Quimper. Interdit de séjour, un clandestin sénégalais de nouveau interpellé, plusieurs kilos de drogue saisis

Quimper

Interdit de séjour à Quimper, un clandestin sénégalais a cependant été contrôlé deux fois dans la ville finistérienne en l’espace de quelques mois. Toujours à Quimper, les forces de l’ordre ont saisi plusieurs kilos de drogue.

Quimper : le Sénégalais était en situation irrégulière

Il était interdit de séjour à Quimper depuis plusieurs mois. L’individu, âgé de 45 ans, est un habitué des prétoires puisqu’avant l’audience du mardi 8 novembre, il comptait déjà près de 20 mentions à son casier judiciaire, plusieurs étant en lien avec des affaires de drogue.

Ce migrant sénégalais actuellement en situation irrégulière sur le territoire français avait par ailleurs été, à l’issue d’une précédente audience au début du mois de juillet dernier, condamné à une peine de six mois de prison ferme par le tribunal de Quimper pour avoir, déjà à l’époque, bravé une interdiction de séjour dans la ville.

À peine sortie des geôles le 27 octobre, le clandestin a été contrôlé quelque jours plus tard, le 3 novembre, dans le quartier quimpérois de Kermoysan, un secteur de la capitale de Cornouaille qui, fruit du hasard peut-être, est principalement réputé pour être un haut-lieu du trafic de stupéfiants.

Se trouvant à l’intérieur d’un véhicule stationné boulevard de Provence en compagnie de deux autres personnes, le Sénégalais, toujours interdit de séjour à Quimper, sera alors interpellé par des policiers de la brigade anticriminalité.

Le 8 novembre, le tribunal de Quimper l’a cette fois condamné à une peine de deux mois de prison ferme, mais sans mandat de dépôt. Une sanction plutôt clémente par rapport aux réquisitions du procureur, lequel demandait six mois de prison ferme avec maintien en détention. Une sanction qui permet surtout au clandestin de continuer à déambuler librement dans le pays malgré le caractère illégal de sa présence en France.

Plusieurs kilos de drogue saisis, un laboratoire découvert

Ce même mardi 8 novembre, le tribunal correctionnel de Quimper jugeait également un homme de 24 ans pour trafic de stupéfiants.

Tandis qu’il circulait au nord de Quimper, l’individu avait été contrôlé le 20 septembre dernier par une patrouille de gendarmes. En raison d’une odeur de cannabis s’échappant du véhicule, les militaires envisagent alors de procéder à la fouille de ce dernier. De son côté, le conducteur, après avoir présenté un permis n’étant pas à son nom, tente de prendre la fuite à pied mais se fait rapidement rattraper par les forces de l’ordre.

Le contrôle aux stupéfiants qui s’ensuit se révèle être positif. Puis, à l’intérieur de la voiture, les gendarmes saisissent plus de 2 kg de cocaïne, plus de 3,7 kg d’amphétamines et 667 g de résine de cannabis. Une quantité de drogue dont la valeur totale dépasse les 200 000 €.

Peu de temps après, une perquisition réalisée au domicile de la mère du prévenu, chez qui ce dernier habite, permet aux gendarmes de découvrir ce qui s’apparente à un laboratoire : des balances, une presse hydraulique et différents produits pour couper les stupéfiants sont retrouvés. Ainsi qu’un kilo d’amphétamine ou encore de l’ecstasy.

Après son interpellation, le prévenu fut placé en détention provisoire. Il est reparti en prison à l’issue de l’audience après avoir été condamné à quatre ans et trois mois de prison ferme par le tribunal de Quimper.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Je suis stupéfait, quelle chance elle à la France d’être remplie de jeunes gens de couleurs ambitieux et débordants d’énergie.

  2. ben pourquoi se gênerait ils puisqu’il n’est inquiété que quelques heures et puis remis dans la rue

  3. Le laxisme de la justice n’a plus de bornes ! ces juges sont nuisibles au pays, et mériteraient d’être mis au banc de la société – qu’ils doivent protéger – quand quelqu’un va-t-il se préoccuper de ce genre de problèmes ??? Ca devient urgent ! nous sommes envahis par des hordes de colorés qui profitent de nos services sociaux, et de la bienveillance de nos responsables – juges – pour pourrir la vie des natifs sans vergogne ! Y’en a marre ! et on en accueille toujours plus, sans nous demander notre avis, bien sûr ! mais c’est nous qui payons, leurs maladies, et leur présence sur notre sol ! Bientôt, ils seront plus nombreux que nous ! et nous, on a de plus en plus de mal à les supporter ! on a pas les mêmes us et coutumes, le vivre ensemble n’est pas possible, vu leur refus de s’intégrer, et la haine qu’ils ont envers nous !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS