuple de degenere.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS