Corse. La répression contre le mouvement nationaliste s’intensifie – Darmanin annule sa venue

La police a procédé à de nouvelles arrestations parmi les membres du mouvement indépendantiste Corsica Libera, ce lundi 5 décembre 2022 au matin. Charles Pieri fait partie des personnes interpellées, ainsi que certains de ses proches. La colère gronde sur l’île de beauté, alors que le ministre de l’Intérieur, M. Darmanin, sentant visiblement le vent de la révolte, a annulé sa venue en Corse cette semaine.

Ces arrestations font suite à celles du 1er décembre. Ce lundi, huit personnes, dont Charles Pieri, 72 ans, figure du mouvement nationaliste, tout comme son fils et son petit-fils ont de nouveau été arrêtés malgré les tentatives de militants nationalistes d’empêcher ces arrestations.

De quoi faire réagit le parti nationaliste Corsica Libera dans un communiqué :

L’appareil d’Etat français poursuit sa politique répressive à l’encontre de Corsica Libera. Ce matin, de nombreuses interpellations visant des militants et responsables de notre parti sont en cours.
Nous exigeons leur libération immédiate.
Que l’Etat français ne s’y trompe pas, le retour d’une répression aveugle ne nous détournera jamais de notre combat pour la défense du peuple corse et la réappropriation de ses droits nationaux.
Nous appelons d’ores et déjà à la mobilisation dans les heures à venir.
Ùn cappiaremu mai, resistenza è libertà !

Corse : pourquoi ces arrestations ?

Sur les trois hommes arrêtés jeudi dernier, dont Pierre Paoli, cadre de Corsica Libera, deux d’entre eux ont été relâchés dimanche après trois jours de garde à vue. Le troisième devrait être présenté dans les prochains jours à un juge d’instruction du pôle antiterroriste du tribunal de Paris.

Ces interpellations ont été effectuées dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par le Parquet national antiterroriste (Pnat), notamment pour association de malfaiteurs terroriste, selon des sources judiciaires et proches de l’enquête. Cette procédure porte notamment sur une conférence de presse clandestine du FLNC qui évoquait le retour possible à la lutte armée si l’Etat français continuait à mépriser les Corses.

Gérald Darmanin reporte sa visite

C’est dans ce contexte marqué notamment par des actions menées contre des résidences secondaires et siglées FLNC (la Corse rencontre le même problème que la Bretagne, et la jeunesse corse se retrouve en grande partie dépossédée des biens sur sa propre terre), que devait se rendre en Corse Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur, cette semaine. Deux restaurants ont par ailleurs été incendiés à Corte (centre de l’île) dans la nuit de dimanche à lundi, dont l’un cogéré par un fils du président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni. En outre, huit véhicules ont été incendiés dans une concession automobile appartenant à Jean-André Miniconi, qui avait conduit une liste soutenue par Gilles Simeoni aux municipales de 2020 à Ajaccio.

Nos confrères du Miroir du Nord expliquent les raisons du report de cette visite :

« Le ministre de l’intérieur devait se déplacer en Corse cette semaine. Cette date avait été fixée il y a quelques semaines avec Gilles Simeoni, président de l’exécutif de l’assemblée de Corse. Avec l’actualité de la semaine dernière, cela s’annonçait déjà tendu. Plusieurs manifestations se sont déroulées à Ajaccio notamment à l’appel de Corsica Libera et Sulidarità.

Selon des sources proches de la presse parisienne, « Les élus considèrent qu’au regard du climat de tension autour de la question des détenus et des arrestations récentes, il vaut mieux laisser un peu de temps pour que la tension diminue« .

Cette décision aurait été prise en concertation avec les élus Corses »

Des manifestations de soutien aux militants interpellés sont prévues dans les prochaines heures et les prochains jours en Corse, où la situation se tend de plus en plus.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. La macronie avait pris peur et promis aux Corses une discussion vers un statut d’autonomie pour la Corse afin de calmer la jeunesse corse après les émeutes de mars 2022 à la suite de l’exécution de Yvan Colonna en prison par un migrant islamiste.
    Mais la répression actuelle des militants indépendantistes, c’est la réponse de Macron à la discussion sur cet éventuel statut d’autonomie.
    La macronie ne recule donc que face à des troubles où il est en position de faiblesse, elle fait alors de vagues concessions à sa doctrine jacobine ultra centralisatrice qu’elle s’empresse d’oublier ou de minimiser, une fois le calme revenu.
    Conclusions : Les Corses n’obtiendront pas d’avancée significative sur leur autonomie que s’ils sont de nouveau en position de force face au pouvoir.

  2. les gens qui ont une once de pouvoir ne supportent pas que l’on puisse les contester
    les girondins ont été passé par la guillotine pour cette raison

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS