Loire-Atlantique : les liaisons dangereuses de François Bayrou

La réinvestiture – ou non – de Sandrine Josso, députée sortante de la 7e circonscription (Guérande, la Baule, Pontchâteau, Saint-Gildas-des-Bois) tourne au vaudeville, bien qu’elle soit soutenue par François Bayrou en personne. La députée sortante, elle, illustrait à sa façon le concept de « république exemplaire » en comparaissant ce mardi 10 mai en correctionnelle dans une affaire dont le verdict devrait être rendu le 31 mai – la majorité présidentielle prendrait le risque, en l’investissant d’ici le 20 mai, date limite, que la décision tombe en pleine campagne.

L’affaire porte sur une dette contractée en octobre 2018 auprès de son attachée parlementaire, pour 10.514 ,29 €, sous forme de deux chèques pour payer des retards de loyer de sa permanence parlementaire. Elle s’est engagée par mail à verser à son attachée parlementaire, en arret de travail depuis début 2019, la somme de 444.44 € pendant 18 mois, mais ne l’a fait que trois fois, et ne s’est pas acquittée de sa dette.

Et cela n’en prend pas le chemin : la députée Josso soutient à son procès qu’il s’agit d’une « logique de don et de contre-don » suite à un prêt de son ex-compagnon de 20.000 € en 2011 à une société de l’ex-compagnon de l’attachée parlementaire – il faut suivre. Pendant ce temps l’infortunée attachée parlementaire, qui avait contracté un prêt à la consommation de 9000 €, continue de le rembourser, difficilement.

Bayrou très impliqué, le Modem commande un sondage dans l’opacité

En interne, l’investiture Josso serait soutenue mordicus par François Bayrou. Ce qui lui donne l’occasion d’aller au clash contre un autre poids lourd de la majorité, Edouard Philippe, qui est venu deux fois à Guérande dont le maire Nicolas Criaud est le chef départemental de Horizons. Un philippiste est par ailleurs candidat à l’investiture sur la 7e – il s’agit de Xavier Fournier, membre d’Agir, une formation qui regroupe des ex-juppéistes et d’Horizons, adjoint au maire de Guérande, en charge de l’attractivité, de la com et de l’Europe.

En difficulté, le Modem a commandé un sondage sur sa notoriété, dont la justification dans les colonnes d’Ouest-France laisse songeur : « nous voulons être sûrs que Mme Josso n’est pas victime d’une cabale. Un échantillon représentatif de la population est contacté au téléphone pour donner son opinion sur le travail et l’image de Sandrine Josso. En fonction des résultats, nous verrons d’ici quelques jours si l’investiture lui revient ».

Une situation qui fait rire dans les rangs de la droite locale – elle aussi penche fortement vers Macron, dans la ligne d’un Franck Louvrier que certains verraient bien secrétaire d’état au Tourisme, au bon endroit pour promouvoir les intérêts de La Baule qu’il dirige – même s’il n’a pas réussi à mettre la main sur la communauté de communes Cap Atlantique, désormais dirigée par… Nicolas Criaud, maire de Guérande. Le maire de La Baule, Yves Métaireau, le prédécesseur de Franck Louvrier, la dirigeait depuis la création de la structure.

« Ca vire au feuilleton, et ça nous arrange », résume un vieux routier de la droite locale. « Josso est très mal vue ici, personne ne veut travailler avec, et cette affaire de sondage, c’est ridicule. Ça se voit qu’ils veulent gagner du temps et sortir du viseur médiatique. Ils vont contacter qui ils veulent, faire leur tambouille, et dire qu’elle est candidate naturelle, sans demander aux premiers concernés – c’est à dire les habitants. Il y a pourtant déjà eu un sondage, en 2020, ici à la Baule et elle l’a planté dans les grandes largeurs ! ».

Déjà un sondage grandeur nature, à la Baule en 2020 – et ce fut un échec cinglant

Le militant a raison – fin 2019, Sandrine Josso se lance dans la campagne des municipales de la Baule, en distribuant partout sa carte de député où il est écrit qu’elle est « commissaire de la Défense Nationale et des Forces armées », titre aussi ronflant qu’inexact. Elle a été à la commission Défense à l’Assemblée – mais cela ne fait pas d’elle une commissaire des armées, métier accessible sur concours.

Puis elle s’est illustrée par une interprétation très libre du code électoral – colistiers pris parmi ses ex-assistants parlementaires, permanence de campagne dans les locaux d’une entreprise, tracts sans mention de l’imprimeur – ce qui empêche en théorie de les distribuer, etc.

Des simagrées qui n’ont pas empêché les électeurs de la Baule de la rejeter, et même assez sèchement, avec 4.16% – un sondage grandeur nature qui n’a pas l’air de satisfaire le Modem. Comble, la députée Josso n’a pas rendu ses comptes de campagne à temps (le 16 juillet au lieu du 10, pour 11.316€ de recettes et 11.305€ de dépenses), ne l’a pas présenté par un expert comptable et a été condamnée en février 2021 à un an d’inéligibilité – peine qui ne l’empêche pas de concourir aux législatives 2022, donc.

Sandrine Josso, étendard de l’absence de « République exemplaire » de Macron ?

En tout état de cause, les militants LREM, assez implantés sur la côte, traînent des pieds pour faire la campagne de Josso, qui a une réputation désastreuse. Quant à la droite locale, elle se frotte les mains. « Après tout, on doit la députée Josso à la clairvoyance de LREM qui l’a investie, et à la vague LREM en 2017 – c’était alors une personnalité nouvelle, et elle n’était connue qu’à Herbignac – où ils s’en seraient bien passés », constate un militant LR baulois.

« On peut bien nous chambrer avec le score de Pécresse, mais Josso est députée, elle. Josso députée élue sous la bannière LREM, soutenue mordicus par Bayrou et la ministre el Haïry, réinvestie sous la bannière Modem bientôt ? Sandrine Josso députée, c’est la preuve que la  »République exemplaire » de Macron, elle n’existe pas, ce n’est que de la com, du bullshit comme on dit. Dans la réalité, on a Mme Josso qui endette ses collaborateurs parlementaires et une députée de l’Hérault qui s’achète de la lingerie fine aux frais des contribuables. Et ces deux là décident des lois qu’elles ne respectent pas et qui s’appliquent à leurs concitoyens ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Il faut faire barrage à tous ces salopards qui nous ont ruinés pendant 5 années, la vie politique est de plus en plus malmenée, il faut virer tous les incapables de la république !!

  2. la république exemplaire, un exemple parmi tant d’autres de cette majorité, toléré et même soutenu! les petites culottes d’une députée d’occitanie, les accusations de corruption d’alexis kohler bien plus graves, la qausi impunité etc. une majorité des électeurs sont d’accord pour que ça perdure, étonnant !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !