Côtes d’Armor. Le département bientôt privé d’eau potable ?

sécheresse

Le niveau des ressources en eau est tellement bas dans les Côtes d’Armor que la préfecture redoute désormais « un risque sérieux de rupture de l’alimentation en eau potable » d’ici la fin du mois octobre.

Les Côtes d’Armor bientôt privées d’eau potable ?

En Bretagne, le printemps et la saison estivale ont été particulièrement secs, entraînant la mise en place de nombreuses restrictions d’usage de l’eau. Le département des Côtes d’Armor a lui aussi été impacté par le phénomène, étant placé en alerte sécheresse (représentant le niveau le plus élevé des mesures de restriction) depuis le 10 août dernier.

Or, malgré un retour de quelques épisodes pluvieux durant ce mois de septembre, le niveau des nappes phréatiques est toujours au plus bas. À tel point que la préfecture des Côtes d’Armor a publié un communiqué le 26 septembre afin d’alerter sur « un risque sérieux de rupture de l’alimentation en eau potable », en particulier au sud-ouest et à l’est du département.

Une perspective qui pourrait, selon le comité de gestion de la ressource en eau, survenir « pour les dernières semaines d’octobre », tandis que les pluies de ces derniers jours sont « insuffisantes pour recharger les cours d’eau », affirme la préfecture.

« Les niveaux les plus bas jamais observés à cette saison »

L’eau potable pourrait-elle réellement devenir inaccessible aux robinets costarmoricains d’ici la fin octobre ? Les prévisions en matière de pluviométrie, peu optimistes avec seulement quelques précipitations irrégulières, ne devraient pas permettre d’inverser la tendance.

Ce qui a conduit la préfecture à prendre un ton alarmiste dans son communiqué : « Les débits des cours d’eau et des nappes souterraines ont atteint les niveaux les plus bas jamais observés à cette saison et les ressources locales s’épuisent », indique le document.

Pourtant, plusieurs mesures ont déjà été mises en œuvre afin de réalimenter certains barrages. Des plans d’eau connexes à ces derniers ont été vidangés tandis que d’autres ont été rechargés à partir d’eau de carrière compatible avec l’alimentation en eau potable. Cependant, cela ne devrait permettre d’éviter l’épuisement des ressources d’ici 30 à 35 jours dans certains secteurs.

Selon la préfecture, l’équation sera donc impossible à résoudre à moyen terme faute de pluies conséquentes si la consommation d’eau potable n’est pas réduite dans le département. Quant à l’efficacité du réseau d’interconnexion, les services de l’État précisent que celui-ci ne pourra « pallier complètement l’absence de ressource locale ».

C’est donc un effort supplémentaire qui est demandé par le préfet des Côtes d’Armor aux particuliers mais aussi aux entreprises, services publics et exploitations agricoles pour réduire significativement leur consommation en eau potable dans les prochaines semaines afin d’éviter des coupures d’eau.

Dans les Côtes d’Armor, 130 000 m³ d’eau potable nécessaires chaque jour

À savoir par ailleurs que la consommation d’eau potable des particuliers représente près de 65 % de la consommation totale dans le département. Viennent ensuite l’industrie (20 %) et l’agriculture (15 %).

Sur le territoire costarmoricain, ce ne sont pas moins de 130 000 m³ d’eau potable qui sont nécessaires au quotidien pour faire face à la demande. Durant la saison estivale, ce volume atteint 165 000 m³ .

Concernant les économies à réaliser, la préfecture des Côtes d’Armor estime que chaque habitant est en mesure d’économiser 15 litres d’eau potable par jour. Ce qui représenterait l’équivalent de 8 % du besoin journalier. À l’échelon départemental, c’est une économie d’eau de 5 000 à 10 000 m3/jour qui pourrait être ainsi obtenue durant les prochaines semaines.

Enfin, compte tenu de la situation, le niveau d’alerte « crise sécheresse » et l’ensemble des restrictions d’usage de l’eau associées sont maintenus pour l’instant dans les Côtes d’Armor.

Sur le plan météorologique, le retour de la pluie n’aura jamais été autant attendu en Bretagne…

Crédit photo : Flickr (CC BY 2.0/Patrick Janicek) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Foutage de gueule, il a beaucoup plu début septembre.
    Par contre étrangement, çà colle pile poil au plan des kmers verts et plus encore avec l’agenda 2020/2030 de Klaus Schwab.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS