Tour de France. Simon Clarke remporte une étape des pavés transformée en chantier

Sur les étapes de pavé, s’échapper le matin n’est pas forcément certitude de se faire reprendre par le peloton. Surtout quand on est des très bons rouleurs. C’est ce qu’il ressort de la 5ème étape du Tour de France, entre Lille et Arenberg, étape remportée par Simon Clarke devant le malheureux Taco Van der Hoorn et Boassen Hagen, mais aussi Powless et le maillot à pois Cort Nielsen, encore parti en échappé (4 en 4 étapes en lignes, chapeau l’artiste).

Du côté des favoris (pour l’étape et pour le Tour de France), ça a commencé à exploser à 60-70 bornes de l’arrivée, à l’entame des premiers secteurs pavés. La course a été difficile à suivre tant elle était folle, tant les incidents de course (chutes, crevaisons) ont été nombreux. On retiendra surtout le panache de Tadej Pogacar (et s’il remportait un jour Paris-Roubaix ?) parti avec Stuyven au nez et à la barbe des rescapés du peloton. On notera la journée cauchemar pour Jumbo (épaule luxée pour Roglic, crevaison de Vingegaard, chute pour Van Aert) qui a finalement réussi à limiter la casse (sauf Roglic) grâce à un travail fou de Van Aert, qui aurait dû être pénalisé par les commissaires de course après sa chute pour s’être abrité dans les voitures, mais qui ne l’a pas été et conserve son maillot jaune quelques secondes devant Powless.

En effet, lors de la deuxième étape, Uran, qui a chuté, a été bloqué par un barrage des commissaires alors que Van Aert a eu le droit de rentrer dans les voitures.

A noter également dans cette étape les déceptions concernant Van der Poel, jamais dans la tendance, mais aussi Sénéchal, et plus globalement la Quickstep, incapable de peser sur la course. A noter les bonnes performances de Gaudu, Pinot, Bardet…et même Quintana, surprenant 13ème.

Ce jeudi, étape très longue (220km) entre Binche et Longwy. A Longwy, les coureurs du Tour de France retrouveront une côte finale qu’ils connaissent bien pour l’avoir déjà emprunté lors de la dernière arrivée dans la ville lorraine, en 2017 : la côte des Religieuses (1,6km à 5,8%).

Il y a cinq ans Peter Sagan s’y était imposé dans une arrivée quasi massive, un scénario qui semble cette fois improbable vu le terrain proposé avant Longwy. Contrairement à 2017, le final ne se résume pas seulement à la montée finale, avec quatre ascensions dans les 22 derniers kilomètres. La côte de Montigny-sur-Chiers (4e cat) et les 2,3km à 4,3% non répertoriés ne devraient pas poser de problème au peloton, au contraire des 800m à 12,3% de la côte de Pulventeux (3e cat), situé à 5km de l’arrivée. Un final dynamique et sans temps mort qui pourrait réserver des surprises.

a repris du temps à tous ses rivaux. Roglic et O’Connor sont les grands perdants du jour. Wout van Aert conserve son maillot jaune.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !