L’Inde commence à remplacer l’UE comme principal marché énergétique de la Russie

Malgré les demandes occidentales de cesser ses achats de pétrole russe, une agence de recherche basée à Helsinki a constaté que l’Inde a acheté 18% de tout le brut exporté par la Russie en mai, contre 1% avant le début de l’opération militaire en Ukraine. Les rabais ont permis à New Delhi de ne pas suivre la voie des sanctions, d’autant que les raffineurs indiens sont extrêmement satisfaits.

Selon un rapport du Centre for Research on Energy and Clean Air (CRECA) publié le 13 juin, le plus gros acheteur indien est la raffinerie de Jamnagar, qui a obtenu 27 % de son pétrole de Russie en mai, contre moins de 5 % avant avril. Le CRECA a également indiqué dans son rapport, intitulé « Financing Putin’s war : Les importations de combustibles fossiles en provenance de Russie au cours des 100 premiers jours de l’invasion », qu’une grande partie du pétrole était réexportée de Jamnagar.

« Environ 20 % des cargaisons exportées partaient vers le canal de Suez, indiquant qu’elles se dirigeaient vers l’Europe ou les États-Unis. Nous avons identifié des cargaisons à destination des États-Unis, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni », a déclaré le CRECA.

Bien que le CRECA ait constaté que les importations de pétrole brut russe dans l’Union européenne ont chuté de 18 % en mai, « cette réduction a été absorbée par l’Inde et les Émirats arabes unis, ce qui n’a entraîné aucun changement net dans les volumes d’exportation de pétrole brut de la Russie ».

Néanmoins, malgré les sanctions et les réductions des importations, l’UE reste le plus gros consommateur de combustibles fossiles russes, le bloc achetant 61 % des exportations russes de combustibles fossiles, pour une valeur d’environ 57 milliards d’euros. Le rapport indique que la part de l’UE dans les exportations de combustibles est d’environ 30 % pour le charbon, 50 % pour le pétrole brut, 75 % pour le GNL, 75 % pour les produits pétroliers et 85 % pour le gazoduc.

Pourtant, bien que l’UE finance effectivement l’opération militaire russe, Washington et Bruxelles ont fait pression sur l’Inde pour qu’elle n’augmente pas ses importations de pétrole russe. Cependant, l’Inde ne sacrifiera pas ses intérêts énergétiques et ses liens profonds et historiques avec la Russie pour servir les intérêts occidentaux et réagir à une guerre dans laquelle elle n’est pas impliquée. La pression exercée sur New Delhi pour qu’elle réduise ses relations avec Moscou a manifestement échoué, d’autant que l’Inde est passée du statut d’acheteur insignifiant de brut russe à celui de deuxième destination des expéditions, derrière la Chine.

L’UE ayant accepté un sixième lot de sanctions en réponse à la guerre en Ukraine, dont une interdiction des importations de brut du pays par voie maritime à partir de décembre, plusieurs raffineurs, expéditeurs et négociants s’auto-sanctionnent déjà pour le pétrole russe. La perte d’un tel marché serait sans doute dévastatrice, mais le commerce étant détourné vers l’Asie, il semble qu’il y ait eu peu d’impact sur le niveau global des expéditions.

Les pétroliers traversent le canal de Suez depuis les mers Baltique et Arctique pour atteindre l’Inde. Alors que près de 860 000 barils par jour de brut ont déjà été chargés sur des pétroliers dans les terminaux d’exportation occidentaux de la Russie au cours de la semaine du 10 juin avant d’être acheminés vers des destinations dans toute l’Asie, ce chiffre augmentera probablement une fois que des destinations auront été trouvées pour les 210 000 barils par jour qui se trouvent sur des navires qui n’ont pas encore indiqué de point de déchargement final.

Entre-temps, le premier transfert de marchandises russes vers l’Inde en utilisant un nouveau couloir commercial qui transite par l’Iran est entré en service le 11 juin. Depuis que l’Occident a imposé des sanctions à la Russie, l’Iran a cherché à relancer le couloir de transit Nord-Sud, qui est au point mort et qui utilise l’Iran pour relier la Russie à l’Inde et aux autres marchés d’exportation asiatiques. Le plan prévoit la construction d’une ligne ferroviaire permettant de transférer les marchandises arrivant dans les ports iraniens de la mer Caspienne vers le port de Chabahar, situé dans le sud-est de l’Inde, qui rivalise avec le port de Gwadar, situé au Pakistan et investi par la Chine.

L’agence de presse de la République islamique a qualifié le transfert de « pilote ». Le rapport ne précise pas quand la cargaison est partie. Malgré cela, le transfert devrait prendre 25 jours, ce qui réduira considérablement les délais d’expédition entre la Russie et l’Inde.

Ce commerce entre l’Inde et la Russie a effectivement aidé ce pays économiquement assiégé à étendre ses liens économiques avec des États non occidentaux, une initiative importante puisque certains pensent que le XXIe siècle sera le « siècle asiatique ». De cette manière, l’Inde a prouvé qu’elle était un allié fiable de la Russie sans nécessairement ruiner ses relations avec l’Occident compte tenu de leurs propres politiques énergétiques hypocrites.

Bien qu’elle soit à la traîne des grandes puissances mondiales, l’Inde prouve qu’avec le développement de son économie et de ses infrastructures d’année en année, elle devient un élément indispensable du système multipolaire du XXIe siècle.

Paul Antonopoulos

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. eh oui , on se demande parfois si les stratèges occidentaux ont un cerveau , entre leur méconnaissance des réalités , des chiffres, des situations et relations réelles, des stratégies entre états.
    de plus quand on constate à quel point nos « démocraties » sont extraordinairement dépendantes de nombreuses dictatures qu’elles soient civile ou religieuses ! A quoi sert un porte avion si on n’a pas de quoi le faire fonctionner? A quoi sert d’avoir une petite armée sous équipée si on vend des armes sophistiquées à des armées déjà beaucoup plus puissantes? Comment se fait il que notre pays soit en chute économique , culturelle et sociale continuelle depuis X années et qu’on en soit rendus à une défense laique interne et à un analphabétisme en accroissement? Plutôt que de petits affairistes , manipulateurs , voire mis en examen , y a t il même des gens de haut niveau et de valeur au gouvernement ?

  2. pendant ce temps, les ouest-européens vont payer à prix d’or les gaz de schiste américain, le pétrole du qatar et de l’arabie saudite, qui feront d’énormes bénéfices et leur permettront de financer les islamistes qui égorgent, tabassent, violent des blancs en europe

  3. pendant ce temps, les ouest-européens vont payer à prix d’or les gaz de schiste américain, le pétrole du qatar et de l’arabie saudite, qui feront d’énormes bénéfices ce qui leur permettront de financer les islamistes qui égorgent, écrasent , tabassent, violent des blancs en europe.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS