Rennes. La Préfecture d’Ille et Vilaine laisse les antifas se rapprocher et attaquer le meeting de Jordan Bardella (RN)

Avec le précédent de Callac la semaine passée (samedi 18 septembre), les autorités avaient démontré qu’en mettant les moyens en matière de forces de l’ordre, tout incident provoqué par des militants d’extrême gauche était quasiment impossible, question de volonté politique. Ce dimanche 25 septembre, la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, aux ordres de M. Darmanin, a manifestement échoué à faire de même tandis qu’une centaine de militants « antifas » ont attaqué le meeting de Jordan Bardella organisé dans une ferme, en périphérie de Rennes, à Bruz.

Le responsable du Rassemblement national a d’ailleurs directement interpellé le Préfet suite aux incidents durant lesquels des antifas réunis derrière une banderole hostile à la venue de Jordan Bardella ont jeté des mortiers d’artifices sur les CRS. Les forces de l’ordre ont chargé à deux reprises usant de gaz lacrymogènes. Pas d’arrestation pour le moment.

Joint par téléphone, un militant RN présent sur place déplorait « le sentiment d’impunité totale, et cela depuis des années, concernant les antifas ».

Entre cette violence politique récurrente en Bretagne – du fait de l’extrême gauche – et le sentiment pour une partie de la population d’être totalement abandonnée par les autorités chargées d’assurer leur propre sécurité (cf le viol d’une nantaise par trois migrants soudanais ce week end), pour beaucoup de citoyens, la coupe est pleine.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 réponses

  1. Monsieur le préfet doit sans nul doute être un partisan d’Alliot. Et le ministre Darmanin encore plus sûrement… Mais en lui faisant autant de pub, finalement et sans même le comprendre, les antifas auront massivement voté Bardella. Ce soir c’est pizza ! Evviva Italia .

    1. Donc … On n’y échappera pas OU des solutions existent ? Mais comme on n’y échappera pas, alors méfions nous furieusement de ceux qui pour un poil de notoriété en plus nous parlent de solutions. Messie, ce n’est pas un job de boomer retraité.

      1. Il y a, à mon avis, deux grandes catégories de crises.
        1. Par des atteintes à la liberté :
        La liberté permet la prospérité économique et donc la suppression de la pauvreté, l’acenseur social, la libre circulation des personnes, la transmission des héritages familiaux etc. Dans une société libre il n’y a pas de crise car les individus peuvent s’adapter en permanence et ce faisant ils rétablissent les déséquilibres.
        ( Évidemment je ne dis pas que les  » capitalistes  » sont tous des aumoniers, mais dans un système libre les syndicats non politisés agissent et réussissent )
        Par contre le socialisme détruit l’initiative et la concurrence : il ruine l’économie. Il dirige l’économie et  » réparti  » la richesse en surtaxant l’emploi, les revenus et les bénéfices. Il supprime la liberté de l’individu, ce qui abouti en France à une dictature ( avec 8 millions de chômeurs et des LBD ) et a conduit ailleurs aux camps, aux tortures et à la mort.
        2. Les chaos provoqués.
        C’est le cas avec les juntes à la tête des pays occidentaux qui trahissent les peuples. Et cela empire puisque ces juntes ont créée un bloc sous domination des EUA pour dominer la planète. D’où l’énorme crise qui va s’abattre sur nous, créée par Wahington et Bruxelles et appliquée par Paris.

        Il nous faudrait 1. renoncer au jacobinisme pour redevenir libéraux ( au sens de Frederic Bastiat ). et 2. sortir de l’UE. OTAN. BCE. Ce qu’explique C Gave ( et d’autres ) toujours actif après 60 ans d’études et de travail :
        https://institutdeslibertes.org/dabord-comprendre-pourquoi-la-france-sest-desindustrialisee/

        Le hic est qu’ils n’ont pas accès aux gross médias, et que les Français sont gravement intoxiqués par le socialisme : même à droaate ils trouvent normal que le gouvernement s’occupe de tout et ils demandent toujours plus d’allocations subventions etc. !
        Les Suisses savent que les caisses d’assurances maladie doivent être privées, que l’État n’a pas à s’occuper d’économie, ni des hôpitaux. Ils votent quasiment chaque semaine pour décider quoi faire et comment, leur code du travail fait seulement quelques pages, chaque citoyen-soldat a son fusil de guerre à la maison… oups.
        ( Pardon d’être un peu long. Je reste optimiste et profite de la li-ber-té de parole offerte par B I. 😊 )

        Bonne source de libertés : https://fr.irefeurope.org/

  2. Il est facile d’établir les vertus de la droite en regard de la gauche : au 21ème siècle en France, y a-t-il des éléments de la droite allant perturber des rassemblements de gauche ? A droite on se dit que chacun peut penser ce qu’il veut. Mais pas à gauche car celle-ci prétend avoir la vérité !

  3. Pourquoi dénommer  » antifas  » ceux qui ne sont, tout simplement, que des extrèmes gauche ou ultras gauche ils croient combattre un fascisme qui n’existe plus depuis longtemps !

  4. Les Antifas et les gauchistes sont  »racistes » puisqu’ils ne supportent pas ceux qui n’ont pas les mêmes idées qu’eux! Ainsi, ils traitent de  »fascistes » les gens qui ne veulent plus de l’immigration musulmane…et ils se disent pas  »racistes » parce qu’ils sont plus indulgents envers les  »étrangers » musulmans qu’avec les  »Français » non-musulmans… qu’ils voulaient  »jeter à la mer », en 1962!..Ils veulent faire taire le R.N. car ce parti est arrivé en demi-finale des élections présidentielles tandis que  »la gauche » n’y a pas réussi!..

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS