Mémoricide et communisme en Slovénie et en Espagne. La guerre se fait sur les vivants, pas sur les morts.

Ci-dessous un article sur la profanation des tombes des soldats nationalistes tombés durant la guerre d’Espagne. Et un parallèle avec l’opposition à l’enterrement de civils slovènes tués par les partisans à Liubliana.

Après son énorme victoire contre les protestants à Mühlberg en 1547, l’empereur et roi d’Espagne, Charles Ier, avait le pouvoir de profaner la tombe de Luther, comme le demandaient certains exaltés. Mais l’empereur refusa : « Il a trouvé son juge. Je fais la guerre aux vivants, pas aux morts ». Ainsi, le corps de Luther, le grand ennemi de l’empereur, a pu reposer en paix.

Près de cinq siècles ont passé, et aujourd’hui, nous ne pouvons rien trouver de la noblesse et de la dignité de l’empereur dans la gauche revancharde des socialistes, des communistes et des indépendantistes, qui gouvernent l’Espagne aujourd’hui. Devant l’impossibilité de gagner une guerre contre les vivants, les héritiers politiques de ceux qui ont perdu la guerre il y a plus de 80 ans ont commencé une guerre contre les morts.

Il y a quelques jours a eu lieu l' »exhumation » de Queipo de Llano, et il a déjà été annoncé qu’ils veulent enlever le général Moscardó et Jaime Milans del Bosch de l’Alcazar de Tolède. Ils ont l’intention de réaliser ce qu’ils n’ont pas réussi à faire pendant la guerre, expulser les défenseurs de l’Alcazar, en vertu d’une loi orwellienne comme la « Mémoire démocratique », qui n’a rien à voir avec la mémoire, puisqu’elle veut effacer l’histoire et la réécrire à leur goût, et encore moins avec la démocratie.

Dans les pays où le communisme a triomphé, il y a aussi une guerre contre les morts menée par les héritiers politiques du socialisme. Un bon exemple est la Slovénie, qui est actuellement gouvernée par une coalition écologiste, libérale et de gauche, qui ne veut pas enterrer les 4 000 victimes assassinées par les communistes yougoslaves après la guerre à Macesnova Gorica, à Kočevski Rog.

La veille de la Toussaint, une sainte messe a été célébrée dans l’église de Kočevje sous la direction de Monseigneur Andrej Saje, président de la Conférence épiscopale slovène et évêque de Novo mesto. Macesnova Gorica est le dernier lieu en date à s’ajouter à la liste des horreurs des crimes commis par Tito après la Seconde Guerre mondiale. Ces derniers mois, les archéologues ont mis au jour environ 4 000 restes d’hommes et d’enfants slovènes – oui, il y a aussi des enfants – qui ont été amenés ici en juin 1945 depuis le camp de Škofovi zavodi à Šentvid, près de Ljubljana, et ont été brutalement assassinés dans les forêts de Kočevski Rog. « Macesnova gorica est pire que la grotte de Sainte-Barbe, pire que Huda jama », estiment les experts. Au moins cinquante personnes ont survécu au fait d’être abattues et jetées dans l’abîme. Une trentaine de corps ont été retrouvés dans des niches de la grotte, ce qui signifie qu’ils sont morts plus tard. Quelques-uns ont pu s’échapper, et l’on connaît les témoignages de Milan Zajec, France Dejak, France Kozina et Janez Janša (père de l’ancien Premier ministre slovène Janez Janša).

France Kozina a rappelé les noms de certains des meurtriers, tous morts aujourd’hui, mais qui étaient vivants lorsqu’ils sont devenus publics, il y a trente ans, et qui n’ont jamais été poursuivis par la police ou la justice.

Monseigneur Saje a souligné : « Nous prierons pour eux et pour toutes les autres victimes de la violence qui reposent sur le sol slovène avec un appel à la réconciliation et à la paix et un souhait sincère qu’une telle chose ne se reproduise plus jamais. Beaucoup de ceux qui ont été tués se sont accrochés à un chapelet ou au sanctuaire de la Mère de Dieu à Brezjanska, ce qui est un signe qu’ils ont vécu dans l’espérance chrétienne et dans la foi vivante en Dieu jusqu’à la fin ».

Comme dans de nombreux pays d’Europe sous le joug communiste, les catholiques slovènes ont subi une persécution brutale de la part des communistes, une répression qui s’est poursuivie après la guerre. « La plupart d’entre eux sont morts avec une prière sur les lèvres et dans le cœur, avec l’amour de Dieu et de leur prochain, même de leurs oppresseurs et bourreaux. Leur force provenait de leur foi vivante en la résurrection du Christ. Ils accordaient plus de valeur à la vérité et à la justice qu’à leur propre vie, c’est pourquoi ils se sont opposés à la violence injuste et, comme les Ukrainiens d’aujourd’hui, ont défendu leurs maisons et leurs familles. Il a également souligné que les meurtres physiques pendant et après la guerre ont été suivis d’une diffamation de la bonne réputation des personnes tuées. Des doutes ont été semés de manière injustifiée, selon lesquels ils avaient dû faire quelque chose de mal pour mériter un tel sort. « Nous constatons avec regret que ce type de propagande et de rumeurs malveillantes n’a pas cessé jusqu’à ce jour », a déclaré l’évêque de Novo mesto.

Cependant, la haine contre les victimes n’est pas morte avec la fin du régime de Tito, et les morts ne méritent pas d’être enterrés dans un lieu proche de leurs proches. Le maire de Ljubljana, le social-libéral Zoran Janković, a assuré publiquement qu’il n’y aurait pas de tombes de « traîtres » à Ljubljana. Il a également refusé un cimetière aux restes des Roms qui ont été assassinés par des partisans communistes à Iška le 17 mai 1942, c’est-à-dire que vous êtes une victime ou non selon qui vous a assassiné. Il y a des morts de première et de seconde classe.

Comme l’a rappelé Monseigneur Saje, le droit à une tombe est un droit fondamental de l’homme et représente la véritable valeur de l’éthique humaine universelle : « C’est notre devoir d’homme d’enterrer les morts et de leur montrer du respect. Le droit à une sépulture découle de la dignité inaliénable de chaque être humain. Empêcher l’enterrement respectueux des personnes sauvagement assassinées est un crime contre l’humanité et représente un manque de respect pour les normes fondamentales de la civilisation. Quel genre de pays et de société sommes-nous si des individus peuvent se permettre d’interdire l’enterrement de victimes innocentes, y compris de Tziganes assassinés ou d’autres de nos compatriotes, enterrées à Kočevski Rog et sur d’autres sites de meurtres à travers la Slovénie ? Enterrer les morts dans des tombes est l’une des particularités de la race humaine depuis ses débuts. Il n’y aura pas de paix dans notre nation et les divisions destructrices ne seront pas surmontées tant que nous ne dépasserons pas les interprétations idéologiques du passé, que nous ne parviendrons pas à un consensus sur les faits historiques et que nous n’enterrerons pas respectueusement tous nos concitoyens », a souligné l’évêque de Novo mesto.

Les mots de Monseigneur Saje pourraient être mis en parallèle avec ce qui s’est passé en Espagne autour de la tombe de Franco : quel genre de pays sommes-nous si même les morts ne peuvent pas reposer en paix ? Comment surmonter une division destructrice lorsqu’absolument tout est imprégné d’idéologie ? Malheureusement, il semble que ce soit l’objectif de ceux qui profanent les tombes ou empêchent les enterrements, de diviser pour qu’il n’y ait pas de paix dans notre nation. Et tout cela accompagné du silence tonitruant et complice de trop de voix qui n’osent pas dire ce que Monseigneur Saje proclame haut et fort : le respect des morts est une règle fondamentale de la civilisation, c’est ce qui nous différencie des bêtes.

Álvaro Peñas | El Correo de España

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

    1. Charles-Quint , cinquième empereur Romain germanique, du nom de Charles était aussi le premier roi d’Espagne du nom de Charles. Les deux dénominations sont donc justes. En France on préfère le nommer Charles V et en Espagne il reste Charles I.

  1. La religion élémentaire de l’humanité est une religion des ancêtres, en témoignent les rites funéraires, caractéristiques de l’espèce humaine depuis des centaines de milliers d’années. Les religions qui ont réussi se sont bien gardées d’y toucher et au contraire l’ont repeinte à leurs couleurs. L’Eglise en particulier a mené une politique de récupération très active, avec en particulier le concept de « saint ». Les comportements odieux décrits par cet article, et le fait qu’ils nous scandalisent, témoignent que cette religion des ancêtres est toujours vivante. La suppression des ancêtres de l’ennemi est une forme de génocide.

  2. Il semble que ces morts aient pas été comptabilisés par Stéphane Courtois . La liste est sans fin des petits crimes que l’on veut faire oublier peut on importer un évêque slovène en France
    Merci de votre réponse

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS