Emeric Salmon (RN) et Matthias Tavel (LFI) font du nomadisme

Emeric_salmon

Lorsque l’on a fait de la politique son métier, on doit être prêt à jouer la bonne à tout faire… Les dirigeants du parti décident et les « employés » exécutent… C’est ce qui arrive à Emeric Salmon, le bras droit de Gilles Pennelle, le grand manitou du RN en Bretagne. Aux élections régionales de décembre 2015, on trouve Salmon en troisième position dans la section Ille-et-Vilaine de la liste présentée par le Rassemblement national ; cette dernière est évidemment conduite par Pennelle, conseiller municipal de Fougères. La liste obtient douze élus au second tour, parmi eux on trouve Emeric Salmon. On revoit le jeune conseiller régional aux élections municipales à Rennes (mars 2020) ; il figure en tant que tête de liste du « Rassemblement pour Rennes ». Catastrophe : au premier tour, le RN arrive en sixième position avec seulement 1904 voix (4,21 %). Pas d’élus, pas de remboursement des frais de campagne.

Arrivent les élections régionales de 2021. Au premier tour (20 juin), la liste du RN obtient 121 452 voix (14,27 %). Au second (27 juin), on constate un recul : 115 541 voix (13,22 %), ce qui donne seulement huit sièges. Or Emeric Salmon figure en troisième position de la section Morbihan – il a été « muté »… Il n’est donc pas réélu. Initialement, l’arrivée de Salmon dans le Morbihan signifiait qu’il dirigerait la liste dans ce département. D’où la colère du secrétaire départemental du RN, Yvan Chichery : il dénonce une politique des « copains d’abord », avec « des gens qui tombent du ciel, qui sont parachutés ». « On fait passer des gens qui n’ont jamais travaillé sur le terrain, qui n’ont jamais rien fait pour le parti et on va les mettre en premier aux élections régionales ! Pour moi, ce n’est pas possible », poursuit-il (Dimanche Ouest-France, 14 mars 2021).

Mais survient un coup médiatique : Marine Le Pen embauche un homme d’affaires nommé Florent de Kersauzon – le frère du navigateur Olivier de Kersauzon ; c’est lui qui dirigera la liste dans le Morbihan. Et comme la seconde place revient automatiquement à une femme, Salmon se retrouve troisième. Kersauzon est un électeur de droite – « camp qu’il a fréquenté sans y exercer de responsabilités et pour lequel il a voté « pendant quarante ans » (Marianne, 4 juin 2012) – en désaccord avec de nombreuses positions du RN. Il « explique franchement que la retraite à 60 ans après quarante annuités, au programme du RN, est une ânerie infinançable. Il n’a pas non plus un profil très lepéniste et il est, finalement, un représentant assez appuyé de l’élite financière mondialisée : il a été analyste financier à la Chase Manhattan Bank, puis a passé vingt ans dans le groupe Alcatel avant de fonder une société de gestion de fonds d’investissements qui lui vaut quelques ennuis : l’Autorité des marchés financiers (AMF) l’a condamné, en septembre 2020, à 100 000 euros d’amende et cinq ans d’interdiction de gestion. » (Le Monde, samedi 8-dimanche 9-lundi 10 mai 2021). « Je suis extrêmement heureuse de le voir associer son nom illustre à notre liste », se félicite Marine Le Pen (Le Télégramme, Bretagne, vendredi 7 mai 2022). Résultat des courses : au second tour, la liste RN obtient 33 605 voix (16,57 %) dans le Morbihan et arrive en quatrième position dans ce département. A La Trinité-sur-Mer, « fief » théorique des Le Pen et de l’« homme d’affaires » Kersauzon, la liste du RN se classe quatrième (12,56 %) avec 98 petites voix. Comme le dit si bien Kersauzon : « Si je peux prendre ma part dans la modernisation de ce parti, avec joie ! » (Marianne, 4 juin 2021).

Un Breton en Bourgogne

Que devient Emeric Salmon dans ce mic-mac ? Il paraît que le parti l’a expédié en Bourgogne ; il est candidat dans une circonscription jugée « gagnable » par le RN. Alors que Florent de Kersauzon est candidat à Ploërmel, circonscription dans laquelle il est assuré de recevoir une veste.

Chez LFI, on fonctionne de la même manière. Les électeurs de gauche de la circonscription de Saint-Nazaire voient donc débarquer un type du Mans, Matthias Tavel, proche de Jean-Luc Mélenchon dont il fut le directeur de cabinet jusqu’en 2017 et conseiller régional des Pays de la Loire. Tavel n’est pas un homme contrariant puisqu’il pouvait très bien atterrir à Nantes : « Ce sera en fonction de la répartition issue du nombre de candidats de chaque formation ». Mais il a des références : « Je suis le rédacteur du projet économique maritime de Jean-Luc Mélenchon. » (Ouest-France, Saint-Nazaire, mercredi 27 avril 2022). Devenu candidat de la Nupes (Nouvelle union populaire écologique et sociale) à Saint-Nazaire, Tavel a de sérieuses chances de l’emporter. En effet, au premier tour de la présidentielle, Mélenchon avait obtenu 25,34 % des suffrages exprimés contre 27,51 % pour Macron dans la circonscription.

La révolte des socialistes

Mais les membres du PS nazairien n’apprécient pas la plaisanterie. « Il nous est demandé de soutenir un candidat dont nous ne connaissons rien et sans lien avec le territoire », souligne Xavier Perrin, adjoint au maire de Saint-Nazaire. Ce dernier est donc candidat : « Avec ma suppléante Claire Tramier, engagée dans les combats écologistes, nous avons bâti un large rassemblement sans attendre les injonctions parisiennes verticales. Il compte aujourd’hui 600 citoyens impliqués dans la vie locale. Ce rassemblement nous l’avons construit par l’ancrage territorial sur la base de nos enjeux, de nos pratiques et de notre éthique. » (Ouest-France, Saint-Nazaire, jeudi 5 mai 2022)

Evidemment, David Samzun (PS), maire de Saint-Nazaire et président de la communauté d’agglomération, réaffirme son « soutien entier » à son adjoint à l’éducation. Les élus socialistes de la circonscription soutiennent également Xavier Perrin, ainsi que la section PS de Saint-Nazaire, la plus grosse du département avec près de 250 adhérents. Qu’en pensent les électeurs ? Le 12 juin, préféreront-ils le parachuté ou bien le gars du pays ?

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. mais un qui ne verra pas anormal cette idée d’une milliardaire d’implanter une centaines de jeunes migrants dans une commune du morbihan

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !