LFI / Nupes : beaucoup de musulmans parmi les électeurs, très peu parmi les élus

A la présidentielle, les musulmans ont voté Mélenchon à 69 % (selon un sondage IFOP pour La Croix). Les législatives de juin ont été l’occasion de confirmer ce choix communautaire massif.  Les 12 circonscriptions de Seine-Saint-Denis ont ainsi porté 12 députés Nupes à l’Assemblée nationale, avec des scores quasi soviétiques…mais surprise, parmi eux aucun homme d’origine arabe !

« Quand j’ai vu les têtes de liste de l’extrême gauche en Seine-Saint-Denis, j’ai cru qu’on était dans les Vosges ! », a raillé Yassine Belattar, humoriste et soutien de Macron.

1 ou 2 prénoms musulmans sur 75 députés Insoumis

Si on étend la recherche aux 75 élus La France Insoumise/Nupes, on ne trouve qu’un seul député masculin portant un prénom à consonnance orientale, d’ailleurs plus berbère que strictement coranique : il s’agit d’Idir Boumertit, conseiller en insertion du quartier des Minguettes, dans la banlieue de Lyon. Pour la petite histoire, Boumertit a remplacé en catastrophe le journaliste Taha Bouhafs, au moment où des accusations non prouvées de « violences sexuelles », gérées jusque là en interne par la « cellule de gestion » de LFI, ont fini par sortir dans les médias.

Cette faible représentation aurait-elle quelque chose de systémique ? Selon la charte de l’Union populaire (première version de la Nupes), les candidatures à la députation ont été « proposées » en janvier dernier par des « assemblées de circonscription », puis « examinées » par une des 10 « équipes de correspondant·es territoriaux· », chacune de ces troïkas supervisant une cinquantaine de circonscriptions. Les noms sont ensuite remontés à Paris, pour être traités par le « Comité électoral », avant d’être transmis à la « Convention législative » qui a statué en dernier ressort.

A l’arrivée de ce mécanisme complexe, les circonscriptions les plus gagnables sont revenues à la garde rapprochée de Mélenchon. C’est visible dans le cas d’Alexis Corbière, Biterrois parachuté en Seine-Saint-Denis…C’est encore plus flagrant dans celui de Jérôme Legavre, obscur apparatchik syndical propulsé député du 9-3 : les initiés savent qu’il est encarté au Parti Ouvrier Indépendant, une minuscule secte trotskyste où Mélenchon et Corbière ont commencé leur carrière et avec laquelle ils ont gardé des liens fraternels.

Quelle que soit leur chapelle actuelle, 40 des 41 députés masculins LFI ont un prénom chrétien, souvent classique et même royal, en ligne avec le recrutement majoritairement bourgeois des candidats : Louis, François, Perceval… Peu d’entre eux sont des enfants des banlieues qui les ont élus.

Chez Mélenchon, c’est aux femmes de faire de la place

LFI a toutefois fait des efforts d’inclusion, ou plutôt les a fait faire par les femmes du parti – les candidates « racisées » ayant l’avantage de remplir un double quota.

Mais là encore on constate une sous-représentation relative des musulmanes. Parmi les 34 élues féminines LFI/Nupes, une seule porte un prénom appartenant à la tradition arabo-musulmane : il s’agit de Farida Amrani, fonctionnaire territoriale et cadre syndicale, élue dans l’Essonne.

Toutes les autres candidates sont porteuses de prénoms de saintes du calendrier catholique, y compris quand elles sont originaires d’Afrique. Ainsi Danièle Obono, fille d’un cadre bancaire du Gabon ; Rachel Keke, manageuse d’hôtel venue du sud de la Côte d’Ivoire, un temps soutien de Marine Le Pen et de la Syrie contre les islamistes ; Nadège Abomangoli, cadre de la Ville de Paris, originaire du Congo. Autant de terres de grande ferveur chrétienne…

3 femmes sur 34 issues de l’Afrique chrétienne, contre 1 du Maghreb et 0 de l’Afrique sahélienne, alors que dans l’immigration réelle, les proportions sont totalement inverses. Il y a là une anomalie statistique, une inversion qu’on voit aussi dans les spots publicitaires, qui surexposent les femmes noires et invisibilisent les hommes arabes (sauf Carglass).

Comme si au moment de choisir leurs têtes d’affiches, publicitaires et dirigeants de LFI laissaient parler des affinités inconscientes…

Mélenchon moins inclusif que Macron

Au final, comme le déplore une dépêche du 26/6 de l’Agence Anadolu (l’AFP turque), l’arabité n’a pas profité du relatif succès de LFI et de la Nupes aux élections de 2022 :

« Les Arabes de France de l’Assemblée nationale française 2022 : baisse quantitative et diversité politique. La majorité parmi ces députés sont des femmes et des soutiens aux politiques de Macron (…) Ce chiffre est venu refléter la baisse du nombre de députés d’origine arabe au sein du Parlement français, et ce par rapport à l’année 2017, lorsqu’ils étaient 13 au lieu des 9 actuelsAvec plus de cinq millions de personnes, la communauté arabe et musulmane en France représente une large frange de la nation française. Ainsi, les Arabes représentent 8% de la totalité de la population française, dont le nombre s’élève à 67 millions en 2020, selon de récentes statistiques publiées par un centre de recherches local. »

L’agence préférée d’Erdogan établit ensuite la fiche des nouveaux élus  : 6 sur 9 sont des femmes, dont une anti-voile (une double déception) ; 0 sont du RN, de LR, d’Horizons ; 6 sont de la mouvance macroniste Ensemble contre 3 de la Nupes : 1 du PCF, 1 de Générations, 1 de LFI (auquel il faut ajouter un autre candidat LFI laissé de côté par Anadolu).

Idir et Farida, 2 sur 75, cela fait 2.7 % des élus LFI/Nupes, soit 3 fois moins que la part des musulmans dans la population générale (en étant prudent et en sous-estimant probablement le nombre réel de musulmans), et environ 8 fois moins que la part musulmane dans l’électorat Mélenchon.

Pour être la photographie exacte de ses électeurs, LFI aurait dû faire élire non pas 2 mais environ 16 candidats pouvant être associés à cette minorité. Le mari de Raquel Garrido aurait dû laisser sa place à un enfant du 9-3 et tenter sa chance ailleurs, par exemple du côté des vignes ancestrales des Corbières, ou plus risqué encore dans les terres ouvrières du Nord…

A.T.

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

6 réponses

  1. Vous avez oublié Sophia Chekirou d’origine algérienne. Votre erreur est que ce prénom, malgré l’orthographe, ne fait pas référence à la sagesse grecque mais à la pureté arabe (Safia).

    1. Vous avez raison, et elle a été aussi oubliée par l’agence turque Anadolu. Mais cela ne change rien sur le fond.
      Avec cette orthographe, Sophia fait référence à un prénom de la tradition chrétienne (cf Sainte Sophie de Constantinople). De plus, Chekirou appartient aussi à la garde rapprochée de Mélenchon, c’est ce qui l’a mise en avant.
      Sa promotion comme députée ne fait que confirmer l’invisibilisation des quartiers que LFI prétend représenter.

  2. Les gauchistes se servent des musulmans pour avoir  »le pouvoir »! Les gauchistes ont  »aidé » les musulmans à tuer nos soldats et des  »civils innocents », afin que les musulmans soient  »indépendants », puis ils ont attiré les musulmans, dans notre pays, parce que les musulmans ont le  »droit de vote », en France! Supprimons la  »loi du sol » et vous verrez: nous aurons moins de musulmans et…plus de sécurité chez nous!

    1. C’est quoi un musulman pour vous ? par exemple mes parents sont musulmans et moi non, à vous lire vous me déniez le droit de ne pas être celui que vous croyez que je suis, ça s’appelle le préjugé pour ne pas dire le préjudice, vous voyez je ne vois la pas différence entre vous les islamistes radicales car vous avez le même raisonnement.

      1. Il n’y a aucun problème avec les musulmans, ceux du moins qui respectent la culture de leur pays d’accueil.

        Il y a par contre un problème avec l’extrême-gauche qui, par haine de sa propre civilisation, veut la submerger sous un afflux de populations de culture différente.

        C’est une question de comportement de certains et d’équilibre démographique…

  3. Double ladrerie chez les Nupes, non seulement se faire élire par des publics qu’ils entendent représenter sans jamais s’y mêler, leurs gamins sont dans des écoles de renom, ils n’habitent pas en HLM et snobent toute personne  »cas sos » qui leur hérisse le poil, qui n’en a pas dans sa famille …? ça vous fait des discours de solidarité (pour mieux vous manger, mes enfants !) et ça agit perso !! ça vend ses convictions pour des places et ça porte un nom !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !