Mamuka Mamulashvili : « La Géorgie a été le premier pays à être attaqué par la Russie dans les années 1990, après l’effondrement de l’Union soviétique » [Interview]

Entretien avec Mamuka Mamulashvili, fondateur et commandant de la Légion nationale géorgienne qui lutte contre l’invasion russe en Ukraine. Sa première expérience militaire a eu lieu en Abkhazie, une république séparatiste géorgienne soutenue par le Kremlin, en 1992-93. À l’âge de 14 ans, Mamulashvili a rejoint le bataillon de son père dans l’armée géorgienne et, après la défaite, a passé trois mois en captivité.

Il a ensuite combattu contre la Russie pendant la première guerre de Tchétchénie (1994-96) et lors de l’agression russe contre la Géorgie en août 2008. Mamulashvili a repris les armes contre la Russie après le déclenchement de la guerre du Donbas en 2014 et a fondé la Légion nationale géorgienne cette année-là avec seulement 6 membres. En février 2016, la Légion géorgienne a été officiellement intégrée au 25e bataillon d’infanterie mécanisée des forces armées ukrainiennes et a combattu en 2018 dans l’est de l’Ukraine sous le commandement de la 54e brigade mécanisée.

La Légion géorgienne n’accepte actuellement que les soldats ayant une expérience militaire et constitue une unité d’opérations spéciales comptant environ 1 000 hommes.

 Un entretien réalisé par notre confrère Alvaro Pena (https://elcorreodeespana.com/). Pour comprendre les motivations de ceux qui, aujourd’hui, quittent familles et patrie pour aller se battre contre la Russie, tout comme à l’opposé, des soldats russe font de même pour aller se battre en Ukraine.

Vous êtes entré en guerre contre la Russie à quatre reprises. Vous êtes-vous lancé dans une croisade personnelle contre l’impérialisme russe ?

Mamuka Mamulashvili : Oui, mon premier conflit avec les Russes a eu lieu lorsque j’avais 14 ans, et depuis, j’ai participé à plusieurs guerres contre la Russie, qui est en réalité l’Union soviétique. Trente ans se sont écoulés depuis la chute du communisme, mais la politique, l’idéologie de la Russie d’aujourd’hui est la même que celle d’alors. La différence est qu’ils ont acquis plus de moyens financiers et plus de pouvoir pour reprendre le terrorisme de l’ère soviétique. Et, malheureusement, le monde est resté passif et n’a rien fait pour l’arrêter.

Le fait est qu’après avoir condamné l’agression contre la Géorgie en 2008, qui lui a enlevé 20 % de son territoire, la communauté internationale s’est empressée de renouer le dialogue avec la Russie.

Mamuka Mamulashvili : La Géorgie a été le premier pays à être attaqué par la Russie dans les années 1990, après l’effondrement de l’Union soviétique. Elle a récidivé en 2004, puis en 2008. Malheureusement, la communauté internationale est restée silencieuse et a préféré fermer les yeux sur ce qui se passait. Aujourd’hui, c’est différent, car la guerre se déroule au centre de l’Europe, mais la Géorgie a été le premier avertissement aux politiciens européens. À l’époque, nombre d’entre eux, en particulier les Allemands et les Français, se sont opposés aux sanctions en raison de leurs intérêts dans Gazprom ou de leurs affaires avec la Russie. Je me souviens également de la façon dont les télévisions allemande et française ont montré les images des avions russes bombardant la Géorgie et ont accusé les Géorgiens d’attaquer leur propre territoire. Ce n’était pas une erreur, ils savaient parfaitement ce qu’ils faisaient à l’époque et ont décidé de soutenir le terrorisme. Certains d’entre eux ont continué à le faire même aujourd’hui.

La Légion nationale géorgienne est la plus importante des unités de volontaires étrangers combattant en Ukraine, mais les volontaires géorgiens n’ont pas trouvé facile de quitter leur pays.

Mamuka Mamulashvili : Non, le gouvernement géorgien actuel est totalement pro-russe et notre économie dépend à 90% de la Russie. Ainsi, lorsque nous avons préparé un avion de volontaires de Tbilissi à Varsovie, les autorités ne l’ont pas autorisé à décoller. Les volontaires ont dû chercher d’autres itinéraires pour rejoindre la Légion.

Quelle est la principale motivation de ces volontaires ?

Mamuka Mamulashvili : La principale motivation des légionnaires est de se battre pour la liberté de l’Ukraine, ce qui signifie en même temps se battre pour la liberté de la Géorgie. Il est très clair pour nous que le destin des deux nations est lié. Notre présence ici est très importante et nous faisons un excellent travail.

La présence de Géorgiens dans l’armée ukrainienne remonte à 2014. Même l’un des fondateurs d’Azov est le colonel géorgien Giorgi Kufarashvili.

Mamuka Mamulashvili : Oui, c’est vrai. La raison est que l’Ukraine a été le seul pays à nous aider dans les années 1990, puis en 2008. De nombreux volontaires ukrainiens sont venus se battre à nos côtés. Nous avions une dette à payer.

 Il n’y a pas que des Géorgiens, mais aussi des volontaires d’autres pays.

Mamuka Mamulashvili :En effet, il y a des volontaires de trente pays dans la Légion.

Certains médias ont rapporté que les volontaires britanniques et américains ne font partie que des unités de formation, est-ce exact ?

Mamuka Mamulashvili :Non, à la Légion, nous avons deux équipes. Une équipe de formation, composée d’instructeurs qui ne participent pas aux opérations de combat et qui forment les forces spéciales ukrainiennes, et une équipe d’opérations spéciales qui comprend des volontaires britanniques, américains et autres.

La Russie a qualifié les volontaires étrangers de mercenaires et leur refuse le statut de prisonniers de guerre s’ils sont capturés.

Mamuka Mamulashvili : Nous nous moquons de ce que dit la Russie, car sa parole ne signifie rien pour nous. Ils peuvent nous appeler comme ils veulent, mais les volontaires sont engagés par l’armée ukrainienne grâce à une loi qui permet aux étrangers de rejoindre les forces armées ukrainiennes. La Légion géorgienne a été la première unité à être intégrée à l’armée ukrainienne en 2016 et fait partie du renseignement militaire. Donc, la Russie peut dire ce qu’elle veut : elle fait des films pour nous discréditer, elle porte des accusations criminelles contre nous en Russie, etc. Tout cela fait partie de la guerre.

Si un légionnaire géorgien était capturé par les Russes, aurait-il le soutien du gouvernement géorgien ?

Mamuka Mamulashvili : Du gouvernement géorgien ? Le premier ministre a déclaré qu’il encourageait les Russes à tuer tout Géorgien combattant en Ukraine parce que nous sommes des mercenaires. Après cette déclaration, le gouvernement a perdu toute sa légitimité en Géorgie.

Que pouvez-vous me dire sur les offensives ukrainiennes à Kherson et Kharkov ?

Mamuka Mamulashvili : L’opération ukrainienne est très réussie et nos hommes sont en première ligne, attaquant les positions de l’ennemi et les centres de commandement et de communication. Je peux seulement vous dire qu’au cours des douze derniers jours, nous avons fait un excellent travail.

Le succès ukrainien a été une grande surprise pour les propagandistes de la « deuxième armée du monde ».

Mamuka Mamulashvili : Il ne s’agit pas de la deuxième armée du monde, mais plutôt de la dernière. Et je ne suis pas sarcastique, je vous le dis en tant que militaire professionnel. Ces soldats n’étaient pas vraiment préparés à se battre car ils n’avaient aucune expérience et aucune motivation. Ce qui se passe maintenant est naturel, ils meurent par milliers.

Avez-vous eu l’occasion de parler à des prisonniers russes ?

Mamuka Mamulashvili : Quand je suis près des Russes, la plupart d’entre eux sont déjà morts et ceux qui sont faits prisonniers sont immédiatement remis à la police militaire. Donc, nous ne communiquons pas avec eux. C’est la tâche des services de renseignement.
Il y a beaucoup d’images d’équipements militaires russes vraiment obsolètes.

Quelle est, selon vous, la raison de ce manque d’équipement moderne ?

Mamuka Mamulashvili : Elle est due à l’énorme corruption qui règne dans l’armée russe. Grâce à cette corruption, ses soldats ne sont pas prêts à affronter une véritable armée. L’armée russe est entraînée à combattre des civils et à piller, pas à combattre des militaires. Et le cas des troupes des soi-disant « républiques populaires » est encore pire, car leur équipement date de la Seconde Guerre mondiale. Il n’y a pas de professionnalisme, pas de motivation, pas de commandement centralisé, ils ne peuvent pas gagner.

Comment voyez-vous l’évolution de la guerre ?

Mamuka Mamulashvili : Nous pouvons achever la Russie très bientôt, mais nous dépendons des systèmes d’artillerie occidentaux. Nous avons quelques unités sur la ligne de front maintenant et nous en attendons beaucoup plus. Ces armes fonctionnent très bien, et vous pouvez voir le succès des opérations contre-offensives de l’armée ukrainienne. Plus nous recevrons de HIMARS, plus vite nous en finirons avec la Russie.

Le soutien occidental est essentiel, et je voudrais envoyer un message au gouvernement et au peuple espagnols. Je ne sais pas si l’Espagne achète des ressources naturelles à la Russie, mais cet argent se traduit par des munitions qui tuent des Ukrainiens. Tout le monde doit être conscient de cela et du fait que nous combattons le plus grand État terroriste du monde.

L’Espagne achète aujourd’hui plus de gaz russe que jamais et envoie en même temps des armes à l’Ukraine. Il y a quelques jours, des photos ont été publiées montrant des obusiers espagnols de 155 mm sur la ligne de front.

Mamuka Mamulashvili : Oui, j’ai vu ces munitions. De toute façon, il n’est pas possible de faire quelque chose de bien d’une main et en même temps de nourrir les salauds de l’autre. En fin de compte, vous devez prendre une décision claire et choisir le bon chemin.

Lorsque la guerre sera terminée et que vous et vos légionnaires retournerez en Géorgie, comment pensez-vous être reçus par votre gouvernement ?

Mamuka Mamulashvili : Nous avons le soutien de 100% de la population géorgienne, donc nous ne sommes pas inquiets de ce que pensent vingt menteurs pro-russes. Au final, ils devront rentrer chez eux, et leur maison est en Russie, pas en Géorgie.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Cette unité qui n’a de géorgienne que le nom, est un paravent composé de mercenaires et criminels d’origines diverses et est intégralement financée par les États-Unis. Curieux, dans cet entretien pas un mot sur Mikheil Saakachvili. Un dernier point, les Géorgiens ne sont évidemment pas partisans de ces vendus. Ils seraient beaucoup plus nombreux dans cette unité sinon. Ce type ment comme il respire.

    1. Cette rage 😆
      T’inquiète, quand c’en sera fini de cette poubelle bolchévique multiculturelle qui sert de station-service mafieuse on t’offrira un paquet de kleenex en lot de consolation 😏

  2. Mamuka, tu as 100% raison, mais as tu conscience que tu vas donner des ulcères à beaucoup de commentateurs poutinolâtres, à strings panthère et bas résille, dont un pseudo général, quelques badernes retraitées des transmissions et des nostalgiques du goulag et de l’amitié franco- soviétique?
    Vive la 🇬🇪 Géorgie et vive l’Ukraine!

    1. Les strings panther et les bas résille se portent dans l’ armée ukronazie de Kiev, surtout lors des défilés façon gaypride !! Ne mélangez pas les genres !!! Mais ne vous inquiétez pas, la Grande Russie va faire le ménage et cela mettra un terme à cette guerre qu’ont lancé les ukonazis en 1994 ne l’ oublions pas !!

  3. Evidemment que les Géorgiens méprisent dans leur écrasante majorité les hommes de Poutine, comme l’ensemble des peuples connaissant la Russie pré et post soviétique et sa « fédération » de mafieux, nouveaux riches puants et faisant faire la guerre par les populations pauvres et alcoolisées des pays asservis … Un Français pro-russes aujourd’hui est soit un naïf illusionné, soit un corrompu, soit un mec totalement compromis.

  4. Comparaison n’est pas raison, mais pour faire simple : Ossétie et Bretagne se ressemblent dans leur volonté d’avoir un statut d’autonomie.

    Lorsque l’armée russe est intervenue en Ossétie ( durant quelques journées ) ce fut pour empêcher le gvt de la Géorgie de massacrer la population Ossète.
    Tbilissi se calma vite et renonça à commettre un massacre en Ossétie ( alors qu’en Ukraine, Kiev a tué des milliers d’ Ukrainiens russophones du Donbass de 2014 à 2022 ).

    Ces quelques « légionnaires géorgiens » – dont se réclame cet admirateur du bataillon ukrainien Azov – exècrent la population d’Ossétie ( et de deux autres régions ), comme les néo-nazis ukrainiens des bataillons Azov, Aidar, Privy Sektor etc. ont la haine des Russes slaves et orthodoxes. Ils ont été eux aussi manipulés par la CIA contre la Russie.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS