Allemagne. La régularisation de plus de 100 000 migrants approuvée par le gouvernement

Allemagne

En Allemagne, le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a décidé d’assouplir le système d’immigration afin de permettre à des déboutés du droit d’asile de finalement rester dans le pays. Une mesure plébiscitée par les associations pro-migrants et par le grand patronat allemand.

Plus de 130 000 migrants régularisés en Allemagne ?

Le gouvernement fédéral allemand espère donner à plus de 130 000 migrants se trouvant actuellement sans permis de séjour sur le territoire la possibilité de rester de manière permanente, dans le cadre d’une refonte du système national d’immigration.

L’exécutif d’Olaf Scholz a approuvé en conseil des ministres mercredi 6 juillet un projet de loi (que nous avions évoqué le mois dernier) permettant notamment de régulariser des milliers d’immigrés vivant en Allemagne depuis plus de cinq ans.

« Nous sommes un pays d’immigration diversifiée. Nous voulons maintenant devenir un meilleur pays d’intégration », a écrit sur Twitter le même jour le ministre fédéral de l’Intérieur Nancy Faeser, du SPD social-démocrate de centre-gauche d’Olaf Scholz.

Associations pro-immigration et grand patronat applaudissent…

Le ministère fédéral allemand de l’Intérieur a par ailleurs indiqué dans un texte que « ces personnes, qui ont trouvé leur cadre de vie en Allemagne grâce à une longue durée de séjour, doivent se voir ouvrir une perspective en matière de droit de séjour et se voir offrir une chance de réunir les conditions nécessaires à un séjour légal ».

Après l’entrée en vigueur du texte de loi, ces migrants pourraient obtenir un permis de séjour d’un an. Une période durant laquelle ils devront prouver leur capacité à être financièrement autonomes. À l’issue de cette année, un titre de séjour définitif pourra leur être accordé tandis que le projet gouvernemental prévoit également de faciliter le regroupement familial.

Avec la validation de cette promesse de la coalition au pouvoir depuis la fin de l’année 2021, les organisations d’aide aux immigrés et le grand patronat allemand évoquant une pénurie de main-d’œuvre dans le pays sont en passe de voir leurs demandes satisfaites.

Un argument économique notamment relayé par Olaf Scholz lui-même. Devant les députés le 6 juillet, ce dernier a déclaré : « Nous ne pourrons maintenir notre prospérité que si nous pouvons garantir à l’avenir le nombre élevé de salariés que nous avons aujourd’hui ». Une garantie qui passe forcément par le recours aux travailleurs immigrés ?

Toutefois, plusieurs associations œuvrant en faveur de l’immigration extra-européenne en Allemagne ont jugé insuffisant ce texte de loi. Par exemple, si un membre du comité directeur de l’ONG « Terre des hommes » a déclaré à la chaîne de télévision publique ARD que l’objectif de ce texte de loi était « bon et juste », il a cependant déploré que « le changement de paradigme annoncé par la coalition [ne soit] pas encore en vue ».

Migrants extra-européens : des régularisations faute d’expulsions ?

À noter également qu’une grande partie de ces demandeurs d’asile déboutés ne peuvent pas être renvoyés dans leur pays d’origine, soit parce qu’ils ne peuvent pas prouver leur nationalité, soit parce que leur pays d’origine ne souhaite pas qu’ils reviennent.

Dans le même registre, il faut également relever que l’Allemagne ne procède plus à des expulsions vers l’Afghanistan depuis le retour des talibans au pouvoir.

Par ailleurs, le chancelier allemand a aussi indiqué que de nouvelles mesures pourraient être prises à l’automne 2022, notamment une loi visant à faciliter l’entrée de personnels qualifiés étrangers, et ce, même si les individus en question n’ont pas encore trouvé d’emploi fixe dans le pays.

Toutefois, ce projet gouvernemental de régularisation de plus de 100 000 immigrés devrait être soumis au vote du Parlement allemand à la rentrée prochaine avant de pouvoir être appliqué.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Une fois régularisés , ils viendront chez nous toucher les « allocs » sans travailler!!!Saloperie de Schengen !

  2.  »Autrefois » les musulmans devaient se battre contre les  »mécréants » afin de pouvoir envahir leur pays! Actuellement, ils ne se donnent même pas cette peine! Avant 1830:les BARBARESQUES débarquaient sur nos côtes méditerranéennes, ils enlevaient hommes, femmes ,enfants qu’ils emportaient en Afrique, afin de les vendre (comme esclaves) sur les marchés d’Alger! Après le 19 mars 1962:les fellouzes, profitant que nos soldats  »gardaient le fusil au pied » (sur ordre du général de Gaulle) ont enlevé des milliers de non-musulmans, qui rentraient chez eux, venant des plages, ils les ont transportés dans des  »camps de prisonniers » où ils étaient vidés de leur sang, ils ont vendu des non-musulmanes  »innocentes » à des bordels, etc….le F.L.N. n’a jamais restitué leur corps à leur famille!…

  3. Qui sera premier au grand remplacement, l’Allemagne ou la France ?? je prends les paris, les jeux sont ouverts !

  4. Régularisation à tout va, regroupement familiale je voudrais bien voir la population de l’Allemagne dans deux générations ! Sans compté qu’un certain nombre atterrira en France merci Schengen. Pas brillant l’avenir Européen.

  5. Une civilisation disparaît lorsque son taux de natalité ne suffit plus à son renouvellement naturel. Nous y sommes, et nos énarques qui se sont trompé sur à peu près tout depuis 40 ans, plongent l’Europe dans le gouffre du tiers monde africain en souriant…et surtout contre l’avis d’une grande majorité des citoyens.
    La survie de la civilisation européenne, de ses mœurs et coutumes, devrait être la priorité absolue de nos « élites ». Il n’en est rien…

  6. Franchement j’aurais préféré que revienne la période où les européens étaient vendus comme esclaves sur les marchés africains.Cette fois ci,nous n’aurons plus besoin de les envoyer loin de leur continent,nous allons les recoloniser dans chacun de leur pays car c’est bien une bande de bon à rien qui n’a pas su préserver le grand héritage de l’âge d’or de la civilisation européenne !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !