Saint-Brévin-les-Pins, Callac, même combat ?

La commune de Saint-Brévin-les-Pins (14 287 habitants) comptait déjà un « Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile » (Cada) fort de 53 places dans des locaux appartenant au comité d’entreprise d’ERDF. Mais ce n’était qu’une situation provisoire. L’Etat souhaitant une solution pérenne a acheté à la commune l’ancienne colonie de vacances de la Pierre-Attelée. Là, on pourra accueillir 110 personnes. Des travaux sont en cours et ce nouveau Cada pourra abriter des familles avec enfants, avec des chambres équipées de cuisines individuelles. Evidemment, un collectif de riverains hostiles à l’opération s’est constitué.

Pour sa porte-parole, « le maire a pris une décision sans concertation, sans enquête publique. Ce bout de notre forêt a été vendu en catimini pour un prix dérisoire. Nous l’avons découvert par surprise quand les travaux ont démarré ». Les opposants redoutent « les nuisances dans un espace naturel protégé, quartier tranquille en bord de mer, pas fait pour ça », ils demandent qu’on « l’arrête » au profit d’ « un référendum ». (Dimanche Ouest-France, Loire-Atlantique, 16 octobre 2022). Le maire de Saint-Brévin, Yannick Morez, est forcément un « démocrate ». Un démocrate en paroles, pas en acte, par conséquent il n’a nullement l’intention de consulter la population à propos d’un dossier qui va changer beaucoup de choses dans la commune – en particulier dans l’école primaire proche du centre.

Il devrait se méfier car sa liste, au second tour des élections municipales de juin 2020, l’a emporté d’une courte tête : 92 voix. Avec 1649 voix (33,34 %), « Continuons d’agir pour Saint-Brévin » a devancé « Oui demain » (Benoît Guérin, 1557 voix, 31,48 %) et « Une ambition pour Saint-Brévin » (Véronique Rey-Thibault, 1133 voix, 22,91 %). On peut donc faire remarquer à Morez qu’il n’est pas majoritaire dans sa commune, seulement minoritaire : ce qui ne l’autorise pas à engager de pareils bouleversements.

Les esprits attentifs remarqueront également que ce projet ne figurait pas dans son programme. Bien entendu, en cas de « référendum », le résultat est connu d’avance : la majorité de la population refuserait l’installation des « demandeurs d’asile ». On peut citer un sondage récent. « Quelle est la meilleure attitude à avoir face à la situation du pays en matière de flux migratoire ? » 64 % des personnes interrogées répondent « protester et essayer de changer les choses » et 20 % « accepter/approuver les choses telles qu’elles sont » (PollingVox, Eléments, octobre-novembre 2022). Le « démocrate » ne prendra donc pas le risque d’être désavoué.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Tous ces vendus à la Hyene de l’europe, vendu elle aussi à l’OTAN et Soros, faire de la France et les autres pays qui acceptent le remplacement, aujourd’hui c’est 110, dans cinq ans avec le regroupement familiale, ce sera 1000, car la bigamie n’est pas reconnue en France, mais les imigrés font venir plusieurs femmes avec chacune plusieurs enfants, si bien qu’ils n’ont plus à travailler avec les allocs et les aides, beaucoup en connaissent autour d’eux, moi de même . nos grands elus de la republique sont des pourritures !!

  2. la démocratie a parlé: les zélites pensent pour les ploucs qui doivent travailler pour payer des impots et la fermer

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS