Féministes : On se lève et on fait nos intéressantes [L’Agora]

Manif féministe 2

Il y a quelques temps de cela, Marie Coquille-Chambel, vaguement critique théâtrale et surtout « Militante justicière extrémiste inquisitrice idéologue intermittente sans capital condescendante askip » s’exprimant au sujet du #metoothéâtre disait ceci : « N’empêche, le fait qu’on soit passé du « on se lève et on se casse » à « on débarque et on arrive en meute pour demander des comptes » me plaît beaucoup. »

En une phrase voici résumé toute la tactique des militants néo-féministes depuis, en gros, 10 ans.

Dans un repas de famille, vous avez obligatoirement une nièce ado casse-couille qui va faire la gueule toute la soirée. Elle est en bout de table avec son portable et ses cheveux bleus et fait tout son possible pour bien se faire remarquer par l’assemblée genre « je suis indignée ». Mamie, bonasse comme d’habitude, lui demandera 50 fois :« Tu vas bien Chloé ? » Et Chloé répond immanquablement « gnaaaaa » ce qui veut dire « ouaih » en langage de bonne femme ado.

En fait, Chloé fait la gueule parce que son oncle Yann Vallerie a dit dès l’entrée que «certains, faudrait les envoyer en Ukraine se fader les Tchétchènes de Kadyrov, ça leur passera l’envie de se coller des plumes dans le fion ». Inqualifiable ! Dégueulasse ! Homophobe et Tchétchénophobe !

Faire la gueule et bien le montrer à tout le monde histoire d’occuper tout l’espace, voici résumé toute l’histoire des rapports hommes/femmes depuis 50 millions d’années. Ah la Hamon, quelle vieille machotte ! Bah même pas. Je vais même enfoncer le clou en revenant sur quelques glorieux épisodes du néo-féminisme qui démontrent que ces connasses sont vraiment des mémères à part entière.

Au début était, non pas le Verbe, mais les Femen. Pour bien se faire remarquer et choquer le bourgeois, celles-ci montraient leurs lolos à tous les passants lors d’évènements télévisés. C’est ça les braillardes d’aujourd’hui, elles n’ont pas encore le physique d’un marin-pêcheur breton pour aller cogner du CRS, donc elles montrent leurs nichons, font du bruit, et ensuite se roulent par terre si un flic ou un agent de sécurité les évacue gentiment. Voilà, ces dames ont fait leurs intéressantes devant 50 smartphones, mais n’ont, au final, pas risqué grand-chose. Car quand les paysans bretons se font dégager de la préfecture de Quimper par les Gendarmes Mobiles, ça ne se passe pas dans la même ambiance. La prochaine fois, faudrait que ces derniers montrent leur bite pour voir si les forces de l’ordre ont la même bienveillance.

Plus show-biz, Adèle Haenel à la cérémonie des Césars en 2020, « s’est levée et s’est cassée ». La pauvre Virginie Despentes y aura même vu un glorieux acte révolutionnaire. Et puis teeeeeeellement nouveau ! Tu parles ! A la tribune de l’ONU, ça se levait et ça partait déjà après-guerre quand l’un ou l’autre des camps de la guerre froide faisait un discours. La Haenel aurait pu brandir sa petite culotte comme Khrouchtchev sa godasse en 60 à L’ONU, ça aurait eu de la gueule et ma ribambelle de potes aurait pu, au moins, se rincer l’oeil !

Bref, Adèle Haenel a fait comme quantité de femmes avant elle : elle a traversé une salle l’air offusqué, les yeux en l’air, en prenant bien soin de se faire remarquer le plus possible. Avant de faire son cirque, je parierais même que la dite starlette avait bien pris soin de vérifier son brushing. Une féminichiante du monde fait du cirque mais toujours avec une mise en plis parfaite, voyons !

Donc maintenant, la tactique pour faire les intéressantes a changé : ces dames arrivent en meute et braillent de leurs cris stridents pour demander des comptes à la victime expiatoire du moment. Les hommes, débonnaires, les laissent faire leur cirque et quand elles ont fini, qu’elles ont bien fait chier tout le monde et commencent à se regarder l’une l’autre pour voir qui a mis le plus bel ensemble pour faire la révolution, les vigiles leurs demandent de partir se bouffer le nez ailleurs. Car, c’est bien connu, un groupe de femmes ça s’entend, ça fait les boutiques et ça papote gentiment, mais tout cela dure une demi-journée max.

Ensuite la moitié commence à comploter contre un des tiers restant pour des raisons qu’aucun de vos esprits masculins n’est capable de comprendre. Surtout si un mâle hétéro au large poitrail arrive dans le poulailler. Alors là il n’y a plus de féminisme qui compte, juste des femelles qui chercheront à attirer l’attention du mâle protecteur pour bien faire chier la voisine. Eh oui, nous sommes ainsi messieurs ! Et ça fait 7 millions d’années que ça dure !

La fameuse « révolution néo-féministe » n’aurait donc été qu’un moment de braillardise où ces dames ont fait les intéressantes -comme des générations de femmes avant elles- comptant sur la bienveillance des hommes de ne pas leur coller une bonne branlée en passant. Il y a un surtout un indubitable « privilège féminin » dans tout cela : des métallos en grève ça se fait cogner dessus et lacrimogéniser, des féministes qui gueulent et gigotent ,on les évacue avec douceur.

Je ne comprends cependant pas toute cette plumaille. Les Femen, les féministes et les militants LGBT ont piaillé pendant des années sur Poutine et la Russie patriarcale. Pourquoi tous ces courageux révolutionnaires ne vont-ils pas aider les forces ukrainiennes qui combattent Poutine armes en pogne en ce moment même ? Avec leurs armes « révolutionnaires » à elles : Elles pourraient par exemple montrer leurs nichons, faire des sit in, « se lever et se casser » et même « arriver en meute et demander des comptes » aux Kadyrov boys ou aux mineurs du Donbass.

Ce jour-là, je voudrais bien être là pour admirer le tableau.

Et en Iran ? Iraient-elles la Marie Coquille-Chambel ou la Adèle Haenel jouer les « indignées » devant les gardiens de la Révolution ? Non, parce que le néo-féminisme gueulifiant ça ne marche qu’avec les débonnaires normes du maintien de l’ordre occidental. Et que cette « révolution féministe » n’est, au final, qu’une révolution de sales petites bourgeoises désoeuvrées !

Anne Sophie Hamon

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Ca fait du bien

    mais elles sont 53% du corps electoral et , shopping aidant, attirent la pub et donc tous les médias.

  2. Si les hommes se mettaient en grève (Non pas du sexe, mais d’aller au boulot…), c’est 64% du PIB français qui partirait en fumée, et la même chose du revenu des ménages. Sachant que les femmes n’apportent donc que 36% des revenus d’une famille (Source INSEE) et en dépensent les 75% (Source INSEE), on se demande comment les femmes vont pouvoir survivre…lol
    Cette vidéo est très rigolote:
    les féministes prendraient-elles les armes si la France était attaquée? Ben non, je suis pacifiste…
    https://youtu.be/4LuR_8H2FUA

  3. le niveau intello du slogan féministe me navre, ils (ou elles) sont tombés dans le caniveau, c’est bien la faute à rousseau (sandrine)

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS