Les employés municipaux de la Baule en grève

En Bretagne, il existe diverses enclaves : des enclaves africaines et moyen-orientales autour des grandes villes et des enclaves françaises CSP++++ le long des côtes. La Baule est l’une d’entre elles. Monument de mauvais goût too much, La Baule concentre, en effet, principalement l’été toute une smala d’individus habitant habituellement entre le XVIè arrondissement de Paris et la banlieue versaillaise.

L’équipe des « municipaux » de La Baule compte 360 employés chargés de gérer l’environnement de « la ville des vacances ». Or, ce mardi 06 décembre, une centaine d’entre eux était en grève et rassemblée devant l’hôtel de ville afin de protester contre leurs conditions de travail et leurs salaires. Revalorisation du régime indemnitaire, paiement des astreintes et des heures supplémentaires, prime Ségur pour ceux qui peuvent y prétendre, la liste des revendications est, hélas, la même que dans bien des municipalités.

Car l’enclave parisienne traite mal ses vilains ! Les effectifs se réduisent alors que les charges de travail augmentent, au contraire des salaires ! Le sarkozyste Franck Louvrier, maire depuis 2020, serait-il un mauvais patron ? Les syndicats dénoncent, en tout cas, « un managérat autoritaire, sans aucun dialogue possible ». Cible de leur colère : l’adjoint au maire Jean-Philippe Dupuis. La version de l’intéressé est cependant toute différente. Selon l’élu, la mairie est en dialogue constant avec les représentants du personnel et cette grève interviendrait dans un contexte de « surenchère syndicale ». Et à la Baule, les syndicats on n’aime pas trop…

Pourtant, loin d’être conduits par un syndicat révolutionnaire, les grévistes sont majoritairement des adhérents de la tranquille CFTC ! Jean-Philippe Dupuis rappelle, quant à lui, dans un hebdomadaire local que les élections professionnelles auront lieu le 08 décembre, ceci expliquant peut-être cela.

En attendant, les employés municipaux bretons de l’enclave française CSP+++ de La Baule sont en grève et il conviendrait que les Bretons restent maîtres chez eux.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. A Piriac, La Turballe, Guérande, on est Bretagne et cela se sent, mais, et ce n’est pourtant pas très loin, je ne suis pas sûr que ce soit toujours le cas à Ar Baol-Skoulag dont le Maire, qui pourtant se dit breton, est en faveur des PDL. Il est vrai qu’en cas de réunification, ce n’est pas sûr qu’il retrouverait une vice-présidence dans la nouvelle région réunifiée. Louvrier, c’est l’archétype du politicard vendu au plus offrant, breton seulement quand cela l’arrange. Malheureusement, il y en a beaucoup d’autres comme lui et pas seulement en Loire Atlantique.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS