Crise économique, folie sanitaire…Les Bretons de plus en plus précaires ?

pauvrete_bretagne

L’Insee Bretagne vient de publier une étude sur la pauvreté, qui démontre qu’en 2020, la Bretagne administrative est frappée par une forte augmentation de la précarité qui affecte tous les territoires bretons.

Fin 2019, un peu moins de la moitié des habitants de Bretagne percevaient une prestation d’une Caisse d’allocation familiale. 58 000 foyers allocataires bénéficiaient du revenu de solidarité active (RSA), en grande partie situés dans les grandes agglomérations et dans le centre-ouest de la région. Avec la crise sanitaire, le nombre d’allocataires du RSA s’est envolé en 2020, plus fortement qu’au niveau national, avant de baisser progressivement et de passer sous son niveau d’avant-crise mi-2022. Au plus fort de la crise, les jeunes personnes vivant seules ont été les plus concernées par cette hausse de la précarité. La crise n’a pas engendré de surconcentration de la pauvreté dans les territoires où elle était déjà très prégnante. Au contraire, dans certains territoires plutôt épargnés avant la crise, le nombre de bénéficiaires de minima sociaux a fortement augmenté en 2020, en particulier autour des grandes agglomérations.

Voici les principaux enseignements de l’étude :

Fin 2019, 3,3 % des habitants de Bretagne touchent le RSA

  • En décembre 2019, 44 % de la population bretonne vit dans un foyer qui perçoit au moins une allocation de la CAF.
  • 109 000 personnes bénéficient du Revenu de Solidarité Active (RSA) en Bretagne.
  • Les Bretons allocataires du RSA habitent plus souvent des grandes agglomérations ou le centre ouest de la région, là où les taux de pauvreté sont les plus élevés.
  • Parmi les foyers allocataires du RSA, les personnes vivant seules et les familles monoparentales sont surreprésentées.

Pic du nombre d’allocataires lors du second confinement

Avec la crise sanitaire, le nombre de bénéficiaires du RSA a bondi de 10 % entre le début et la fin de l’année 2020. Après une hausse lors du premier confinement, le pic a été atteint à l’automne pendant le second confinement. Alors que l’emploi avait plutôt mieux résisté en Bretagne, cette augmentation du nombre de bénéficiaires est plus élevée qu’au niveau national. Début 2021, une baisse progressive du nombre d’allocataires s’amorce. En juin 2022, il est inférieur à celui d’avant la crise.

De nouveaux territoires touchés par la précarité

Entre fin 2019 et fin 2020, la hausse du nombre d’allocataires s’observe dans toutes les intercommunalités bretonnes. Le recours au RSA a plus fortement augmenté dans les territoires auparavant moins touchés par la précarité, notamment autour des grandes agglomérations. En 2020, les personnes vivant seules sont les plus concernées par le recours accru au RSA. Les jeunes sont les plus touchés par la hausse de la précarité.

Retrouvez tout le dossier ici :  https://www.insee.fr/fr/statistiques/6537190

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. ils n’ont qu’à se déclarer migrant étranger, et comme à callag, l’hébergement, l’argent, les subventions, les aides tomberont

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS