Présidentielle 2022. Dans les prisons françaises, Mélenchon au premier tour, Macron au second : merci Dupont-Moretti ? [Vidéo]

Macron

À l’instar du reste du pays, Emmanuel Macron est arrivé en tête du scrutin présidentiel le 24 avril dans les prisons françaises. Des détenus qui, au premier tour, avaient largement plébiscité Jean-Luc Mélenchon. Avant de se souvenir que le président sortant avait un ministre nommé Éric Dupont-Moretti ?

Emmanuel Macron couronné par les prisonniers

Dimanche 24 avril, on a aussi voté dans les prisons françaises lors du second tour de l’élection présidentielle. Des prisons où, depuis 2019 à l’occasion des élections européennes, le vote par correspondance a été autorisé. En cette année 2022, c’est donc la première fois que les prisonniers du pays ont eu l’occasion d’exprimer leur choix dans les urnes quant au futur président de la République. Après avoir été acheminés à Paris, c’est au ministère de la justice que les bulletins de vote des prisonniers ont été dépouillés.

Et, puisque ce dépouillement a eu lieu dans le 1er arrondissement de Paris, la différence entre les résultats globaux du 1er arrondissement de la capitale, publiés par le ministère de l’Intérieur, et ceux issus des bureaux de vote, publiés par la mairie de Paris, a donc permis de connaître les résultats des votes par correspondance des détenus.

À la lecture des résultats, il s’avère qu’Emmanuel Macron a très largement devancé Marine Le Pen dans les 188 établissements pénitentiaires du pays. Sur plus de 9 000 votes exprimés, le président sortant a recueilli 65,3 % des suffrages (6 117 voix) chez les prisonniers contre seulement 34,7 % (3 248 votes) pour Marine Le Pen. Ainsi, le score d’Emmanuel Macron auprès des prisonniers français est donc supérieur de 7 points à son résultat au plan national (58,6 %).

Le raz-de-marée Mélenchon au premier tour

Si le président sortant a donc ravi la vedette à Marine Le Pen dans les prisons hexagonales, il n’avait guère pu rivaliser avec Jean-Luc Mélenchon au premier tour du scrutin.

Le candidat de l’Union populaire avait récolté 45,78 % des suffrages auprès des détenus, soit deux fois plus que le résultat de l’insoumis au niveau national. Il devançait alors Marine Le Pen (20,28 %) et Emmanuel Macron (18,6 %). Marine Le Pen qui, durant sa campagne, avait notamment fait la promotion du retour des peines planchers ainsi que de la suppression de la plupart des réductions et des aménagements de peine. En parallèle, la candidate RN s’était également prononcée en faveur de la perpétuité réelle.

Précision importante toutefois, il faut noter qu’environ 13 000 détenus étaient inscrits pour voter par correspondance à cette élection présidentielle tandis que la France comptait environ 70 000 prisonniers au 1er mars 2022. Par ailleurs, outre le vote par correspondance, un détenu pouvait, s’il souhaitait s’exprimer dans les urnes, soit obtenir une permission de sortie pour aller voter, soit trouver un mandataire inscrit dans la même commune afin de lui donner procuration. Deux alternatives auxquelles ont eu recours environ 2 000 prisonniers.

Quand le ministre Dupont-Moretti était acclamé en prison…

Emmanuel Macron doit-il son succès au second tour parmi les détenus à son ministre de la justice Éric Dupont-Moretti ? Celui qui s’était présenté comme le « ministre de l’antiracisme » lors de sa prise de fonction à l’été 2020 avait été acclamé quelques jours plus tard lors d’une visite à la prison de Fresnes par les détenus, eu égard à son passé d’avocat médiatique.

Le même Éric Dupont-Moretti qui, en 2015, avait déclaré qu’il fallait « interdire le Front National ». Des mots qui ont pu trouver un écho auprès de certains délinquants et criminels incarcérés.

Quelques précisions utiles sur la population carcérale française, pouvant accessoirement expliquer en partie le vote des détenus :

Eric Zemmour : « On a 25% d’étrangers dans nos prisons, et je ne parle même pas des binationaux… Il faut les renvoyer chez eux »

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. Excusez moi , mais il y a une chose qu’il va falloir m’expliquer ! J’ai toujours entendu dire que les détenus étaient privés de leurs droits civiques ?????? Cela aurait il changé ?????

    1. apparemment oui!
      le droit de diriger le pays appartient donc en partie à ceux qui veulent le détruire

  2. si vous saviez toutes les lois changées ou détricotées au bon vouloir de Maron !! beaucoup tomberaient de leur chaises !

  3. Ces pourris de Méchancon et de Macron vont chercher leurs voix jusque dans les prisons !!! Nous sommes vraiment dans une ripoublique !!! Moi qui pensait que les prisonniers (surtout de droit commun) perdaient le droit de vote !!!!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !