Irlande du Nord. Le gouvernement britannique s’apprête à présenter des propositions concernant l’héritage des Troubles

loyalisme_ulster

Le gouvernement britannique s’apprête à présenter un projet de loi sur l’héritage des Troubles en Irlande du Nord. Le secrétaire d’État à l’Irlande du Nord a déclaré tard lundi que le gouvernement présenterait ce mardi le projet de loi sur les troubles en Irlande du Nord (héritage et réconciliation).

Cette annonce intervient au lendemain de la visite du Premier ministre Boris Johnson en Irlande du Nord dans le but de rétablir le partage du pouvoir, dans un contexte de tensions persistantes autour du protocole d’Irlande du Nord. M. Johnson a été accueilli par une manifestation à Hillsborough, dans le comté de Down, alors que des militants s’opposaient aux propositions de son gouvernement.

L’année dernière, l’indignation a été grande lorsque le gouvernement a dévoilé des propositions visant à offrir une amnistie effective pour les infractions liées aux troubles. Comme l’a révélé le discours de la Reine la semaine dernière, le plan semble avoir été modifié en réponse à l’opposition massive aux propositions initiales.

Selon les dernières informations recueillis notamment par le Belfast Telegraph, l’immunité sera offerte à certains acteurs des Troubles en fonction de leur coopération avec une nouvelle Commission indépendante pour la réconciliation et la récupération d’informations. Ce nouvel organe a pour but d’aider les personnes et les membres des familles à rechercher et à recevoir des informations sur les décès et les blessures graves liés aux Troubles.

Il est également conçu pour produire un dossier historique sur ce que l’on sait de chaque décès survenu pendant les troubles. Les propositions laissent ouverte la voie à des poursuites si les personnes ne sont pas considérées comme ayant mérité leur immunité. Plus de 3 500 personnes ont été tuées pendant les Troubles, dont plus de 1 000 membres des forces de sécurité britanniques et nord irlandaises. La plupart des décès sont attribués aux paramilitaires républicains, tandis que 30 % sont imputés aux paramilitaires loyalistes et 10 % aux forces de sécurité.

Le secrétaire d’Etat Brandon Lewis a déclaré qu’il n’y aurait « aucun accès automatique à l’immunité » dans le cadre de ce plan. « Les années de troubles ont été une période terrible de notre histoire, avec des pertes de vie tragiques dans toutes les communautés. Après la signature de l’accord de Belfast (Good Friday), des compromis difficiles ont été faits à juste titre pour soutenir le processus de paix – traiter l’héritage des Troubles de manière complète et équitable est un autre de ces pas en avant. Le système actuel est défaillant ; il n’apporte ni vérité ni justice à la grande majorité des familles. Il laisse tomber les victimes comme les anciens combattants. Chaque famille qui a perdu un être cher, quel qu’il soit, recevra plus d’informations que jamais sur les circonstances de son décès. Un processus d’enquête robuste et indépendant sera au cœur de cette approche, soutenu par un programme ambitieux et complet d’histoire orale qui permettra aux gens de raconter leur histoire et de partager leurs expériences. L’immunité sera accordée aux personnes qui coopèrent, ce qui constitue la meilleure voie pour donner aux victimes et à leurs familles les réponses qu’elles recherchent depuis des années, ainsi que pour donner à nos anciens combattants la certitude qu’ils méritent »

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !