Urgences fermées. Un urgentiste se révolte contre François Braun et l’épingle sur son « mensonge » en direct sur BFMTV !

Urgences fermées. Un urgentiste se révolte contre François Braun et l’épingle sur son « mensonge » en direct sur BFMTV !

La Tiers mondisation du système de santé révélée en direct.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 réponses

  1. heureusement qu’il y a toujours quelqu’un d’assez courageux pour dire la réalité de la situation et dénoncer les mensonges de certains qui sont aux responsabilités.

  2. En qualité d’ignorant sur les problématiques hospitalières, il y a une chose que je ne comprend pas :

    On nous dit, que beaucoup de consultations aux urgences relève de la médecine générale… et que c’est cela qui met les urgences en difficulté.

    D’accord, alors pourquoi il n’y a pas un cabinet médical de généralisteS ouvert 24/24 sur le même lieu que ces urgences pour faire le tri ?
    Comment se fait-il qu’on puisse trouver des spécialistes dans nos hôpitaux mais aucun généraliste ?
    (et pourtant, chacun sait comme il est compliqué d’accéder à un généraliste depuis quelques années…)

    1. Bien vu !
      Je vais vous apporter quelques éléments qui pourraient éclairer vos lanternes…

      En gros, il s’agit d’une conjecture totalement délétère, qui se met sournoisement en place depuis quelques décennies, et pas seulement dans le domaine médical mais dans tous les domaines et tout particulièrement celui de l’ingénierie industrielle…

      Pour assurer des ouvertures de cabinets médicaux 24h/24, il faut un leitmotiv majeur : la vocation, la motivation, l’assurance de faire quelque chose de bon et de juste. Grosso modo il faut le couple « vocation – reconnaissance (par ses pairs et par les patients) »

      Chez moi, un cabinet pédiatrique a assuré ce service pendant des décennies. Mais il y a une petite dizaine d’années, les 2 pédiatres les plus anciens ont pris leur retraite et ont laissé la pédiatre la plus jeune, alors âgée de quarante ans, seule avec, non pas le soutien de jeunes pédiatres formés en stage au cabinet, mais seulement des pédiatres stagiaires.
      Pour bien les connaître et avoir rencontré l’un d’eux par la suite, ils étaient partis écœurés : les jeunes ne voulaient plus « faire les heures » de garde, la plupart aspirait même à des horaires de bureau tout simplement !
      Alors vous pensez bien que pour la garde de nuit et les WE, il ne fallait même pas évoquer le sujet ! Bilan, l’assistance 24/24, 7j/7 a fermé.
      De plus, les jeunes estimaient qu’ils n’étaient pas assez payés pour leurs consultations. A leur décharge, il est vrai qu’ils ont vu une très sévère concurrence des généralistes qui ont obtenu des rallonges significatives pour leurs consultations auprès des enfants âgés de moins de 6 ans… Ces derniers gagnent ainsi 30€ alors que le pédiatre ne touche que 2€ de plus pour une durée de consultation bien supérieure (et un nombre d’années d’études bien plus élevé).
      Alors me direz-vous, comment se fait-il qu’il n’y ait pas davantage de généralistes installés en maison de santé par exemple ?
      Pour la même raison finalement….
      Les généralistes considèrent eux aussi qu’ils ne sont pas assez payés ! (pourtant, dans l’absolu, ils le sont beaucoup plus que la plupart des autres corps de métiers – exception faite du monde de la finance et des banques).
      Pour l’anecdote, une de mes nièces désireuse d’être médecin généraliste depuis l’âge de 7 ans, s’est installée en tant que tel il y a une dizaine d’années. 2 ans après son installation, elle nous a fait un débriefing de sa situation…. Débriefing qui nous a retourné les tripes ! Elle, qui ne jurait que par ce métier, avait totalement revu ses priorités ! Elle nous exposait comment elle avait calculé le nombre de patients qu’elle s’était fixé par jour afin d’optimiser ses congés hebdomadaires (!) et annuels. En gros, elle n’ouvrait son cabinet que 3 à 3,5 jours par semaine et s’octroyait également un nombre conséquent de semaines de congés annuels… Et pour les années où elle visait des voyages plus coûteux, elle avait déjà établi des liens qui lui permettaient d’intervenir dans certaines structures pendant les jours de fermeture hebdomadaire de son cabinet et qui lui assuraient des revenus conséquents pour chacune de ses interventions…
      Je parle ici d’un cas qui m’est très proche mais que j’ai vu depuis se répéter dans un environnement plus large.
      Alors quand on en est arrivé à ce stade de cupidité et d’égoïsme, on comprend que le problème est bien plus profond et va bien au-delà des fermetures de lits ; fermetures qui, finalement, se révèlent être non pas la cause de nos soucis mais plutôt une conséquence d’un changement de paradigme.

      Et on observe le même « dérèglement » dans le monde scientifique et industriel : nous avons en France un déficit CRUEL d’ingénieurs ! Or, la fine fleur de nos élites de grandes écoles préfère majoritairement partir soit dans la finance (là encore, j’ai dans mon entourage proche, des majors de Polytechnique et Centrale Paris qui ont préféré partir à la City de Londres plutôt que de servir leur pays) soit à l’étranger vendre leurs services aux plus offrants (une fois de plus, je connais très bien 2 jeunes brillantissimes qui bossent maintenant dans la Silicon Valley).
      Et pourtant, tous ces jeunes n’ont pas été élevés dans cet esprit. Leurs parents ont pleuré devant leurs décisions.
      Probablement, qu’une dimension fondamentale a manqué dans leur éducation ? et ce manque aura été comblé par la perversion de la société de l’argent, de la « réussite » rapide ?
      On en est venu à une époque où de plus en plus nombreux sont ceux qui confondent « réussir sa vie » et « réussir dans la vie » …. à qui la faute ? Pas simple de répondre.

      Mais les faits sont là. Et ce n’est pas glorieux.

      Et pour revenir à notre sujet : il ne faut pas non plus oublier que la charge administrative des personnels soignants est devenue étouffante !
      Sans parler des contrôles que les médecins subissent et subiront de plus en plus suite au dernier joujou fabriqué par Véran en juillet 2021 (le « Conseil National de Certification ») : on leur interdit de plus en plus de soigner comme ils le veulent, selon ce qu’ils pensent être bien adapté au cas particulier de leur patient, qu’eux seuls connaissent (on l’a vu avec le covid mais ce ne sont là que les prémices…)
      De facto, beaucoup se sont lancés dans ces études par vocation mais il semblerait que la perversité de l’argent et la non- reconnaissance ad hoc par les pairs aient enseveli ladite vocation sous un déluge de boue.

      Alors tout mis bout à bout, forme un énorme « gloubi-boulga » totalement indigeste que nous allons finir par vomir….avant de pouvoir repartir sur des bases bien saines….
      Mais en attendant le renouveau, il va nous falloir traverser la phase d’indigestion….

      Pas simple….

      1. Castel
        Votre commentaire est extrêmement intéressant.
        Dans mes amis pas mal de professions médicales, des « vieille école » et aussi leurs enfants « bobos », j’ai donc eu à faire aux deux mentalités, les premiers déploraient que leur statut social ne représentait plus rien, les seconds vous les avez parfaitement décrit.

        Je ne peux vous faire remarquer que ce « gloubi-boulga » et la mentalité que vous déplorez est arrivée en même temps que les années 1969-1971-1973 … la naissance notre colonisation-protectorat US intégral.

        Les vecteurs de cette mentalité pourrie qui nous est étrangère sont connus, il suffit de regarder un clip de Rap (ayant contaminé l’europe), un film, une série pour le comprendre.
        Fric, mensonge, cynisme, cul, violence gratuite.

        Ces mentalités nous sont totalement étrangères, par contre elles sont communes aux USA et à la masse des extracontinentaux qu’on nous impose depuis 1973, ceci explique l’obsession des USA de nous noyer sous leur « glacis protecteur » d’occupation.

        Comme le disait Mitterrand
        « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une
        guerre à mort. »

        Un petit bémol pour le « sans morts apparents » …
        Dans les années 80 c’était vrai, en 2020 ça ne l’est plus.
        Imaginez soustraire les représentants du glacis protecteur US sur notre sol et il ne reste que 40 millions de Gaulois d’origine européenne.
        La dépopulation est donc évidente.

        Exercice : Si vous voulez rendre cette population évidente, promenez vous dans une ville de plus de 40.000 habitants, et imaginez ce que vous voyez en soustrayant les extracontinentaux.
        Exercice effrayant, résultat évident d’une guerre, exercice que je m’inflige régulièrement pour ne pas perdre ma pugnacité.

        Guerre à mort, de laquelle notre crasse politique a totalement joué contre-nous.
        C’est de la haute trahison.
        Les mentalités que vous décrivez avec brio découlent directement de ce dont je viens de parler… à mon avis.

      2. J’ai fait des vidéos YouTube sur les urgences il y a un mois : allez à
        « Réflexion force et honneur »
        Dr barelli

  3. Merci à ce Docteur de dire des verités, avant il y avait Pelloux pour dire cela, mais il a ete acheté par big pharma, de toutes les façons, si l’etat veut avoir des hopitaux qui marchent, il ne faut pas les confier à des medecins qui font de la politique, ça devrait etre interdit, entre ceux achetés par big pharma, plus politisés, et ecouter la voix de son maitre ( le president et ses conseillés ) on constate le resultat, les resultats ! pareil avec Dupont Moretti, Martin Hirsch, etc. Qui a dit l’organisation et l’avenir de la medecine est trop importante pour etre confié à un medecin ?

  4. Beaucoup de Français vont aux  »urgences » parce que c’est gratuit! Un jour que mon fils est tombé de son vélo, je me suis précipitée aux urgences ,il était 16 heures…le médecin nous a reçu, dans son bureau à 22 heures! Il y avait, effectivement, des Français qui n’avaient rien à faire aux urgences! Il faudrait, en effet, qu’un médecin généraliste  »fasse le tri », à l’arrivée des malades, et qu’il renvoie, chez eux, ceux qui encombrent inutilement les urgences!

  5. les gens doivent être plus civiques et ne tomber malade qu’aux heures d’ouverture des bureaux de l’hopital!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !