Suède. Nouveau record de morts par balles en 2022 : une criminalité imputable à l’immigration ?

Suède

À trois mois de la fin de l’année 2022, la Suède a d’ores et déjà battu les records des années précédentes concernant le nombre de personnes tuées par balles. L’occasion de rappeler les liens entre immigration massive d’origine extra-européenne et criminalité dans le pays…

Victoire des Démocrates de Suède : conséquence logique d’un échec ?

Si la récente victoire électorale de Giorgia Meloni en Italie a agité les réseaux sociaux et mis en émoi la sphère médiatique française ces derniers jours, deux semaines auparavant les regards étaient tournés vers la Suède.

Lors des élections législatives du 11 septembre, une coalition de droite inédite menée par le chef du Parti modéré de rassemblement (parti conservateur) Ulf Kristersson et appuyée par les Démocrates de Suède emportait une majorité absolue de 176 sièges, contre 173 sièges pour le bloc de gauche. Dans la foulée, la Première ministre sortante, la social-démocrate Magdalena Andersson, avait démissionné le 15 septembre.

Mais, tandis que les Démocrates de Suède obtenaient 73 sièges au parlement suite à ce scrutin après avoir récolté 20,5 % des voix, cette même sphère médiatique titrait à n’en plus finir sur la menace « de l’extrême droite » en terre scandinave. En revanche, peu de plumitifs francophones se sont réellement interrogés sur cette percée électorale historique. De surcroît dans un pays incarnant jusqu’à présent le modèle social-démocrate nordique souvent vanté par la gauche française.

Suède
Violences urbaines en Suède. Source : Atlantico

Immigration d’origine extra-européenne et criminalité : cruelle réalité

Déjà en septembre 2021, la publication d’un rapport accablant quant à la relation entre immigration d’origine extra-européenne et criminalité pointait du doigt l’échec des politiques suédoises. Une déroute qui sera même reconnue en avril 2022 par Magdalena Andersson, encore Premier ministre à l’époque et figure de la gauche social-démocrate dans le pays. À travers son constat, lucide pour l’occasion, elle avouera que la Suède n’avait « pas réussi à intégrer les nombreux immigrés qu’elle a accueillis au cours des deux dernières décennies, ce qui a donné naissance à des sociétés parallèles et à la violence des gangs ».

Si la principale explication avancée pour justifier le succès des Démocrates de Suède aux élections de septembre est généralement l’arrivée d’une immigration massive d’origine extra-européenne dans le pays (immigration à laquelle cette formation politique est opposée), l’analyse des chiffres de la criminalité est également révélatrice.

Après un nouveau mort par balles dans le pays dans la nuit du 22 au 23 septembre derniers, faisant de la victime la 48e personne tuée par arme à feu en Suède cette année, le précédent record du plus grand nombre de fusillades mortelles en un an, établi en 2020, est désormais battu… à trois mois du terme de l’année 2022.

60 morts par balles d’ici la fin de l’année en Suède ?

Avec un tel « dynamisme » en matière de criminalité, il est donc fort probable que le nombre de morts par balles continue d’augmenter d’ici la fin de l’année 2022. Selon le chef de la police suédoise, Anders Thornberg, cité par le média The Local Sweden, c’est en tout cas une tendance déjà actée par les autorités du pays. « Cela signifie – si cela continue au même rythme – environ 60 fusillades mortelles » potentiellement totalisées au 31 décembre, a-t-il déclaré.

Il semble également y avoir une tendance à la hausse du nombre total de fusillades en 2022. Au 1er septembre de cette année, 273 fusillades avaient eu lieu, contre 344 pour l’ensemble de l’année 2021 et 379 pour l’ensemble de l’année 2020.

Si les fusillades se poursuivent à ce rythme pendant le reste de l’année 2022, il est probable que le nombre total pour l’année sera supérieur à celui de 2021 et 2020. Il y a cependant eu moins de blessés…

Par ailleurs, selon Manne Gerell, criminiologue à l’Université de Malmö, ces violences par armes à feu n’épargnent désormais plus les petites et moyennes villes suédoises, propageant ainsi la criminalité en dehors des quelques métropoles du pays où elle était jadis cantonnée.

Enfin, si des augmentations temporaires des fusillades mortelles ont pu être observées certaines années dans quelques pays de l’Union européenne, aucun d’entre eux n’a connu une augmentation aussi nette que la Suède pendant plusieurs années successives. Une donnée peut-être à mettre en perspective avec le fait que la Suède fut le pays d’Europe à supporter le plus large afflux de migrants (relativement à la taille de sa population) depuis la crise migratoire de 2015 ?

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Nous avons  » importé  » la criminalité des narco traficants et guerre des gangs alors,on voit mal comment avec des discours bisounours de tolérance maxi plus une Police tétanisée sans pouvoir réel d’intervention efficace on trouverait une solution.

  2. Les gauchistes crient toujours après  »la menace de l’extrême droite » mais les électeurs CONTINUENT à voter pour  »l’extrême droite »!…Les gauchistes sont tellement bêtes qu’ils n’ont pas encore compris que les gens votent pour  »l’extrême droite » parce qu’ils en ont MARRE de cette immigration musulmane!…

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS