Guerre de l’information et formatage de l’opinion à l’occasion de la guerre en Ukraine

Le conflit ukrainien est de moins en moins lisible en raison du manichéisme qui caractérise les positions des deux camps. Si nombreux sont ceux qui s’attachent à détecter et à dénoncer la propagande russe – si nul ne la conteste, elle est finalement difficilement mesurable pour l’opinion en raison de l’impossibilité d’accéder à ses médias et aux messages qu’ils véhiculent –, personne ne s’intéresse à celle pratiquée par les Ukrainiens et reprise aveuglément par les médias occidentaux que les populations subissent quotidiennement depuis cinq mois.

Aussi, il est important de mettre en lumière les techniques utilisées par les Spin Doctors de Kiev, leurs conseillers américains et leurs relais médiatiques pour conditionner l’opinion et imposer leur seule version de faits, faire porter l’entière responsabilité de ce conflit à Moscou et neutraliser tout point de vue divergent. 

  1. Story Telling

Invention d’une histoire, construction d’une menace, annonce de ce qui va advenir[1] – et qui a été préparé –, mise au point d’un scénario riche en rebondissements afin de maintenir l’opinion sous pression, création d’un « héros » – l’inénarrable Zelensky – et d’un abominable dictateur – Vladimir Poutine – à la tête d’une armée barbare : toutes les techniques du Story Telling ont été mises en oeuvre par le couple américano-ukrainien pour imposer leur narratif.

  1. Émotion

Passionner le débat pour empêcher toute analyse rationnelle. Les exemples sont nombreux : ciblage par l’artillerie russe de zones d’habitation et d’infrastructures civiles, morts d’innocents, massacres horribles (Butcha[2]) et menace de catastrophe nucléaire[3].

  1. Diabolisation

Poutine = Hitler. Le président russe est un « ignoble tyran » qui veut annexer l’Ukraine et envahir l’Europe. La Russie, c’est le retour de l’URSS, de son totalitarisme et de son expansionnisme…

  1. Culpabilisation

Les Occidentaux doivent aider massivement Kiev et sanctionner la Russie. Si les Européens n’aident pas davantage l’Ukraine, ils seront les prochains sur la liste. Accusations contre les dirigeants français[4] [5] et allemand[6]. 

  1. Matraquage médiatique

Occuper les antennes et les ondes, capter l’attention des « citoyens ». Saturation informationnelle ayant pour double objectif d’empêcher toute réflexion critique et d’imposer un point de vue par la répétition et les images « chocs ».

  1. Partialité

Ce que dit Kiev, victime d’une agression est vrai et il n’y a pas de raison de le mettre en cause, ni de le vérifier. Ce que dit Moscou est par principe faux, ce n’est que de la désinformation, aucun de ses arguments ne doit être pris en compte. 

  1. Refus de prise en compte de l’histoire

Dissimulation des causes véritables du conflit, des événements historiques y ayant conduit, des responsabilités de l’ensemble des acteurs impliqués et de toute mise en perspective qui pourrait remettre en en cause la position de victime de l’Ukraine (Maidan 2014, Donbass 2014-2022) et de donneurs de leçons des Etats-Unis (Cuba 1962, Irak 2003, attitude à l’égard des Îles Salomon 2022, etc.). 

  1. Inversion des réalités

Azov et les autres groupes ultranationalistes ukrainiens, responsables d’exactions documentées dans le Donbass[7] sont des « gentils nazis » – au demeurant soutenus par l’Allemagne. Et Stepan Bandera est un patriote ukrainien digne d’admiration[8] 

  1. Inventions et mensonges délibérés

Les exemples sont nombreux : « sacrifice héroïque » des combattants ukrainiens de l’Île aux serpents (qui n’a jamais eu lieu) ; pilote « fantôme » (qui n’existe pas) qui aurait abattu de nombreux aéronefs russes[9] ; vidéo « effrayante » des bombardiers nucléaires Tu-95 russes volant près de la frontière ukrainienne[10], etc.

  1. Affirmations non étayées

Accusations dénuées de preuves ou conclusions hâtives : maladie de Poutine[11], bombardements russes contre la prison d’Olenivka[12] et la centrale nucléaire de Zaporjia[13], etc.

  1. Grossissement des faits

Mettre l’accent sur des faits isolés, peu représentatifs – voire peu crédibles –, pour en faire des événements majeurs et leur donner un retentissement sans lien avec leur portée réelle : mouvements d’opposition à la guerre en Russie, désertions de militaires russes, succès des contre-attaques locales ukrainiennes[14]. 

  1. Présentation orientée des événements

Évacuation des russophones du Donbass au prétexte de les protéger de l’invasion russe[15], alors que l’objectif réel est qu’ils ne rejoignent pas le giron de Moscou. De même, les renvois de la procureure générale d’Ukraine, du chef du service de renseignement (SBU) et d’une trentaine de cadres[16] sont présentés comme un succès de Zelensky et une reprise en main de son administration. Le même événement se serait produit à Moscou, nul doute qu’il eut été expliqué au monde que Poutine ne maitrise plus l’appareil judiciaire ni les services russes et que son entourage est truffé de traîtres…

  1. Inversion des accusations

A l’occasion de la publication du rapport d’Amnesty International qui dénonce les pratiques répréhensibles de l’armée ukrainienne[17] – tout en étant bien plus critique à l’égard de la Russie –, attaque contre cette ONG en l’accusant de faire le jeu de l’agresseur. Les médias occidentaux ne se posent pas la question de savoir si ce rapport est juste, mais s’il sert ou dessert l’Ukraine[18]. 

  1. Dissimulation de faits favorables à la Russie

Ne pas parler de faits ou d’événements qui viennent contrebalancer ou contredire le Story Telling : l’infériorité numérique de la Russie dans ce conflit (150 000 hommes face à une armée ukrainienne bien plus nombreuse et entraînée par l’OTAN) ; un budget de défense russe (62,2 milliards de dollars) 12 fois inférieur à celui des États-Unis (754 milliards) et plus faible que le budget militaire britannique (71,6 milliards de dollars)[19] ; les succès des forces russes ; l’accueil qui leur a été réservé par les populations russophones, etc.

  1. Dissimulation de faits défavorables à Kiev

Le gouvernement de Kiev se garde bien d’expliquer pourquoi il y a très peu de prisonniers russes, comme de faire de la publicité aux actes de torture dont ils ont été victimes. Il dissimule la véritable chasse aux sorcières qu’il a lancée contre toute forme d’opposition interne depuis le début de l’attaque russe[20] et les contestations contre sa stratégie militaire[21]. Et nul média occidental ne rend compte du fait que certains citoyens, accusés d’être des « collabos », sont exécutés sommairement sans jugement.

De même, Kiev ne fait jamais état de l’importance des pertes de son armée, des désertions qui s’y produisent quotidiennement, tout comme il passe sous silence le détournement d’une partie de l’aide occidentale par les élites et des armes par des militaires corrompus en lien avec des réseaux de la criminalité organisée. Surtout, tout reportage sur les affaires financières opaques de Zelensky et ses liens avec l’oligarque Kolomoïsky[22] est systématiquement empêché ou étouffé, de même que nul ne commente le fait que de nombreuses entreprises américaines n’ont toujours pas cessé leurs activités en Russie…. 

  1. Négation

Rejet systématique et sans argument de la version des faits adverses ou des commentaires neutres. Rejet de la réalité de certains faits pourtant avérés[23].

  1. Interdiction

Impossibilité d’accéder aux chaines d’information et aux sites internet russes. Dans les médias occidentaux, mise à l’écart de tout commentateur ne répercutant pas le Story Telling diffusé par Kiev.

  1. Naming and Shaming

Ciblage des commentateurs indépendants qui contestent la version des faits construite par l’Ukraine ou qui mettent en lumière ses contradictions. Disqualification en les traitant de pro-russes[24], de conspirationnistes et en les désignant à l’opprobre populaire[25]. 

  1. Polarisation de l’opinion

Implication de l’opinion occidentale dans un conflit qui ne la concerne pas directement. Volonté d’en faire un allié et d’un acteur pour peser davantage sur les gouvernements. Plus de neutralité possible : douter ou être neutre c’est faire le jeu de l’adversaire, être « pro-russe » ; qui n’est pas avec nous est contre nous…

  1. Diversion

Concentrer l’attention du public sur la guerre d’Ukraine permet également aux Etats-Unis[26] et au Royaume-Uni[27] de faire passer au second plan de l’agenda médiatique la couverture de faits ou d’événements défavorables.*

Force est de constater que ces méthodes ne relèvent pas de l’erreur journalistique et vont bien au-delà de la simple mauvaise foi. C’est bien d’une désinformation systématique qu’il s’agit. Le régime de Kiev et les médias occidentaux sont parvenus à instaurer un véritable totalitarisme médiatique, lequel a pour but de faire taire toute voix discordante, d’empêcher toute critique de ce régime corrompu et violent, notamment en faisant systématiquement passer pour « pro-russes » ceux qui dénoncent ses actions et celles des Américains. Le but de Kiev et de Washington est de faire porter l’entière responsabilité de ce conflit à la Russie afin qu’elle se trouve mise au ban de la communauté internationale et que son isolement la conduise à céder.

Inutile de dire que cette stratégie est vouée à l’échec ainsi que les événements le montrent. En effet, médias indépendants et réseaux sociaux mettent chaque jour davantage en lumière la différence qui existe entre la « réalité » qui est servie à l’opinion et la situation de terrain. Contrairement à ce que Kiev et Washington essaient de faire croire, la Russie n’est pas l’URSS, bien qu’elle ait déclenché les hostilités par son « opération spéciale ». Et l’Ukraine est un État croupion des Etats-Unis dirigé par des élites corrompues et non une démocratie. Les responsabilités de cet épouvantable conflit sont largement partagées et les provocations ukrainiennes et occidentales ne peuvent être minimisées ni passées sous silence.

Il ne s’agit pas de prendre parti en faveur de la Russie ni de défendre Moscou. Mais nous ne pouvons accepter que soient diffusées sans discontinuer depuis l’automne 2021 – et surtout depuis le 24 février 2022 –, autant d’informations partiales ou fausses.

Dès lors, on est en droit de s’interroger quant au rôle des différentes cellules de lutte contre la désinformation mises en place en France et dans les pays européens. Dans la mesure où tous les médias russes sont interdits. Il est légitime de se demander ce qu’elles font afin d’évaluer la réalité, la forme et la portée de la propagande de Moscou et son impact sur l’opinion. Sans doute serait-il temps qu’elles s’intéressent à la désinformation ukrainienne véhiculée par nos médias…

Éric Denécé

[1] https://cf2r.org/editorial/ukraine-la-guerre-des-spin-doctors-americains/

[2] Cet horrible massacre est une réalité et ses responsables devront être punis. Rappelons toutefois qu’en l’état actuel des choses, les preuves irréfutables de la responsabilité de l’une ou l’autre partie n’ont toujours pas été apportées par les enquêteurs, contrairement à ce qu’annonce l’intensive communication ukrainienne.

[3] https://www.sudouest.fr/international/europe/ukraine/guerre-en-ukraine-une-catastrophe-a-la-centrale-nucleaire-de-zaporojjia-menacerait-l-europe-entiere-11959697.php

[4] https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/temoignage-le-message-du-maire-de-lviv-a-emmanuel-macron-a-chaque-heure-qui-passe-des-citoyens-ukrainiens-meurent-et-ces-morts-seront-sur-votre-conscience_5020591.html

[5] https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/macroner-ce-nouveau-mot-pas-tres-flatteur-venu-d-ukraine-20220413

[6] https://www.ouest-france.fr/europe/allemagne/olaf-scholz/guerre-en-ukraine-tres-critique-le-chancelier-allemand-olaf-scholz-denonce-des-calomnies-4d30c800-c24a-11ec-8207-1f0e356db714

[7] https://www.ofpra.gouv.fr/sites/default/files/atoms/files/1811_ukr_violences_groupes_ultranationalistes_0.pdf

[8] https://fr.timesofisrael.com/kiev-des-centaines-de-personnes-rendent-hommage-au-collaborateur-nazi-bandera/

[9] https://www.lexpress.fr/actualite/monde/martyrs-de-l-ile-des-serpents-fantome-de-kiev-l-ukraine-en-quete-de-heros_2168774.html

[10] https://cf2r.org/actualite/un-exemple-de-desinformation-britannique-concernant-la-guerre-en-ukraine/

[11] https://www.forbes.fr/politique/la-russie-dement-les-rumeurs-selon-lesquelles-poutine-est-malade/

[12] https://www.tf1info.fr/international/guerre-ukraine-russie-prison-bombardee-dans-le-donbass-moscou-et-kiev-s-accusent-mutuellement-2227917.html

[13] https://www.lefigaro.fr/international/guerre-en-ukraine-zaporijjia-la-plus-grande-centrale-nucleaire-d-ukraine-a-nouveau-bombardee-20220811

[14] https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/guerre-en-ukraine-contre-offensive-mouvements-de-troupes-pourquoi-le-conflit-pourrait-entrer-dans-une-nouvelle-phase-dans-le-sud-du-pays_5299180.html

 https://www.lemonde.fr/international/article/2022/07/31/guerre-en-ukraine-kiev-demande-aux-habitants-d-evacuer-la-region-de-donetsk_6136713_3210.html

[16] https://www.lemonde.fr/international/article/2022/07/18/ukraine-zelensky-limoge-la-procureure-generale-et-le-chef-de-la-securite_6135143_3210.html

[17] https://www.amnesty.fr/presse/ukraine-les-tactiques-de-combats-ukrainiennes-mett

https://www.lepoint.fr/monde/amnesty-estime-que-l-armee-ukrainienne-a-mis-en-danger-les-civils-04-08-2022-2485409_24.php

[18] https://www.bfmtv.com/international/asie/russie/l-ukraine-se-dit-indignee-par-les-accusations-injustes-d-amnesty-international-de-mise-en-danger-des-civils_AN-202208040338.html

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-president-ukrainien-zelensky-accuse-amnesty-international-de-tenter-d-amnistier-l-etat-terroriste-de-russie-20220804

[19] The Military Balance, publié le 15 février 2022.

https://www.iiss.org/blogs/analysis/2022/02/military-balance-2022-further-assessments

[20] https://www.amnesty.fr/presse/russie-les-autorits-lancent-une-chasse-aux-sorcire

[21] https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/guerre-en-ukraine-dans-le-donbass-la-colere-rentree-des-habitants-de-bakhmut-qui-contestent-la-strategie-ukrainienne_5197834.html

[22] https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/economie-parallele-le-president-ukrainien-zelensky-dans-la-tourmente-des-pandora

[23] http://www.slate.fr/story/220533/otan-promesses-russie-poutine-frontiere-ukraine-contreverite-historique-melenchon-zemmour

[24] https://www.youtube.com/watch?v=SU7hZdRNsuc

[25] https://cf2r.org/actualite/nouvel-exemple-de-guerre-de-linformation-du-regime-zelensky/

[26] https://cf2r.org/editorial/des-exactions-militaires-et-de-leur-couverture-mediatique-selective/

[27] « Compétitions » d’assassinat des SAS britanniques en Afghanistan et hiérarchie militaire s’opposant à toute enquête (https://www.bbc.com/news/uk-62083196 ; https://www.bbc.com/news/uk-62083197 ;

https://www.bbc.com/news/uk-53597137 ; https://www.bbc.com/news/uk-50435474).

 

Source : Centre français de Recherche sur le Renseignement
Crédit photo : DR

39 réponses

  1. Ce recensement quasi exhaustif des moyens de propagande est classique. Leur utilisation est classique aussi en période de guerre. Chacun voit bien qu’on pourrait le retourner comme une chaussette et, pour chacun des points énumérés, en dire au moins autant côté Poutine. Par exemple, pour le 1er point, « Storytelling », on se reportera au grand discours de Poutine le 21 février (qui est aussi une illustration du point 7, « Refus de prise en compte de l’histoire »).
    Il manque cependant un 21e point, une technique de propagande hyperclassique largement utilisée jadis par les soviétiques : accuser l’adversaire de nourrir les intentions qu’on nourrit soi-même. C’est pourtant tout le propos de cet article !
    Car il est cocasse de voir la propagande ukrainienne dénoncée par l’un des agents les plus actifs de la propagande poutinienne en France ! Dire que celle-ci
    est « difficilement mesurable pour l’opinion en raison de l’impossibilité d’accéder à ses médias et aux messages qu’ils véhiculent » fait partie de la dissimulation. En réalité, il est facile de voir cette propagande à l’oeuvre en France — et hélas en Bretagne : il suffit de lire ce qu’écrit l’auteur de texte.

  2. Un simple exemple concernant la centrale nucléaire de Zaporyzieh : elle est sous le contrôle des russes depuis le début du conflit ; tous les aboyeurs médiatiques hurlent le même refrain en craignant , à juste titre , un accident nucléaire , comparable à Tchernobyl d’après certains .
    Ce qu’ils oublient TOUS de préciser , c’est que ce sont les ukrainiens qui prennent cette centrale pour cible , prétendant y déloger les troupes russes qui s’y trouveraient !
    On comprend bien le moyen de chantage du psychopathe Zélinsky : je suicide une grande partie de l’Europe si l’Occident ne vient pas à mes côtés pour entrer en guerre contre les russes .
    Le nouveau  » Churchill  » en peau de lapin tant vanté par les merdias occidentaux ne se révèle qu’un Machiavel de bas étage ( prêt à se débiner avec un passeport anglais , sa famille à l’abri en Israël )

    1. m’enfin ils disent que les russes bombardent la centrale ….qu’ils occupent ! ils sont fous ces ruskovs! ou ils nous prennent pour des demeurés mentaux

  3. Les Européens= lapins crétins – Merci à Google d’assurer la traduction des sites étrangers qui permettent de cerner la réalité en croisant les points de vue. Les medias européens sont disqualifiés, pour l’Ukraine mais aussi pour tout le reste, les mêmes méthodes étant appliquées à toute information.. sauf Laetitia Halliday servie sur un plateau en continu. Mais plus de 50% des européens boivent encore ce reality show hélas. Cela permet de justifier nos politiciens européens et nationaux, et d’envisager l’hiver qui s’annonce en sauveurs de l’Ukraine et non en victimes de nos gouvernants inféodés aux USA,. L’Europe sera la seule à payer! Les USA et l’Angleterre contournent les sanctions et renforcent leurs positions.

    1. T’as peur d’avoir froid au cul, c’est vrai qu’en Bretagne, la bouée séchée était utilisée comme combustible, une bonne occasion de renouer avec la tradition.

  4. En vérité, ce sont les Américains qui occupent actuellement l’Europe. Si la 3ème guerre mondiale doit avoir lieu, ce sera de nouveau sur le sol européen, avec à la prime une invasion des Russes et de leurs alliés (Merci Nostradamus). Le mondialisme est une pièce de théâtre qui doit se jouer en 3 actes. Si le nationalisme c’est la guerre, le mondialisme, c’est la guerre mondiale !

  5. Vraiment une bande de cons ces bretons et royalistes mélangés a du Mélenchon, ça sent bon la dictature.La démocratie vous emmerde en fait. Napoléon avait raison… N’oubliez pas que sans les amerlocs vous seriez tous sauf les collabos…partis dans les camps nazis ou dans les goulags.Vous avez la mémoire très sélective.
    Vous êtes a chier.

    1. Si vous connaissiez un brin l histoire vous sauriez que les USA sont entré en guerre a reculons et que le gouvernement américains avait de bons rapports avec l Allemagne grâce a Kennedy (père) qui défendait les investissements US dans ce pays !
      Alors oui gloire aux soldats US moins au gouvernement US !

      1. Et le pacte germano soviétique ça vous parle? Les bons rapports sont de quel côté ?
        Arrêtez de soutenir de façon partial et idéologique, royalisme, impérialisme, populisme totalitaire des idées qui conduise les peuples aux guerres que vous soutenez.
        La liberté ou la mort, voilà le slogan .
        Les staliniens continuent avec le soutien imbéciles de régimes totalitaires , Inde, Chine, ect de massacrer l’idée de démocratie. Staline ou le Tsar, même résultat, et le kgbiste de service ces jours ci se prend pour les deux.
        Vive la Ukraine libre.
        Et si les démocraties vous emmerdent, filez du côté obscur de la force voir si ça fleur bon le lys et la cannelle.
        Salutations.

    2. C’est à Stalingrad que le Nazisme a été brisé. C’est en Russie que Napoléon a connu la Bérézina.

    3. Avant de vous répandre en immondices verbeux, vous feriez bien mieux d’ouvrir des livres d’histoire SERIEUX et de lire attentivement ce qu’il s’est réellement passé lors de la seconde guerre mondiale.

      Il n’y a que des incultes, des « incapables-de-penser-par-eux-mêmes » et des béni-oui-oui qui osent dire que ce sont les Amerlocs comme vous dites, qui ont gagné la seconde guerre mondiale et nous ont libérés !

      Vos Amerlocs n’ont débarqué que pour se servir de la France comme d’un paillasson. Ils étaient même tellement certains de leur forfaiture qu’ils avaient déjà imprimé la monnaie qu’ils feraient circuler sur notre territoire une fois placé sous occupation américaine.
      Pourquoi, selon vous, De Gaulle refusait-il SYSTÉMATIQUEMENT de commémorer le 6 juin 44 ?

      Alors de grâce, avant de vomir ici et là votre grossièreté et d’étaler votre ignorance crasse, prenez plutôt le temps de vous instruire. Ce sera plus constructif.

      1. Il est certain que la France gaulliste était démocratique…ça fait rigoler non?
        Que les Américains nous aient pris pour des colabos, ils avaient raisons a 80%…sans offenser jean Moulin, la France fasciste et royaliste de Pétain avait creusée le sillon de l’ignominie.
        Et heureusement que le plan Marchal a permis de remettre debout une Europe anéantie en partie par la crédulité des pacifistes mâtinés d’anti semitisme.Les amerlocs comme vous dîtes auraient dû allez jusqu’à Moscou.
        Seul l’imperialisme Japonais et Pearl Arbour les en ont empêché.
        Ont aurait botté le cul aux rouges une bonne fois pour toutes.On se trimbale cette idéologie a la con depuis plus de 50 ans, et quand on voit Melanchon ancien socialiste,…
        Je pense à la chanson de Dutron.
        Quand a Michel Onfray, il ne défend pas son intelligence en critiquant beaucoup et en ne proposant pas grand chose si ce n’est pour lui aussi un populisme, une nouvelle forme de monarchie a la mode Puits du Fou.
        les intellos, on en a vraiment besoin pour nous foutre le nez dans la merde.

    4. Non.
      Avec 20 millions de morts, c’est la Russie qui a gagné la seconde guerre mondiale.
      Pas ton maître américain.

      1. Ce ne sont pas les morts qui gagnent les guerres ! La « victoire » de l’URSS est avant tout la défaite de l’Allemagne écrasée sous les bombes, qui n’étaient pas soviétiques. L’URSS a choisi de faire la guerre en assumant des pertes humaines colossales du fait de la tactique du « rouleau compresseur ». Elle a aussi choisi de gagner la guerre à l’Est trois semaines avant la capitulation du Japon : là, ça ne lui a pas coûté trop de morts. Et surtout, il ne faudrait pas oublier qu’elle a elle-même co-déclenché la Deuxième Guerre mondiale en attaquant la Pologne à l’Est pendant que l’Allemagne l’attaquait à l’Ouest. C’est un vainqueur qui n’a pas les fesses propres.

    5. Bon voici un petit chien style NPA qui a un « cer-veau » bien formaté !
      Continue…tu me fais beaucoup rire 🤣🤣
      En tant que Breton, bois une bolée de Cidre (Brut le meilleur)…pas de Chouchen pour toi…tu vas exploser les quelques neurones qu’il te reste !
      Et comme je vois que tu es un vrai « guerrier »…rejoint ton maitre « Tintin en Ukraine » !!!
      Kenavo…

      1. Je crois que le Chouchen fait marcher à reculons, ici pas mal on du en abuser.
        Pour ma part je bois de la flotte.On attend l’arrivée des soviétiques d’un instant à l’autre, et je pense que certains ici courront très vite se planquer sous les dolmens , ou plutôt les accueillerons à bras ouvert comme en 40…

  6. T’as peur d’avoir froid au cul, c’est vrai qu’en Bretagne, la bouse séchée était utilisée comme combustible, une bonne occasion de renouer avec la tradition.

    1. En effet, ce discours résume bien le storytelling actuel de Poutine après plusieurs mois de guerre ; il tente de rattraper le coup auprès de l’opinion mondiale en rejetant la faute sur les autres. Mais le discours du 21 février, lui, expliquait pourquoi il allait faire la guerre. Pardon, lancer une opération spéciale. A l’évidence, il s’attendait à remporter la victoire en trois jours et il est douloureusement surpris que ça ne soit pas le cas. Une erreur stratégique de sa part, une faiblesse tactique de son armée ? Nooooon, c’est la faute aux Occidentaux, prêts à sacrifier jusqu’au dernier Ukrainien, etc. (Notez qu’au départ il accusait les néo-nazis ukrainiens, mais apparemment il a renoncé à cette fable pas assez crédible !)

  7. Je partage ce point de vue depuis le début, c’était déjà comme ça avec le covid, mais à la lecture des commentaires je crois que la bataille est perdue depuis longtemps.

  8. A chaque fois qu’un article parle des USA et leurs colonies Européennes VS la Russie :

    Les pro-USA et anti-Russes primaires déblatèrent systématiquement des paquets d’insultes et de provocation en lieu et place de tout argument étayé, ou même de contre-argument point par point .

    Phénomène qu’on ne retrouve pas dans le camp d’en face rétifs aux guerres US en europe, au wokisme US, à la repentance US, au great reset, au mondialisme, au réchauffisme US, à l’indigénisme US etc …
    Chez-eux c’est plus souvent argumenté et/ou leurs réponses sont basées sur des contra-arguments .

    Est-ce que nous devons en déduire que les pro-USA n’ont factuellement quasi aucun argument ?
    Il me semble que c’est le cas !
    Ceci-dit vu toutes les saloperies que les USA nous font subir depuis au moins 1971, il est vrai qu’il est compliqué de trouver le moindre argument en faveur de la continuation de notre esclavage…

    1. Et les saloperie de la popof mania, du fascisme.
      Pas besoin d’arguments, il suffit de regarder l’histoire dans son entièreté et de ne pas la saucissonner au besoin.
      Les Russes pro soviétiques nous cassent les bonbons.
      Vive l’Ukraine libre.

      1. J’ai le regret de vous dire que vous ne connaissez de toute évidence absolument rien à la Russie d’aujourd’hui. Vous ne devriez donc pas sortir des arguments fallacieux basés sur les mensonges que nous racontent les media occidentaux, tous à la solde du Deep State. Depuis 60 ans, les Américains ne sont plus nos amis, mais des va-t-en-guerre qui sèment la guerre et le chaos dans le monde entier. Ils ont même tué leur Président JFK parce qu’il avait commencé de retirer les troupes américaines du Viet Nam, et collaborait avec Moscou pour bannir l’arme nucléaire. Depuis sa mort, dont on fêtera les 60 ans l’an prochain, combien de pays les Américains ont-ils envahi, sous prétexte de leur apporter « la démocratie »?? Que font-ils en Ukraine, à votre avis? Ce devrait être la première question à se poser, et si nos « dirigeants » décérébrés avaient à coeur le bonheur de leurs peuples, ils éviteraient de suivre Joe Biden dans son délire de sanctions qui ne punissent que les Européens.

    2. Merci Le Polygraphe pour votre commentaire !

      C’est un fait : les PRO-machin-chose n’ont d’autre argument que l’argument tautologique. Autant dire que nous n’irons pas loin dans le débat.

      Il est d’ailleurs on-ne-peut-plus instructif d’observer que maintenant, toutes les personnes capables d’écouter les arguments de leur « adversaires » et d’argumenter posément et intelligemment leurs positions, sans verser dans l’insulte ni la grossièreté, sont désormais qualifiées de « fascistes », « complotistes », etc. jusqu’à appartenir à l’extrême-droite !
      Quand on voit cela appliqué à des personnes comme Etienne Chouard ou Michel Onfray par exemple, cela fait doucement sourire…

      Ah la la ! Ignorance crasse, quand tu les tiens, tu sembles ne plus vouloir les lâcher !

      1. Et que Staline a déporté la population des républiques socialistes dans des camps de travail, assassiné ses camarades, affamé et fait mourir de faim les Ukreniens.Un vrai démocrate ce gars là.
        Même Jojo si vous voyez qui je veux dire voulais prendre ses distances avec ces ploutocratie.

      2. Castel
         » sont désormais qualifiées de « fascistes », « complotistes », etc. jusqu’à appartenir à l’extrême-droite !…. Etienne Chouard ou Michel Onfray par exemple, cela fait doucement sourire… »

        Vous avez oublié Francis Cousin, lui aussi est désormais qualifié de fasciste d’extrême droite 🤣

        Attendez encore quelques années et avec la riposte des BRICS Ram Nath Kovind, Mohandas Karamchand Gandhi, Xi Jinping, Mao Zedong, seront eux-aussi qualifiés de « fascistes et nazis d’extrême ultra-droite » 🙃

        Quand la logique la plus élémentaire joue contre-eux, les pires débilités c’est les seules cartouches qui restent à nos corrompus et à leurs satrapes …

    3. Saucissonner l’histoire de la façon qui vous convienne, c’est proposer voir obliger,d’ailleurs c’est le but de votre discours de réduire le faisceau du projecteur sur ce qui fait votre fond de commerce, le populisme .
      L’idée même d’histoire dans sa plus grande ampleur, ça vous dérange, et vous l’arrangez a votre manière.
      Si les valeurs démocratiques vous emmerdent, allez comme vous y inviter le kgbiste vivre en union soviétique New age.Un pays où la moyenne d’âge des hommes atteind difficilement les 50 ans, ou l’alcoolisme fait des ravages, et ou l’abrutissement des masses est a l’œuvre .On voit dans vos discours et dans ce sujet toute la rancœur de l’avènement déjà ancien des démocraties et des républiques.
      Le totalitarisme, contre la pensée unique, voilà votre crédo, voilà votre humanité. La loi du plus fort est toujours là meilleure, voilà votre pensée.
      Et vive l’Ukraine libre.

  9. Voila un bon article, argumenté et documenté, qui incite à réfléchir. On pourrait sans doute encore mieux le documenter mais cela prendrait trop de place. Si un jour nous redevenons un pays libre des puissances d’argent qui contrôlent aujourd’hui notre information et notre pensée, (et cela me semble mal barré), il faudra peut-être écrire un vrai livre complet avec toutes les lâchetés et surtout tous les noms de ceux qui se sont laissé glisser sur la pente du mensonge pour mieux nous abrutir. Cela va faire une bien longue liste.
    En attendant, chacun devrait noter soigneusement les « lies, bloody lies and statistics » dont parlait déjà Benjamin Disraeli.et en parler autour de lui.

  10. Le goulag, une forme de contrôle radicale,
    Il y a des coups de pieds au cul qui se perdent Come dirait nos anciens.
    Vous lisez quoi, minute?

  11. J’aime bien votre pseudo, j’aurai préféré Boum!
    En fait ici et dans cette article publié par Breizh info, qu’on pourrait traduire en Breizh un faux dans ce cas, on nous bourre le crâne avec un discours anti Américain et nationaliste mâtiné d’independantisme Breton.. le baron et Mr le duc ne sont jamais bien loin.Les supporters de Trump et les Q Anon non plus.
    Faire croire que la Bretagne c’est ça…, Cest misère.

  12. Je ne suis pas pro-Russes…cependant j’ai remarqué que Macron avait intérêt à critiquer la Russie afin de dire à Marine Le Pen:  »La Russie est votre banquier »…cela a bien marché puisque Macron a été réélu, une deuxième fois, président de la république face à Marine Le Pen…cette  »vilaine » qui a emprunté des sous à ces  »vilains » Russes!…

  13. C’est la vérité, comme Trump le pantin post soviétique mâtiné de conservatisme scessesionniste et de suprematisme blanc. Comme disait Claude Nougaro le sang est toujours rouge.Il manquerai plus qu’il soit bleu…enfin pas pour tout le monde.

    1. C’est du grand n’importe quoi, les réseaux sociaux, le relais du pire et du meilleur, la c’est du premier choix, comme à la boucherie.

  14. Je crois que le Chouchen fait marcher à reculons, ici pas mal on du en abuser.
    Pour ma part je bois de la flotte.On attend l’arrivée des soviétiques d’un instant à l’autre, et je pense que certains ici courront très vite se planquer sous les dolmens , ou plutôt les accueillerons à bras ouvert comme en 40…

  15. Excellent article dont je partage l’entièreté du contenu. Les gens ne sont pas de veaux comme disait le Général de Gaule, ils s’informent juste mal et se laisse guider par la doxa bobo de gauche bien-pensante mais toujours belliciste et relayée par les médias mainstream corrompus par les subventions étatiques !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !