Guingamp. Violemment agressé en décembre 2021…il attend que la Justice fasse son travail

Plus les semaines et les mois passent dans ce pays, plus de nombreux citoyens se sentent dépossédés de leur droit premier à vivre en sécurité dans leur pays. A défaut de laisser les citoyens se défendre par eux mêmes (aux USA, les armes à feu servent aussi à cela, efficacement, loin de quelques fusillades sur médiatisées par les anti armes), la Justice pourrait au moins faire le travail rapidement.

Ce n’est pas le cas, ici à Guingamp. Le journal L’Echo de l’Armor et de l’Argoat raconte la violente agression dont a été victime Frédéric dans la nuit du 26 au 27 décembre, à Guingamp, petite ville qui n’est pas épargnée, elle non plus, par une montée de la délinquance (et des trafics en tout genre, au vu et au su de tous, en plein centre ville, et quotidiennement). Ce dernier a été tabassé par un groupe d’individus, au visage, et n’a du son salut qu’à un voisin qui a mis les assaillants en fuite (on se dit que si le port d’armes avait été autorité et qu’il avait été formé, il aurait pu neutraliser les individus et les remettre ensuite rapidement à la justice…).

21 jours d’ITT et plusieurs fractures plus tard, sans compter le traumatisme moral, Frédéric s’en est sorti, a déposé plainte. Et depuis…plus rien, alors même qu’un de ses agresseurs est parfaitement identifié.  La Gendarmerie plaide les difficultés à retrouver les agresseurs. La victime elle, a la haine, et on la comprend. Elle déclare même pouvoir être « obligé de sa faire justice elle même ». Qui la blâmera ? Peut être que ces mots en l’air auront le mérite de faire accélérer les travaux de la gendarmerie et de la justice, qui, dans d’autres affaires moins graves, savent chez qui frapper.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. Sous la pression d’une propagande de gauche dans l’Education nationale depuis 1946, la France est devenue peu à peu un pays hoplophobe où la défense des personnes et des biens n’est plus légitime. Nous en subissons actuellement les conséquences.

  2. La justice n’a que le nom , pour la victime de nos jours , c’est l’injustice qui règne car cette dite  » justice » fait de l’accusation inversée au nom de l’idéologie , dans le meilleur des cas , elle la rend à la vitesse de l’escargot .

  3. L’Etat n’assumant plus sa fonction de sécurité et de justice, je crois qu’il est dans la constitution que le citoyen récupère son droit de se faire justice lui même.

  4. la « justice » française, prompte à sévir contre les honnêtes gens mais qui ne l’est pas s’il s’agit de racaille; drole de pays !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS