L’Inde exclut catégoriquement d’imposer le plafonnement des prix du pétrole russe imposé par l’Occident

Le ministre indien des Affaires étrangères, S. Jaishankar, a écarté toute idée de mise en œuvre du plafonnement des prix du pétrole russe imposé par l’Occident lors de son entretien avec son homologue allemande, Annalena Baerbock. Il a également souligné le fait que l’achat de pétrole russe par son pays ne représentait qu’un sixième de l’achat européen au cours des neuf derniers mois.

Lors d’un point de presse organisé à la suite de leur rencontre à New Delhi, M. Jaishankar a fait remarquer que l’Europe ne pouvait pas choisir de donner la priorité à ses besoins énergétiques tout en demandant à l’Inde de faire autre chose. Le ministre a également souligné que les discussions visant à développer les relations commerciales entre l’Inde et la Russie ont débuté bien avant le début de l’opération militaire spéciale en Ukraine.

M. Baerbock est arrivé à New Delhi le 5 décembre pour une visite de deux jours au cours de laquelle il a discuté non seulement de la Russie et de la guerre en Ukraine, mais aussi des retards dans la délivrance des visas aux Indiens, de la situation en Afghanistan, de l’évolution de la région indo-pacifique et du terrorisme transfrontalier en provenance du Pakistan. Au cours de ces discussions, le ministre allemand s’est en quelque sorte senti justifié qu’un pays d’Asie du Sud impose des sanctions en raison d’un conflit en Europe, et pour cette raison, Jaishankar a fortement justifié l’élargissement des liens de l’Inde avec la Russie.

Les commentaires de M. Jaishankar interviennent alors que les États-Unis, l’Union européenne et l’Australie ont imposé un plafond de 60 dollars le baril sur le prix du pétrole russe.

« Nous devons comprendre que la quantité de ressources énergétiques disponibles est limitée. Il y a une situation de conflit, et nous comprenons que l’Europe a un point de vue. C’est à l’Europe de faire ses choix », a déclaré le ministre. « (Mais) que l’Europe fasse des choix qui donnent la priorité à ses besoins énergétiques et demande ensuite à l’Inde de faire autre chose… il faut garder à l’esprit qu’une grande partie des achats de l’Europe proviennent du Moyen-Orient, qui a traditionnellement été un fournisseur pour une économie comme celle de l’Inde. »

Il a ensuite souligné que l’achat par l’Europe de pétrole brut au Moyen-Orient exerçait désormais une pression sur les prix, avant de souligner que : « Nous avons été très compréhensifs vis-à-vis des choix européens et des politiques européennes. »

Le ministre a également déclaré que l’Europe achetait beaucoup plus de pétrole et d’autres sources d’énergie à la Russie qu’à l’Inde depuis le début du conflit en Ukraine.

« Je pense que nous devons d’abord établir les faits très clairement. Entre le 24 février et le 17 novembre, l’Union européenne a importé plus de combustibles fossiles de Russie que les 10 pays suivants réunis. L’importation de pétrole dans l’Union européenne représente environ six fois ce que l’Inde a importé. Le gaz est infini parce que nous ne l’importons pas alors que l’Union européenne a importé pour 50 milliards d’euros (de gaz) », a-t-il souligné, ajoutant que même les importations de charbon de Russie par l’Union européenne sont supérieures de 50 % à celles de l’Inde.

L’Occident est frustré par l’augmentation significative des importations de pétrole russe par l’Inde au cours des derniers mois. Les dirigeants indiens, à la consternation de l’Occident, donnent la priorité aux consommateurs indiens et non aux intérêts géopolitiques occidentaux. En raison de cette position, l’Inde importe de l’énergie russe aux conditions les plus avantageuses.

Mme Baerbock a tenté de diaboliser la Russie lors de sa visite à New Delhi, bien que la Russie soit un partenaire de longue date de l’Inde, en déclarant que la « guerre brutale d’agression de la Russie contre l’Ukraine » a eu un impact mondial. Décrivant l’opération militaire comme une « guerre illégale », elle a déclaré qu’elle avait plongé le monde entier dans une « situation très difficile ».

« Elle a également créé des difficultés pour votre pays (l’Inde) en matière d’approvisionnement en énergie et en engrais« , a ajouté la ministre allemande des affaires étrangères.

Déjouant la tentative allemande de culpabiliser l’Inde, Jaishankar a souligné que la position globale de son pays sur le conflit est « très claire et très transparente« , ajoutant : « La position indienne exprimée par mon Premier ministre est que ce n’est pas une ère de guerre et que le dialogue et la diplomatie sont la réponse. »

Il est rappelé que le 9 novembre, Jaishankar a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, à Moscou et a souligné que l’Inde continuera à acheter du pétrole russe. L’Inde étant le troisième plus grand consommateur de pétrole et de gaz mais ayant toujours un faible niveau de revenu moyen, les dirigeants de New Delhi ont la responsabilité de trouver les conditions les plus avantageuses sur les marchés internationaux au lieu de servir les intérêts occidentaux.

« Et à cet égard, très honnêtement, nous avons vu que la relation Inde-Russie a fonctionné à notre avantage. Donc, si cela fonctionne à mon avantage, je voudrais que cela continue », a déclaré Jaishankar à Moscou à l’époque.

L’Inde, qui est l’un des principaux acheteurs d’armes de fabrication russe, a refusé de soutenir les sanctions occidentales à l’encontre de Moscou, malgré les pressions exercées en ce sens pendant la majeure partie de l’année 2022. New Delhi a demandé à plusieurs reprises la « cessation immédiate de la violence » en Ukraine, mais continue de s’abstenir de voter les résolutions de l’ONU critiquant l’opération militaire russe.

La Russie et l’Inde partagent des décennies de relations étroites, notamment parce que l’Occident a donné la priorité aux relations avec son rival voisin, le Pakistan, au point de devenir un important fournisseur d’armes et de financer des groupes djihadistes. Pour cette raison, entre autres, l’Inde ne succombera pas aux pressions occidentales visant à couper ses relations avec la Russie, et encore moins à imposer un plafonnement des prix.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

    1. Vous avez tout à fait raison « Un dirigeant qui fait son travail » mais les nôtres ne s’en inspirerons jamais car il ne comprennent mème pas, corrompus à mort qu’ils sont, que l’on puisse assumer sa fonction en travaillant pour l’intérêt du peuple qui vous a confié son destin. Nos gouvernants européens font absolument n’importe quoi, sans jamais consulter le peuple et en ayant en plus l’arrogance de vouloir faire commettre les mèmes erreurs aux pays qu’ils considèrent comme vassaux.

  1. Voilà qui est clair et limpide. De quel droit l’Allemagne l’UE et les USA s’autorisent le droit de formuler à l’Inde de boycotter la Russie, ses prix, pour servir les intérêts de l’UE et l’occident en général de surcroît endetté de plus de 260’000 milliards irremboursables vivant sur le dos du monde. Que l’occident balaie d’abord devant sa porte,incapable de produire des médicaments essentiels, organisant une épidémie pour enrayer sa faillite, ses dettes, son insolence et sa suffisance, pour l’organisation de ce conflit décidé par les politiques USA l’UE et l’OTAN en attaquant la province du Donbass depuis 2014 faisant plus de 18’000 morts et 6’500 disparus par la dictature ukrainienne. La cigale occidentale qui vit au dessus de ses moyens pleure de voir les fourmis de l’Asie lui dire non. Bravo pour l’analyse qui dérange la France franco française de type bananière.

  2. Bravo à ce ministre, mais que l’ allemande aille voir la grosse Merkel et l’indécrottable micron pour le travail qu’ils n’ont pas fait au sujet des accords de Minsk, s’ils avaient fait leur job il n’y aurait pas de guerre mais qiuand on est un incapable comme micronor dictator on va se rhabiller chez plumeau et on dégage . Quant à la merkel au lieu de tout vouloir accaparer et de suivre bêtement les usa elle n’avait qu’à faire son job

  3. ben, ils sont méchants ces indiens qui osent refuser les diktats de l’UE
    je ne comprends pas pourquoi le prix du baril a baissé de 40% alors que les prix à la pompe augmentent sans cesse

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS