Géopolitique. Une analyse pro-russe de la stratégie militaire en Ukraine

Ci-dessous, et dans un esprit de refus d’une information à sens unique, nous vous proposons l’analyse du point de vue russe de la stratégie militaire en Ukraine, signée Drago Bosnic, géopoliticien et analyste militaire

Ukraine-Russie : un conflit pas si binaire que cela

Dans la couverture médiatique occidentale du conflit ukrainien, une seule conclusion s’impose : l’Ukraine est en train de gagner, de manière décisive. La Russie est faible, ses soldats souffrent d’engelures, le fameux « fantôme de Kiev » a abattu des centaines d’avions, la Russie a également perdu des dizaines de navires, des dizaines de milliers de soldats, elle n’a pas de carburant, pas d’obus d’artillerie, elle a épuisé ses missiles de haute précision à longue portée au moins 5 fois depuis la fin février, les agriculteurs ukrainiens n’utilisant que des tracteurs battent des colonnes entières de chars russes et même les babouchkas ukrainiens réussissent à abattre des drones russes en leur lançant des bocaux à cornichons.

C’est pratiquement le seul discours autorisé dans les médias de masse. Tout débat informé et objectif est exclu. Les personnes ayant une grande expérience militaire, comme Scott Ritter ou le colonel Douglas McGregor, sont évincées ou même accusées d’être des « propagandistes du Kremlin » parce qu’elles trouvent le récit médiatique non seulement complètement faux, mais tout simplement ridicule.

D’un point de vue purement propagandiste, ces faux récits sont utilisés à bon escient, tant par les médias que par le gouvernement américain. En faisant croire à l’opinion publique que la Russie est en train de perdre, il est plus facile de dépeindre le président Poutine comme prétendument désespéré et plus susceptible d’utiliser des armes telles que les armes nucléaires, qui sont alors considérées comme la « ligne rouge » pour les États-Unis. Inutile de dire que tous ces mensonges sont extrêmement dangereux, car ils amènent le public occidental à croire que la Russie est faible et que les États-Unis et l’OTAN la vaincront facilement. Après tout, si l’Ukraine réussit si bien, ce serait une promenade de santé pour l’Occident politique, n’est-ce pas ? C’est pourquoi une analyse militaire honnête de la situation est nécessaire pour que les gens comprennent ce qui se passe réellement.

Avant l’opération militaire spéciale en Ukraine, il y avait beaucoup de spéculations sur le fait que l’Ukraine tomberait dans les 2 ou 3 jours. Ces affirmations émanaient non seulement de l’OTAN, mais aussi de nombreux partisans de la Russie. Cependant, nous oublions souvent à quel point l’Ukraine est immense. Prendre une voiture et faire un tour de Kharkov à Lvov prendrait des jours. Imaginez le temps qu’il vous faudrait pour prendre le contrôle de ce même territoire par des moyens militaires. Il est pratiquement impossible de le faire en 2-3 jours. C’est particulièrement vrai en 2022. Même si une telle opération avait eu lieu en 2014, elle n’aurait pas été possible en quelques jours, même si elle aurait été plus facile. Les conditions de l’époque étaient parfaites d’un point de vue purement militaire. L’Ukraine disposait d’à peine 6 000 soldats prêts au combat, tandis que l’armée russe était déjà à mi-chemin d’un important effort de modernisation et comptait plus de 150 000 professionnels dans ses rangs. Sans compter que les services de renseignement comme le SBU, ainsi que l’armée ukrainienne elle-même, comptaient beaucoup de personnel pro-russe qui se serait rangé du côté de la Russie, comme beaucoup l’ont fait en passant du côté de la DLNR au début du conflit en 2014.

Nous l’avons également constaté en Crimée, où presque toutes les troupes qui y étaient stationnées en 2014 ont décidé soit de rester neutres, soit de rejoindre l’armée russe. La raison pour laquelle la Russie n’a pas réagi de la même manière dans la majeure partie de l’Ukraine est qu’elle n’était pas prête pour une guerre économique de l’ampleur de celle d’aujourd’hui. L’économie russe a subi un choc en 2014 et il y a eu une forte dévaluation du rouble, même si le nombre de sanctions à cette époque n’était « que » de quelques centaines. C’est toutefois incomparable avec la situation actuelle (environ 10 000 sanctions). L’Occident politique peut s’insurger contre la résilience inattendue de l’économie russe, notamment de sa monnaie, mais cela n’est guère surprenant, car la Russie a eu 8 ans pour se préparer à cette éventualité, ce qui n’était pas le cas en 2014.

En revanche, d’un point de vue militaire, cette opération est incomparablement plus difficile aujourd’hui qu’elle ne l’aurait été il y a 8 ans. Premièrement, la russophobie en Ukraine était loin d’atteindre les niveaux actuels. Certes, elle était forte dans l’extrême ouest du pays (principalement à Lvov), mais elle y existait déjà depuis un certain temps. Cependant, près d’une décennie de propagande anti-russe enragée a propagé la haine à une grande partie de l’Ukraine occidentale et centrale (à Vinnytsa, Zhytomyr, Cherkasy, Kiev, etc.). Après 8 ans, des générations entières ont été élevées avec la russophobie comme norme. Un enfant âgé de 13-14 ans en 2014 est maintenant une jeune personne de 21-22 ans, prête à combattre les « méchants Russes », car il/elle a été formé(e) à penser qu’ils n’ont pas d’autre ennemi que la Russie.

La nouvelle Ukraine contrôlée par l’Occident a été transformée en une anti-Russie. Elle a créé une solide armée professionnelle comptant 200 à 250 mille personnes, entraînée selon les normes les plus élevées de l’OTAN et bien mieux armée et équipée qu’en 2014. Les pays de l’OTAN ont investi des dizaines de milliards dans la modernisation et la formation de l’armée ukrainienne. Avant même 2014, les officiers et soldats ukrainiens ont suivi un entraînement intensif avec les troupes de l’OTAN, principalement américaines et britanniques depuis au moins 2001. En 2003, les Ukrainiens ont directement participé à l’invasion de l’Irak et ont également eu une présence militaire en Afghanistan.

L’inquiétante implantation de l’OTAN en Europe

On peut donc dire que l’armée ukrainienne était l’une des plus importantes d’Europe, entièrement mobilisable avec n’importe quelle force de l’OTAN, comme l’ont prouvé de nombreux exercices militaires en Allemagne, en Pologne ou en Ukraine même. Elle coopérait largement avec l’OTAN dans le cadre du programme dit de « dialogue intensifié », qui n’est qu’un autre euphémisme pour le MAP (plan d’action pour l’adhésion à l’OTAN). De plus, après 2014, les ingénieurs de l’OTAN en Ukraine ont conçu et aidé à construire l’un des plus grands réseaux de fortifications de notre époque. Selon diverses sources, les fortifications souterraines s’étendent sur des centaines de kilomètres dans les parties occidentales de l’ancien oblast (région) de Donetsk qui est resté sous contrôle ukrainien après 2014.

Lorsque l’armée russe a commencé l’opération, elle a dû tenir compte de tout cela, c’est pourquoi elle avait de multiples plans d’urgence. Le plan initial consistait à prendre rapidement les points stratégiques les plus importants, principalement en menant des frappes de missiles à longue portée, suivies d’assauts audacieux par hélicoptère. L’objectif principal était de provoquer l’effondrement effectif du régime putschiste de Kiev et de terminer l’opération le plus rapidement possible, avec le moins de victimes possible des deux côtés. Les missiles à longue portée visant les bases aériennes et de drones, les centres de commandement, les sites de défense aérienne, les lignes de ravitaillement, etc. ont été très efficaces, tandis que les raids d’hélicoptères ont permis d’établir un contrôle opérationnel avancé sur des aéroports tels que celui de Gostomel, juste au nord-ouest de Kiev.

Dans les jours qui ont suivi, les groupes tactiques des bataillons (BTG) ont rapidement pris le contrôle des territoires au nord, au sud, à l’est et au sud-est et ont isolé toutes les grandes villes de ces régions. On s’attendait à ce que les villes se rendent rapidement et à ce que l’armée russe entre sans avoir besoin d’employer massivement l’artillerie et les frappes aériennes. Et c’est exactement ce qui se serait passé si l’OTAN n’avait pas ordonné à l’Ukraine d’utiliser son arme de dernier recours – les civils.

Le recours aux civils n’est pas une nouvelle stratégie pour le camp des perdants. L’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale et, plus récemment, les terroristes en Syrie en sont des exemples. Les terroristes soutenus par l’OTAN, connus sous le nom d' »opposition modérée » dans les médias occidentaux, s’infiltraient généralement dans des zones densément peuplées, où ils lançaient des attaques coordonnées contre les forces de sécurité, dans l’intention de provoquer une réaction brutale de l’armée syrienne. Le résultat escompté était des représailles qui touchaient une zone densément peuplée, comme une frappe d’artillerie en réponse à un acte terroriste, ce qui devait retourner la population contre le gouvernement syrien.

Cela a gravement entravé les capacités de combat de l’armée syrienne, car elle n’était pas en mesure de répondre efficacement à des centaines d’attaques quotidiennes, ce qui la contraignait à une retraite lente, presque perpétuelle. En 2015, la Russie est intervenue après une demande officielle de la Syrie. Elle a fourni des renseignements essentiels, déterminant finalement qui se cachait derrière les divers groupes terroristes. Ainsi, au lieu de devoir cibler des quartiers entiers sous contrôle terroriste, l’armée russe a utilisé une combinaison de frappes de précision et de négociations.

En échange d’un passage sécurisé négocié par la Russie vers des zones sous contrôle turc et américain, les terroristes ont permis aux civils d’évacuer en toute sécurité. De cette façon, des zones telles que l’ouest d’Idlib et le territoire autour de la base américaine d’Al-Tanf sont devenues des territoires isolés avec une grande présence terroriste. Cela a permis de réduire considérablement les pertes civiles et de faciliter la neutralisation des terroristes. Puis ont suivi des opérations offensives lentes mais décisives visant à minimiser les pertes parmi les soldats russes et syriens. Il s’agissait certainement d’une méthode plus lente de reconquête du territoire, mais elle s’est avérée assez efficace à long terme, empêchant souvent les insurrections de réapparaître dans des zones précédemment sécurisées.

Les militaires ukrainiens ont utilisé la même tactique que les terroristes en Syrie – occuper des bâtiments civils d’où ils attaquaient ensuite les troupes russes. Compte tenu des ordres stricts visant à éviter les pertes civiles, les Russes se sont retrouvés en difficulté, car désormais leurs BTG ne pouvaient plus avancer en raison des attaques ukrainiennes auxquelles ils ne pouvaient pas répondre efficacement sans mettre en danger les civils. La situation était presque identique à celle de la Syrie. Les soldats ukrainiens occupaient les étages supérieurs, tandis que les civils étaient contraints de se réfugier au sol ou éventuellement au premier et au deuxième étage, rendant l’artillerie et l’aviation russes pratiquement inutiles, car cibler ces zones résidentielles entraînerait des dizaines de milliers de victimes civiles en quelques jours. La même tactique a été utilisée dans toute l’Ukraine – de Nikolaev et Mariupol à Kramatorsk, Slavyansk, Kharkov, Tchernigov et Kiev même.

À la suite de cette approche, les Russes ont dû passer au plan suivant, celui qu’ils espéraient ne pas avoir à utiliser. Ils devaient mettre en place des positions défensives dans le nord, détruire la logistique de l’armée ukrainienne par des frappes à longue portée et commencer à se regrouper à l’est, au sud-est et au sud. Ce faisant, 35 à 40 000 soldats russes dans le nord ont réussi à immobiliser plus de 100 000 soldats ukrainiens. Il était évident que dans une telle situation, il n’y avait aucun moyen de prendre Kiev, une ville d’environ 3 millions d’habitants, où ces 100 000 soldats ukrainiens pouvaient facilement se cacher dans des bâtiments et utiliser des civils comme boucliers humains, comme ce fut le cas dans toute l’Ukraine.

Le sort de Marioupol est un très bon exemple de la raison pour laquelle la Russie essayait d’éviter les combats urbains. Lorsque les forces ukrainiennes à l’intérieur et autour de la ville ont été isolées et que le front du Donbass a été sécurisé, un retrait du nord de l’Ukraine a été ordonné pour éviter de nouvelles attaques des Ukrainiens auxquelles les Russes ne pouvaient pas répondre efficacement, en raison des Ukrainiens qui plaçaient de l’artillerie entre les immeubles d’habitation et même dans les cours d’école et les terrains de jeu. De nombreuses images prises par des civils ukrainiens le confirment.

L’armée russe et les troupes de la DLNR ont dû prendre le contrôle de Marioupol pour assurer une liaison terrestre entre la Crimée et le Donbass, ainsi que pour sécuriser le flanc gauche des troupes dans le Donbass. La ville a subi des dommages importants en raison de l’intensité des combats. Cela confirme pourquoi les militaires russes ont décidé d’éviter les batailles urbaines et de poursuivre le deuxième plan.

L’élément clé du deuxième plan n’est pas la prise de territoire. Au contraire, il se résume à l’épuisement de l’ennemi par l’attrition, combiné à une guerre de manœuvre lente mais régulière dans laquelle une progression prudente est réalisée avec un fort soutien d’artillerie et aérien. C’est la principale raison de la « lenteur » des progrès de l’armée russe dans le Donbass. Dans ce type de guerre, il est erroné d’essayer de voir des progrès à travers un changement territorial. Il faut plutôt regarder les lourdes pertes de l’Ukraine en hommes et en matériel. Cela donne une image beaucoup plus claire de la « lenteur » de l’armée russe. Cela explique également les plans de l’OTAN visant à fournir des équipements militaires à l’Ukraine, car leur objectif est de faire durer la guerre aussi longtemps que possible et avec autant de destruction que possible, afin d’affaiblir l’armée russe.

La Russie a répondu en ciblant les infrastructures ferroviaires et autres infrastructures de transport dans l’ouest et le centre de l’Ukraine, empêchant la livraison d’armes de l’OTAN et s’assurant que l’opération à Donbas se poursuive sans relâche. L’objectif ultime de ce type de guerre est de limiter les opérations de combat à une zone aussi réduite que possible, avec le moins de civils possible. Il s’agit d’empêcher la destruction massive, en épuisant l’ennemi, tandis que son moral s’effrite par manque de nourriture, d’eau, de munitions, de renforts, etc. Dès que les forces ukrainiennes dans le Donbas seront neutralisées, les Russes pourront dicter d’éventuelles conditions de paix, empêchant ainsi toute nouvelle effusion de sang. Néanmoins, même si l’Ukraine refuse de capituler, il sera plus facile de reprendre des zones dans le Donbass et ailleurs dans l’est, ce qui empêchera ou du moins atténuera considérablement la répétition d’un autre Mariupol.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

13 réponses

  1. Voilà un article d’une clarté absolue sur ce conflit complètement intoxiqué par les médias à la botte occidentale .

  2. L’anonyme qui a écrit l’article, semble oublier que c’est la Russie qui est l’agresseur, et que les Ukrainiens défendent leur pays avec tous les moyens possibles. Poutine a préparé son coup depuis longtemps sans que l’OTAN n’intervienne.

    1. Montesquieu disait « le responsable d’une guerre n’est pas celui qui la déclenche, c’est celui qui l’a rendue inévitable ».
      En l’occurrence, Georges Bush père avait promis que les USA n’installeraient aucune base OTAN dan les pays de l’ex URSS en contre partie de l’arrêt de la dépendance de ces pays par la Russie, c’est à dire la fin du Pacte de Varsovie (pacte de défense du bloc de l’Est) et de son pendant l’OTAN (pacte de défense du bloc de l’Ouest).
      Mais cette promesse a été violée dès le début des années 1990 : La Russie a respecté sa parole et a clôt le pacte de Varsovie, mais les USA ont profité de l’extrême faiblesse de la Russie à cette époque pour installer une centaines de bases militaires équipées de fusées Pershing dans la majorité des pays de l’ex URSS. Ces missiles peuvent atteindre Moscou en 5 minutes.
      Au passage, les USA ont aussi démantelé l’ex Yougoslavie en bombardant pendant 78 jours les chrétiens orthodoxes du Kosovo et financé des coups d’état à leur profit dans plusieurs petits pays de l’ex URSS qui étaient restés pro russe. Le sénateur Mac Cain a fait une liste des pays conquis (avec les dates) et de ceux restant à conquérir (« to be done »), dont la Russie, l’Ukraine, ….
      Pour l’Ukraine, les USA se vantent d’avoir dépensé 5 milliards de $ pour le coup d’état de 2014, date du début des bombardement quotidien des civils du DonBass et de lougansk (on estime à 14000 le nombre de victimes civiles entre 2014 et 2022, mais pas un mot dans nos médias et aucune réaction de l’Occident pourtant signataires des accords de Minsk).
      On fait croire que la Russie veut refaire l’empire soviétique. Ce qui est complètement démenti par la Russie (pourquoi aurait elle abandonné cet empire qu’elle n’a d’ailleurs pas du tout les moyens de reconstituer ?).
      En fait, L’AGRESSEUR EST L’OCCIDENT (les USA avec leur vassal aux ordres qu’est l’UE). La Russie est revenue à l’époque des tsar et ne souhaite que de retrouver l’amitié d’avant la parenthèse soviétique (avec fin de non recevoir de l’UE aux ordres des USA pour lesquels « l’Europe de l’Atlantique à l’Oural » est un cauchemar).
      La propagande et la désinformation sont tellement énormes en Occident que ça me fait penser à un procès dont on n’écouterait que l’accusation. Comment les gens peuvent se faire influencer à ce point sans se poser de question ? Pour moi, c’est un mystère.

    2. On peut répéter le discours des médias français, cela ne changera pas grand chose. Vous devez savoir deux choses.
      D’abord les Américains ont distribué un nombre important de matériels très sophistiqués aux Ukrainiens, dès avant le 24 février 2022. On trouve une photo dans l’Express, disponible sur le net. Les Russes affirment que les Ukrainiens projetaient d’attaquer la région du Donbass, dès le mois de mars 2022; d’où l’attaque préventive du 24 février.
      Ensuite, les Russes expliquent que les violences contre le civils « pro-russes » se multipliaient au Donbass et que ces violences méritaient une réponse proportionnée.
      N’oublions pas que l’Ukraine est devenue le quasi 51° Etat américain. D’où la présence des fameux « laboratoires secrets » et le commerce international des bébés GPA, vendus en Occident.
      Pour finir, le texte publié est intéressant: il monte une volonté américano-britannique de faire la guerre contre la Russie. Mais est-ce notre guerre?

    3. Vous estimez que la Russsie est l’agresseur.
      Toutefois, il semble que l’Ukraine a tout fait pour provoquer les russes en suscitant l’agression.

    4. Monsieur Cloarec: vous négligez vous-même le fait que si la Russie est bien l’agresseur, l’Occident – à la botte des Américains- porte une lourde responsabilité: – promesse non tenue de non élargissement de l’Otan vers l’Est en contrepartie de l’acceptation de la réunification de l’Allemagne,
      – militarisation de l’ Ukraine dont l’armée était massée près du Donbass et prête à intervenir jusqu’à la Crimée si la Russie n’avait pris les devants ,
      – fomentation par la CIA des événements de 2014 (il y avait même un diplomate américain sur la place de Maïdan !!! )
      – soutien au régime ultra-corrompu et infesté d’Ukro-nazis. Zelenski, aujourd’hui chevalier blanc paré de toutes les vertus par l’Occident n’était que le chef de tous ces corrompus

  3. Depuis le coup d ‘état de 2014 en Ukraine,, ce sont bien les russophones du Dombass qui sont martyrisés avec à la clef des milliers de morts civils et militaires ! Et l’ Otan (dont la France) a bien bombardé la Serbie en 99 pour aider les musulmans albanais à voler le Kossovo aux serbes !!!! Les russes ne font qu’imiter les occidentaux et ils ont raison !!!

    1. Les bombardements ukrainiens ont fait 14 000 morts dans le Donbass, dont beaucoup d’enfants.
      Quant au comportement de l’OTAN en Serbie , ce fut ignoble, et déclenché sur la base de fakenews . Honte à l’Occident !

  4. Cette analyse complète celles fournies régulièrement par Stratpol, et elle correspond bien à ce qu’on a pu voir dans les reportages et les vidéos prises sur le terrain par « Donbass insider » et « Livre noir ». L’armée russe a déclenché son « opération spéciale » alors que les forces militaires ukrainiennes se préparaient à lancer une reconquête militaire de la Crimée et du Donbass. On peut accuser Poutine d’avoir attaqué le premier mais je ne comprends pas pourquoi nos généraux en retraite et en activité jugent a priori l’armée russe incompétente et sans moral. Je pense que la CIA est à l’origine d’une grande partie de cette désinformation.

  5. « Les terroristes soutenus par l’OTAN, connus sous le nom d’ »opposition modérée » dans les médias occidentaux, », on se souvient de fabius félicitant ceux qui faisaient « du bon boulot »!
    idem aujourd’hui, il y a le grans satan poutine et les anges gardiens de l’otan, biden dont le fils émargeait au budget ukrainien.
    cette guerre est pain béni pour les causes d’augmentation des prix, à croire que tout ce que nous consommons est aussi produit en ukraine

  6. Excellent article ; ce qui est dit colle bien avec ce que l’on peut observer si l’on prend la peine de chercher sur le net au lieu de s’en tenir à la propagande occidentale.

  7. Quand on prend la peine de chercher sur le net, on ne trouve pas de citation de Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu qui corresponde à la citation employée par notre auteur « le responsable d’une guerre n’est pas celui qui la déclenche, c’est celui qui l’a rendue inévitable ». J’ai peut-être mal cherché ou je connais mal Montesquieur ? Je citerais la chanson de Jean Ferrat « Un air de liberté … » « Contre un peuple luttant pour son indépendance … ». Monsieur Vladimir Vladimirovitch Poutine est un autocrate, ancien officier du KGB. Il a pris le pouvoir en Russie en trafiquant la constitution, il abreuve le peuple russe de fausses nouvelles, faisant appel aux bas insticts et 70 après les sacrifices héroïques de l’Armée rouge et des armées alliées, il a fait revenir la guerre en Europe alors que l’OTAN était qualifié « en état de mort cérébrale ». Il se serait laissé abuser par des provocations otanesques ? On lui aurait lancé un hameçon et il l’aurait gobé ? Qui a déclenché la guerre ? Ce sont bien des blindés, des hélicos et des avions russes dont les carcasses jonchent les plaines d’Ukraine avec les carcasses ukrainiennes. Le prétexte de défense des russophones est éculé ! La jeunesse russe ne s’y trompe pas qui fuit à travers la Turquie pour ne pas répondre à une conscription qui l’enverrait à la mort !
    Nous devons fondre l’acier des armes pour forger l’acier qu’il faut pour labourer ! Nix voyna : pas de guerre ! Mal nommer les choses ajoute au malheur des hommes disait Alber Camus ! Nomme la guerre « opération spéciale » est criminel ! Comme envahir un pays !

  8. Citoyen34, vous avez bien assimilé la doxa occidentale qui ne donne la parole qu’à tout ce qui est anti russe et censure tout le reste.
    Je n’aimerai pas être jugé par quelqu’un qui ne donne la parole qu’à l’accusation et musèle la défense de peur que les gens comprennent ce qui se passe.
    Un simple VPN permet de contourner cette propagande purement occidentale (ie américaine puisque l’UE est dirigée par le monde de la finance anglo-saxonne) et de se rendre compte que l’énorme majorité du monde est scandalisé par ce que fait l’Occident et l’OTAN dans cette affaire.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !