Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

GM&S, « on va tout péter ». Retour en vidéo sur une lutte sociale en 2017

Pendant plusieurs mois, en 2017, Lech Kowalski a capté en cinéma direct le combat des salariés de GM&S, dans la Creuse, pour sauvegarder leurs emplois. Le récit coup de poing d’une révolte en marche.

Printemps 2017. Dans la cour de l’usine GM&S, à La Souterraine (Creuse), deux bonbonnes de gaz sont accrochées à une citerne du groupe industriel Air Liquide barrée de l’inscription “On va tout péter”. Révoltés par la fermeture annoncée de l’équipementier automobile, dont les principaux clients ont pour nom PSA et Renault, lesquels passent désormais commande à l’étranger, les salariés ont équipé leur bombe artisanale d’un détonateur. Yann, Jean-Marc, Vincent, René, Petit Lu et le reste des salariés menacent de faire sauter l’usine dans laquelle ils ont travaillé chacun deux ou trois décennies, si rien n’est fait pour sauver les 277 emplois du site. Peu après, la visite à Bellac d’Emmanuel Macron – qui se défend d’être “le Père Noël” – préfigure tout de même l’amorce d’un dialogue, accompagné d’une cellule de crise pour chercher un repreneur. Le combat des salariés ne fait que commencer : à défaut d’une offre, le tribunal de commerce liquidera l’usine…

https://www.youtube.com/watch?v=XNyVUrVT7kU

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “GM&S, « on va tout péter ». Retour en vidéo sur une lutte sociale en 2017”

  1. fargier dit :

    Courage mais faites sauter cette usine et avec le PDG à l’intérieur si possible, marre que les salariés qui ont contribué à leur fortune soit jeté à la rue sans aucun remord

  2. Henri Romeuf dit :

    Dans les années 90, une câblerie a fermé ses portes en Auvergne, en laissant plusieurs centaines de gens sur le carreau, malgré les belles promesses des élus de tous bords.
    Une partie du personnel s’est alors livrée à un véritable saccage, en détruisant les machines, l’outillage, et en dégradant l’infastructure.
    Ça n’a servi strictement à rien, mais au moins ils se sont défoulés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Santé, Social

Santé. Mi-temps thérapeutique : une solution pour une reprise progressive du travail ?

Découvrir l'article

Sociétal

Le front ripoublicain ? – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Emmanuel Macron : de Jupiter à Néron [L’Agora]

Découvrir l'article

Sociétal, Vu ailleurs

Cohabitation : que pourrait faire Jordan Bardella face à Emmanuel Macron ?

Découvrir l'article

Politique

Législatives 2024. Macronistes et LR anti-RN se répartissent les circonscriptions dans le dos de leurs électeurs

Découvrir l'article

Politique

Nicolas Pouvreau-Monti, cofondateur de l’Observatoire de l’immigration et de la démographie : « On a atteint des niveaux d’immigration jamais-vus» sous la présidence d’Emmanuel Macron »

Découvrir l'article

Politique

Le piège qu’Emmanuel Macron tend au Rassemblement National

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Elections européennes 2024. Une élection pour rien et une dissolution piège

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Emmanuel Macron dissout l’Assemblée nationale et annonce des législatives au 30 juin 2024

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Européennes 2024. Valérie HAYER aurait-elle besoin de lunettes ? [L’Agora]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky