Pays-Bas, Pologne, Allemagne…Les agriculteurs revendiquent leurs droits en Europe

Les impositions du « capitalisme vert » mondial ne sont pas acceptées pacifiquement dans toutes les régions d’Europe. Les agriculteurs néerlandais ont déclenché une insurrection populaire contre un projet de loi qui porte gravement atteinte à l’agrobusiness local. Les protestations se sont rapidement propagées, donnant lieu à un phénomène international, avec des épisodes dans d’autres pays qui connaissent des problèmes similaires. Il est donc évident que les programmes pseudo-écologiques mondialistes ne seront pas accueillis aussi facilement dans tous les pays et qu’ils risquent de se heurter à une forte résistance populaire.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a l’intention d’imposer une loi visant à réduire les émissions d’oxyde d’azote de 70 à 95 % d’ici 2030. Ce composé chimique gazeux provient principalement de l’urine des bovins, des porcs et d’autres animaux, mais peut également être observé dans l’utilisation d’ammoniac dans les engrais. Les agriculteurs néerlandais affirment que cette mesure entraînera la disparition d’au moins 30 % de toutes les exploitations agricoles du pays, étant donné que les travailleurs ruraux pourraient se voir interdire l’utilisation d’engrais et devraient réduire le nombre d’animaux dans leurs propres propriétés. Le mécontentement des manifestants est également justifié par le fait que les mesures de réduction de l’azote ne sont pas imposées à d’autres secteurs de l’économie, tels que l’industrie aérienne – ce qui fait apparaître le sujet comme une attaque spécifique contre l’agrobusiness, promue par les militants écologistes.

En fait, l’agrobusiness est un secteur très important de l’économie néerlandaise. Actuellement, le pays compte environ 55 000 entreprises rurales, pour un total de plus de 95,4 milliards d’euros. L’instabilité du secteur a entraîné des crises, des tensions et des instabilités. Les agriculteurs protestent avec force, entravant l’approvisionnement en nourriture des villes, ce qui entraîne des pénuries et une hausse des prix. Dans plusieurs images et vidéos postées sur internet, il est possible de voir des supermarchés aux rayons vides et des personnes désespérées à la recherche de produits de base.

Les agriculteurs sont dirigés par Sieta van Keimpema, présidente de la « Farmers Defense Force » et sont actifs depuis le mois de juin. L’intensité des manifestations a augmenté ces derniers jours, précisément en raison du refus du gouvernement d’écouter les demandes des producteurs ruraux, en plus des menaces répétées des autorités de confisquer les fermes des agriculteurs qui ne respectent pas les nouvelles règles.

La réaction de la police, comme prévu, a également été violente. Plusieurs arrestations ont déjà eu lieu. Au cours de la deuxième semaine de juillet, les agents sont allés jusqu’à tirer des coups de feu pendant certaines manifestations, ce qui a été la cible de critiques de la part de militants du monde entier. En outre, des blocages très forts ont été organisés par la police, des voitures formant des barricades pour empêcher les insurgés de passer. L’objectif des agents est d’empêcher que la situation dans le pays n’atteigne le chaos absolu, mais en fait, cela semble se rapprocher de plus en plus.

Comme il existe des projets de loi similaires dans d’autres pays, les agriculteurs néerlandais ont reçu un soutien international. Des agriculteurs d’Italie, de Pologne et d’Allemagne ont également rejoint les manifestations initiées par les Néerlandais. La pression en faveur d’une augmentation des politiques écologiques étant un programme mondial, avec de fortes incitations internationales pour l’approbation de mesures contre l’émission de gaz, la formation d’un front uni entre les travailleurs ruraux de différents pays est renforcée. Ces travailleurs ont en commun la crainte que les effets directs de ces mesures conduisent à la faillite des entreprises rurales qui garantissent le revenu de la population paysanne européenne. D’autre part, les gouvernements de ces pays semblent peu concernés par ces questions, étant seulement engagés à obéir aux agendas pro-capitalisme vert imposés par les élites internationales.

Le point le plus intéressant est que le sujet a été largement ignoré par les agences de presse occidentales. Dans les titres des principaux médias occidentaux, les sujets les plus abordés sont le conflit ukrainien et les crises politiques dans le monde, mais le cas des agriculteurs européens reste largement ignoré, bien que cet épisode représente une crise continentale potentielle. L’objectif de cette stratégie est assez simple : omettre de l’opinion publique les arguments des agriculteurs et diffuser l’image que les lois environnementales sont « positives pour tous ». Cela rappelle la faible couverture des manifestations des camionneurs au Canada, lorsque les clameurs populaires contre les impositions sanitaires ont été ignorées par les agences de presse afin d’éviter que des « émeutes anti-vaccins » ne se produisent dans le monde entier.

En fait, ce qui se passe n’est qu’un nouvel épisode de la confrontation entre producteurs et militants idéologiques, où les travailleurs qui génèrent des richesses matérielles voient leurs intérêts lésés par un agenda qui, au nom de l' »écologie », impose des normes qui nuisent gravement à la vie des citoyens ordinaires. Il est évident que les préoccupations environnementales sont légitimes, mais il semble également clair que les chaînes d’approvisionnement ne peuvent pas être brusquement interrompues et modifiées uniquement pour rechercher des résultats « écologiquement corrects ». De la même manière qu’il y a un intérêt humain à préserver les ressources naturelles pour les générations futures, il y a un intérêt humain à nourrir la population actuelle – et fournir de la nourriture de manière satisfaisante deviendra impossible si les gouvernements occidentaux continuent à promouvoir la faillite des entreprises rurales.

Cette posture de soumission des gouvernements européens aux agendas imposés verticalement par le World Economic Forum conduira à un scénario de polarisation interne avec un fort potentiel de conflit civil, opposant les producteurs aux décideurs et aux militants idéologiques. Soit les gouvernements européens agissent souverainement, en bannissant les agendas mondialistes qui n’intéressent pas leur population, soit la crise politique qui affecte actuellement le continent se poursuivra pendant de nombreuses années.

Lucas Leiroz (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Nos agriculteurs nous nourrissent, il est nécessaire de les défendre contre l’arrivée massive de produits étrangers qui sont indifférents à toutes les obligations des écologistes.

  2. Quand est ce que nos agriculteurs vont aussi se décider à entrer dans la danse , je rêve car cela va être comme pour la pandémie , ça bougeait ailleurs sauf chez nous , nous sommes devenu un peuple endormi , soumis et ce qui nous arrive où va nous arriver est bien fait pour nous .

  3. La transition écologique passe par l’extermination de centaines de millions d’hommes. Pour sauver Gaia évidemment.

  4. Qu’est-ce qui vous permet d’écrire ça : « Il est évident que les préoccupations environnementales sont légitimes » ? Pourquoi seraient-elles légitimes, en fonction de quelles études scientifiques discutables ?

  5. qu’ils fichent la paix aux agriculteurs,
    qu’ils interdisent l’importation de produits agricoles pleins de résidus de pesticides, antibiotiques venant du brésil et autres pollueurs, mais là les controles ne sont pas faits par l’administration mais seulement par les importateurs, un vrai scandale, ils utilisent des produits fabriqués en europe par basf, bayer qui sont interdits dans l’ue, (voir un doc sur arte en replay)

  6. Il faut lire le nouvel ordre écologique du philosophe Ferry Luc fols de Jules et tu auras la réponse au fait que dit et que fait la petite dame à l ego surdimensionner du syndicat majoritaire et présidente en Europe des agriculteurs That us the question et pas suestion d imposer leur dogme du TINA à lire ara au-dessus aaron upinsky vous aurez tous la tête coupée et le syndrome de L ortholan jediEA kenavo

  7. Le monde paysan est le plus contrôlé depuis longtemps. Il fallait organiser la production alimentaire pour détruire la famine dans le monde (il y a 40 ans lors de mes études agricoles) … Produire à GOGO… ENGRAIS / PESTICIDES seraient là pour nous aider…. Ce sont les mêmes qui ont les produits chimiques (poisons relatifs) et les industries pharmaceutiques (contre- poison relatifs) … « ils fixent le prix de la betterave, et n’ont jamais planté un radis », comme le dit Philippe de Villiers. C’est beau le progrès : en attendant des abeilles meurent, des paysans se suicides, des gens d’armes, et même des prêtres … Vive le progrès !!!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !