Irlande du Nord. David Murray (Craigyhill Bonfire Larne) : « Nous avons battu le record du plus grand feu de joie » [Interview]

Nous l’avions annoncé il y a quelques jours, à Larne, en Irlande du Nord, le lundi 11 juillet, le record du monde du plus haut Bonfire (feu de joie), haut de 60m, a été battu. Puis incendié, comme le veut la tradition, dans la nuit du 11 juillet. Nous étions sur place à quelques heures de ce grand embrasement, alors que des dizaines de bénévoles, membres de la communauté locale, s’activaient, aux côtés de professionnels chevronnés, pour finir de monter les palettes (via d’énormes engins de chantier). Record battu donc – même si pas encore validé officiellement par le World Guinness Book. Un record suivi d’une grande fête, et d’un feu d’artifice, pour célébrer la tradition de la Eleventh Night, la nuit du 11 juillet, précédent les commémorations du 12 juillet dans toute l’Irlande du Nord.

Entretien avec David Murray, trésorier du comité local du Bonfire (voir la page facebook du comité) l’un des artisans de ce succès de juillet 2022.

le plus haut bonfire du monde

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

David Murray (Bonfire comittee of Craigyhill) : Mon nom est David Murray et je suis le trésorier du comité du Bonfire et l’un des constructeurs.

Breizh-info.com : Vous avez battu le record du monde du plus haut Bonfire ce lundi 11 juillet. Pouvez-vous nous expliquer l’histoire de ces feux de joie ?

David Murray (Bonfire comittee of Craigyhill) : Oui, nous avons battu le record du plus grand feu de joie. L’histoire du feu de joie remonte à 1690, lorsque le roi Guillaume d’Orange a vaincu le roi Jacques II dans la bataille de la Boyne. Les feux de joie sont allumés car c’était la méthode utilisée le long de la côte par les Williamites, qui allumaient des feux de joie pour guider les navires des armées du roi Guillaume dans le port du château de Carrickfergus.

Photo Ddu comité local

Breizh-info.com : Pourquoi avoir décidé de battre ce record (60m en 2022) ?

David Murray (Bonfire comittee of Craigyhill) : Le comité des feux de Craigyhill a décidé l’année dernière que nous devrions tenter de battre le record du monde du plus grand feu de joie, car nous savions que nous pouvions le faire, car nous en avions construit un l’année précédente de 45 mètres, et nous savions tous que nous étions capables de battre le record.

Breizh-info.com : Depuis lundi, il y a beaucoup de polémiques à propos de Bonfire où brûlaient des drapeaux ou des photos de républicains. Qu’avez-vous dit à ce sujet ?

David Murray (Bonfire comittee of Craigyhill) : Nous avons décidé de ne pas mettre de drapeaux ou d’affiches sur notre feu de joie car nous essayons d’en faire un événement culturel, ouvert à tous, afin que les personnes de différentes origines ethniques puissent comprendre pourquoi nous construisons des feux de joie et ce qu’ils représentent. En tant que comité, nous avons certainement réussi à obtenir une foule plus mixte avec des personnes de tous les âges, de différentes villes, de différents pays et de différentes origines ethniques qui ont participé. Les réactions que nous avons reçues sur notre page Facebook ont été phénoménales.

Breizh-info.com : En quoi est-il important pour vous de défendre et d’exprimer votre culture dans une période de grands problèmes politiques en Irlande du Nord ?

David Murray (Bonfire comittee of Craigyhill) : Bien sûr, nous devons défendre notre droit d’exprimer notre culture. Dans tous les pays du monde, ils sont autorisés à exprimer leur propre culture sans aucun problème et comme vous pouvez le voir, ce que le comité Bonfire de Craigyhill a accompli cette année, c’est d’ouvrir au monde ce qu’il représente et nous l’avons ouvert à tout le monde pour qu’il vienne et en profite, quelles que soient ses croyances, sa religion ou son pays d’origine, Tout ce que nous voulions, c’était que les gens viennent voir ce que c’était et qu’ils respectent notre culture comme nous essayons de respecter la leur.

Breizh-info.com : Larne est une ville symbolique pour avoir été un port, en première ligne avec le protocole. Que pensez-vous de cette situation ? Comment la situation peut-elle être résolue ?

David Murray (Bonfire comittee of Craigyhill) : Oui, Larne est une ville symbolique, avec son port et son histoire. Nous voulons continuer à faire partie du Royaume-Uni, mais le protocole a créé beaucoup de problèmes et de tensions, et je pense que nous devrions laisser les politiciens décider de la manière de le résoudre, car ils sont mieux placés pour répondre à une question aussi difficile.

Breizh-info.com : Beaucoup de gens en Irlande du Nord rêvent de paix et de réconciliation. Comment cela sera-t-il possible dans le futur ?

David Murray (Bonfire comittee of Craigyhill) : Oui, nous rêvons tous de paix et de réconciliation en Irlande du Nord et nous espérons que cela arrivera un jour. Cela ne se fera pas du jour au lendemain et nous en sommes encore loin, mais l’exemple de ce qu’a fait Craigyhill lors de la célébration de notre culture le 11 juillet et le respect de la culture différente de quelqu’un d’autre en ne brûlant pas de drapeaux ou d’emblèmes d’une culture différente est un petit pas en avant. On ne sait jamais où cela peut mener notre petit pays ……..

Publiée par Craigyhill bonfire larne sur Samedi 16 juillet 2022

Propos recueillis par YV

Crédit photos : Breizh-info.com et comité local de Craigyhill
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Rendez-vous en 2024 à Paris euh non dans le 9-3, là ça va brûler, sans forcément que ce soient des feux de joie, et Darmanin dira haut et fort que ce sont les Anglais qui ont allumé les feux ☺

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !