L’Ille-et-Vilaine d’antan, Manifeste nationaliste Blanc, Frontières d’Irlande, Histoire du Japon, Le Clan des seigneurs : la sélection littéraire hebdo

L’Ille-et-Vilaine d’antan, Manifeste nationaliste Blanc, Frontières d’Irlande, Histoire du Japon, Le Clan des seigneurs : voici la sélection littéraire hebdo.

L’Ille-et-Vilaine d’antan

« Si les rivières et les forêts continuent de fournir l’énergie et la matière première de maintes manufactures, l’industrie se tourne vers la chaussure, l’imprimerie, la cristallerie et, signe des temps, l’armement. Dans les bourgs, les petits commerces prospèrent… surtout les débits de boisson ! Les villes commencent à se doter de Nouvelles Galeries et de grands bazars. »

À travers plus de 300 cartes postales anciennes et sous la plume enjouée de Marie-Christine Biet, L’Ille-et-Vilaine d’antan fait revivre le département à la Belle Époque.

Doté d’une riche façade maritime et d’un pays intérieur traversé de cours d’eau, de canaux et d’écluses, l’Ille-et-Vilaine est un département pluriel à l’identité millénaire. Au début du XXsiècle, le développement du tout nouveau chemin de fer amplifie son rayonnement et sa renommée, portée par les huîtres de Cancale, le lait des vaches bretonnes, l’industrie de la chaussure à Fougères dont les grèves mémorables en 1906 résonnent dans toute la France. Sans oublier le charme mystérieux de la forêt de Brocéliande et l’engouement suscité par le bord de mer, de Dinard à Saint-Brieuc en passant par Saint-Malo, où fleurissent casinos et cabines de bain.

A commander chez les éditions Hervé Chopin

Manifeste nationaliste Blanc

Avec ce manifeste, l’auteur nous offre un essai de méta­politique en forme de Que faire ? euro-américain qui déconstruit à la perfection tous les sophismes mondialistes. Il convoque à cette fin aussi bien le court terme (les conséquences négatives de l’accroissement de la « diversité », euphémisme pour désigner le remplacement des Blancs par des non-Blancs) que le long terme (menace de génocide lent et « froid » de notre race sous l’effet d’idées et de valeurs se substituant à nos valeurs traditionnelles, puis modifiant lois et institutions). Les causes biologiques du génocide blanc en acte (perte d’habitat, espèces envahissantes, hybridation et prédation) étant désormais bien visibles, il importe à présent d’engager le combat politique pour la survie à partir de la base la plus profonde, la race. En effet, « plus tôt nous nous verrons nous-mêmes comme des Blancs, unis par des ennemis et des défis communs, partageant une origine commune et un destin commun, plus tôt nous serons à la hauteur des tâches qui nous attendent ». Il est permis de dire, sans tomber dans la rhétorique, que la lecture de cet essai s’impose à tous ceux qui ont compris que, si l’on veut sauver toutes les espèces en danger, il faut commencer par sauver la race blanche.

A commander chez Akribeia

Frontières d’Irlande

Il n’y a pas qu’une frontière irlandaise. Et ce n’est pas le moindre enseignement de ce livre. En septembre 2018, le Brexit est sur le point de remettre en cause la frontière politique établie et en réveille d’autres dans l’ensemble de l’île, d’ordre religieux, générationnel, économique. Ce même mois, l’auteur part à la découverte de la verte Erin, depuis Cork, au sud de la République, jusqu’à la Chaussée des Géants, en Irlande du Nord. Cette itinérance est jalonnée de rencontres sur les marchés, dans les pubs, devant les commerces ou chez les habitants, tirées de ses souvenirs et parfois vraisemblablement imaginées. D’humeur littéraire, l’auteur enrichit ainsi son journal de bord d’une liberté d’invention pour questionner la curieuse habitude de ce peuple à ériger contre lui-même des frontières arbitraires. Ce voyage de plusieurs semaines est une traversée actuelle et passionnée de l’Irlande.

A commander aux éditions Le mot et le reste

Histoire du Japon

Aux yeux de l’Occident, le Japon a toujours été un mystère, nourri de clichés et de fantasmes : Cipango aux murs couverts d’or rêvée par Christophe Colomb, la terre de mission de François Xavier, l’empire soudain clos sur lui-même, l’adversaire acharné de la guerre d’Asie- Pacifique, la victime des premières bombes atomiques, l’inventeur du zen et de l’ikebana, le colossal concurrent technologique et commercial…

L’histoire du Japon est d’abord celle d’un peuple épris de nouveauté, d’origine hétérogène, qui a su évoluer au contact d’autres mondes et se muer en État-nation impérial, puis industriel : la Chine lui apporte code, croyance, écriture, de quoi tisser une culture de son cru ; l’Occident échoue à le convertir au christianisme au XVIe siècle, mais, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l’oblige à suivre son modèle technique sous peine de colonisation brutale.

Le Japon, pourtant la référence économique suprême dans les années 1980, subit une récession sensible depuis le début des années 1990 et se retrouve aujourd’hui pris en tenaille entre la Chine et les États- Unis. Il n’en reste pas moins encore la troisième puissance économique mondiale, affiche sa présence sur tous les foyers de la mondialisation, diffuse tous azimuts les produits de son soft power et ne cesse d’innover et souvent de surprendre.

À l’aube de l’ère Reiwa, Gérard Siary retrace le mouvement d’ouverture et de fermeture à l’ailleurs et à l’étranger, qui a toujours rythmé l’évolution de l’archipel et modelé son identité culturelle. Il aborde des thèmes souvent peu évoqués : image du Japon en France et à l’étranger, mythes et mythologie, racisme et minorités, diaspora, etc. C’est cette histoire renouvelée d’un peuple à nul autre pareil, qui a dû et su faire son miel de la prétendue « modernité », sans y perdre son âme ou son identité, qu’il nous raconte avec passion.

A commander aux éditions Taillandier, collection texto

Le Clan des seigneurs

Ils ne parlent pas aux médias, ils ne sont pas élus, on ne les connait pas et, pourtant, ils ont le pouvoir. Qui sont-ils ? Parce qu’ils ont réussi dans leur jeunesse un concours prestigieux, la République les honore à vie. Elle en a fait son « élite ». Ces hauts fonctionnaires issus des trois plus « grands » corps d’Etat (Polytechnique, Ponts et Chaussées et ENA) veillent ainsi aux destinées de la nation et à la grandeur de la la France. Enfin en théorie…

Car la réalité est toute autre : Philippe Guillard, cadre dirigeant dans plusieurs établissements publics a cotoyé cette « noblesse d’Etat » pendant plus de quinze ans. Au travers de situations édifiantes et vécues, il décrit leur esprit de caste, leur goût pour les privilèges, et leur comportement de seigneurs. On les imagine veillant aux destinées de la nation, et fiers de la servir ; on les découvre sans vision, opportunistes, cyniques, arrogants, manipulateurs et mercenaires. Ils destinent leur loyauté avant tout à leur corps, lequel leur garantira réussite et impunité, quelle que soit leur valeur.

Pour l’auteur, cette caste est une catastrophe pour le développement de notre pays et son rayonnement à l’international.

Philippe Guillard a 55 ans. De formation ingénieur (CentraleSupélec), il a toujours évolué dans un environnement industriel, et a mené une carrière riche d’une large expérience, allant de la multinationale anglo-saxone à l’établissement public français. Il a occupé des postes de cadre dirigeant, côtoyant capitaines d’industrie, politiques et hauts fonctionnaires.

Sortie du livre en janvier 2023 à commander chez Max Milo

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS