Route du Rhum 2022. Dans l’attente du top départ mercredi à 14h15

Depuis l’annonce du report du départ de la Route du Rhum, samedi, les 138 skippers de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe ont dû revoir leur organisation, se remobiliser pour se préparer à partir dans un autre contexte météo, rester concentrés, tout en profitant de ces quelques jours supplémentaires. Le public a quelques jours supplémentaires pour admirer un peu plus les bateaux, tandis que les Ultim 32/23 sont toujours au mouillage devant Dinard.

« Les marins sont habitués à s’adapter aux imprévus » soulignait ce matin Yannick Bestaven (Maître CoQ V). Et l’imprévu d’un départ reporté fait partie des aléas de la course au large. Comme le dit François Gabart : « Être capable de s’adapter et de se réorganiser, cela fait partie du jeu ». A Saint-Malo, les équipes se sont réorganisées entre la logistique des hébergements, les transferts vers la Guadeloupe, l’accueil des partenaires. Quelques marins sont rentrés chez eux pour profiter de derniers moments en famille. « Charles (Caudrelier) fait un aller-retour chez lui mais il ne faut pas perdre le fil de la course et nous continuons à faire tourner les routages pour nous concentrer sur le nouveau départ. Sur le plan logistique, il a fallu prolonger les hôtels et appartements à Saint-Malo, décaler les réservations en Guadeloupe. C’est du travail mais rien d’insurmontable. » explique Cyril Dardashti, directeur du team Gitana. Pour d’autres nombreux skippers qui avaient prévu de franchir la ligne mais de retourner à Saint-Malo pour attendre que le coup de vent passe, la réorganisation avait déjà été établie, comme l’explique Fabrice Payen (Ille-et-Vilaine Cap vers l’inclusion) dans la catégorie Rhum Multi : « Je m’étais préparé pour ça. Le scénario de dimanche était catastrophique pour tout le monde. On avait décidé de revenir à Saint-Malo après le départ et de repartir mercredi sachant que les conditions seraient plus maniables. »

Un moment de flottement avant une nouvelle histoire

« J’ai fait une sieste monumentale, la pression du départ est retombée d’un coup » confie Quentin Vlamynck, le skipper de l’Ocean Fifty Arkema. Les marins ont vécu le report du départ comme un soulagement, après des jours de tension à se préparer mentalement à un début de course violent, voire dangereux. Autant dire que les corps et les esprits ont lâché prise. Isabelle Joschke (MASCF) constate : « Le report change beaucoup de choses mentalement. L’idée de partir dans des conditions très dures mobilisait beaucoup d’énergie. A l’annonce du report, toute la pression est retombée. J’étais soulagée mais ce n’est pas si facile de changer complètement de mode. Il y a eu un moment de flottement hier. Aujourd’hui je me tourne vers une nouvelle histoire, ce n’est plus du tout la même Route du Rhum – Destination Guadeloupe qui se dessine ». Maxime Sorel et son équipe ont su s’adapter rapidement et refaire un planning tout en constatant que les dernières 24 heures ont été comme hors du temps. « Ce matin j’ai mangé le petit dej’ prévu pour le départ d’aujourd’hui. Je ne savais plus où j’en étais, j’étais dans un espace-temps étonnant, comme dans le film Retour vers le futur ». Le skipper de V and B – Monbana – Mayenne qui s’offre un « break » ce dimanche après-midi se replonge dès demain dans sa bulle, le mode départ sera réactivé…

Se projeter sur un nouveau départ  

Depuis ce dimanche matin, les 138 marins engagés dans la 12e édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe savent à quoi s’en tenir : le départ sera donné mercredi prochain à 14h15. Les skippers peuvent donc dérouler leur programme d’ici au coup d’envoi et se projeter avec précision sur le nouveau scénario météo. « Cela fait du bien d’avoir l’heure et la date du départ, souligne Conrad Colman (Imagine). Nous pouvons affiner le planning global et notre analyse météo. Je rentre à nouveau dans une boucle d’analyse avec les autres skippers de Lorient Grand Large. Nous avons des échanges réguliers avec le météorologue Christian Dumard. » Isabelle Joschke confirme : « Nous avons un objectif précis : mercredi, 14h15. Cela pose un cadre. On peut faire tourner des routages et vraiment se mettre dans le film de la course. » Les concurrents et leurs équipes s’adaptent au mieux et font preuve de patience, bien conscients qu’une attente de trois jours n’est finalement pas si importante au regard de la grande aventure humaine et sportive que représente La Route du Rhum – Destination Guadeloupe.

Rendez-vous le 9 novembre pour le départ de la course virtuelle ! 

Comme les 138 concurrents en lice sur La Route du Rhum – Destination Guadeloupe, les milliers d’e-skippers prendront le départ de la course mercredi 9 novembre à 14h15 avec une météo plus favorable que celle annoncée pour aujourd’hui.

https://www.routedurhum.com/fr/actualite/295

Crédit photo : © Alexis Courcoux / #RDR2022

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Le vent et la mer ne font vraisemblablement pas peur à ces marins ( leur a-t-on seulement demander leur avis ? )
    On pourra présenter la situation météo comme on veut, la réalité est que les industriels ont craint de risquer leur capital-publicité.

  2. Déclaration de Charlie Dalin le 4 novembre :  » Je sais comment le régler, je ne me pose pas de questions jusqu’à quel point je peux tirer dessus, sur ce que je peux lui demander en termes d’efforts, de chocs… Donc c’est plutôt un avantage parce que je sais tout de suite comment régler le bateau, PEU IMPORTE LES CONDITIONS  »

    Et le jour du départ il dit clairement avoir été surpris par la décision :  » je ne m’y attendais pas du tout … Les IMOCA sont FAITS POUR ÇA … J’étais prêt à partir sur la Route du Rhum dans ces conditions-là.  »

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/saint-malo/depart-de-la-route-du-rhum-2022-reporte-dans-ces-condition-la-on-n-a-plus-le-temps-d-avoir-peur-pour-charlie-dalin-apivia-2649144.html

    Avec ce report, clairement injustifiable pour ce marin, les organisateurs ont obéi aux commerçants : la Route Du Rhum est leur Route de la pub, la route de l’argent.

    Si ces commerçants étalent de véritables sponsors, leurs noms ne seraient pas placardés sur les coques et les voiles, et les bateaux auraient tous de vrais noms : Pen Duick, Manureva…

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS