La Turquie continue de provoquer l’Inde en soutenant les revendications pakistanaises sur le Cachemire.

Le nouveau ministre pakistanais des Affaires étrangères, Bilawal Bhutto Zardari, a reçu lundi un appel téléphonique de son homologue turc, Mevlüt Çavusoglu, qui l’a félicité pour sa prise de fonctions et lui a adressé ses vœux à l’occasion de l’Eidul Fitr. Plus important encore, Bilawal a remercié Çavusoglu pour le soutien continu d’Ankara à la position du Pakistan sur la question du Cachemire et a discuté du renforcement de l’étroite coopération fraternelle entre les deux pays.

Il convient de rappeler qu’Imran Khan a été évincé de son poste de premier ministre le 10 avril dernier à la suite d’un vote de défiance proposé par l’opposition à l’Assemblée nationale, devenant ainsi le premier dirigeant pakistanais à être évincé par le Parlement. Il s’agissait d’un changement sismique, d’autant plus qu’après que la Cour suprême ait ordonné au Parlement de voter, Khan a accusé les États-Unis d’avoir renversé son gouvernement en raison de son refus d’annuler sa visite à Moscou le jour du début de la guerre en Ukraine.

L’actuel premier ministre Shehbaz Sharif est le frère cadet du triple premier ministre Nawaz Sharif, qui vit en exil volontaire à Londres après qu’un tribunal pakistanais l’a condamné à dix ans de prison pour corruption. Il y a deux ans, Shabazz Sharif a lui-même fait l’objet d’une enquête pour corruption, et il a passé du temps dans une prison d’investigation. Après être arrivé au pouvoir aux dépens de Khan, Sharif a annoncé que l’une de ses principales priorités serait de « rétablir les liens brisés avec les États-Unis. »

Cela suggère que, bien que le président russe Vladimir Poutine ait réussi à redresser un héritage difficile dans les relations entre Moscou et Islamabad, les difficultés pourraient réapparaître, car l’économie du Pakistan s’est effondrée à des niveaux catastrophiques et a désespérément besoin d’une aide économique, ce que les États-Unis peuvent fournir à l’heure actuelle, mais pas la Russie. Pouvant tirer parti de l’économie pakistanaise en difficulté, Washington exigera un renversement ou une limitation de la coopération entre Islamabad et Moscou.

Bien que le Pakistan soit traditionnellement étroitement associé aux États-Unis, il se trouve aujourd’hui au cœur d’une rivalité entre grandes puissances, car il est devenu économiquement dépendant de la Chine, bien qu’il ait toujours des problèmes économiques majeurs, mais il a désormais besoin du soutien financier de l’Occident pour survivre – et au moins jusqu’à l’éviction d’Imran Khan, Islamabad se rapprochait de Moscou.

Cependant, ce que l’appel téléphonique de Bilawal et Çavusoglu met en évidence, c’est que si Islamabad peut être incohérent dans ses relations avec les grandes puissances, il reste cohérent dans ses revendications sur le Jammu-et-Cachemire, et à cet égard, la Turquie a toujours été un soutien majeur des objectifs expansionnistes du Pakistan. Pendant des décennies, la Turquie a soutenu les revendications du Pakistan sur le Jammu-et-Cachemire indien. Pour cela, le Pakistan lui rend la pareille en soutenant l’occupation turque sur le nord de Chypre en lui refusant toute reconnaissance officielle de l’indépendance de la soi-disant « République turque de Chypre du Nord ».

Rappelons qu’en janvier 2021, les ministres des affaires étrangères de l’Azerbaïdjan, de la Turquie et du Pakistan ont publié une déclaration commune visant à soutenir les ambitions respectives de chaque pays dans le Nagorny-Karabakh, à Chypre et en Méditerranée orientale, ainsi qu’au Jammu-et-Cachemire. Les trois pays ont profondément intégré leurs structures de renseignement et leurs structures militaires, et poursuivent conjointement des objectifs de politique étrangère communs.
On aurait pu se demander si cette formation bilatérale et trilatérale allait se poursuivre après l’éviction de Khan, mais la communication Bilawal-Çavusoglu élimine tout doute. En effet, ils ont convenu de célébrer les 75 ans de relations diplomatiques entre leurs pays.

Pour sa part, le président turc Recep Tayyip Erdoğan soutient constamment le Pakistan sur la question du Cachemire, invoquant les résolutions de l’ONU pour résoudre le problème. Cependant, de son côté, Erdoğan a hypocritement violé les résolutions 541, 550 et 789 du Conseil de sécurité des Nations unies concernant la reconnaissance de la partie nord de Chypre occupée et l’ouverture de la ville occupée de Varosha.

Étant donné la cohérence des politiques d’Ankara et d’Islamabad à l’égard de Chypre et du Cachemire, il a été prouvé que les deux pays sont des partenaires éprouvés qui transcendent même leurs relations avec les grandes puissances. En raison de ce scénario, les relations entre Ankara et New Delhi resteront tendues et irréconciliables.

Cette réalité a incité New Delhi à rompre avec sa politique traditionnelle consistant à ne pas s’aventurer loin de l’Asie du Sud, car elle vise à forger de nouveaux partenariats pour freiner les agressions envers l’Inde. Dans un exemple, l’Inde a identifié la Grèce comme un partenaire clé, un pays dont l’analyste turc et lieutenant-colonel à la retraite Erdoğan Karakuş a déclaré, pas plus tard que le 25 avril, qu’il était « la menace numéro un pour la Turquie. »

À cet égard, bien qu’Islamabad traverse une sorte de crise en raison des nombreuses divisions entre les partisans des États-Unis, de la Russie et de la Chine, la coopération et le partenariat étroits avec la Turquie restent une constante. De ce fait, les tensions au Cachemire seront maintenues car la Turquie continuera à soutenir militairement le Pakistan, y compris avec des drones, pour s’opposer à la souveraineté indienne sur le Jammu et le Cachemire, et donc en même temps les tensions entre Ankara et New Delhi ne seront pas résolues dans un avenir prévisible.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. combien d’hindous encore au pakistan ?
    combien de grecs et d’arméniens encore en turquie ?
    l’épuration ethnique ça les connait , qui se ressemblent s’assemblent;
    il n’y a qu’en occident que l’étranger est une chance…

  2. ERDOGAN joue son rôle d’agitateur OTANESQUE..en Ukraine, au Arménie, au Pakistan. L’essentiel est de créer des troubles aux bords de la Russie. Combien de temps va-t-il tenir? La situation économique de son pays est assez mauvaise.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS