Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes, Brest. Des incendies criminels de voitures

C’est la saint-Sylvestre avec un mois de retard à Nantes et surtout à Brest. Des voitures ont été incendiées volontairement dans les deux villes bretonnes. Le 1er février, pendant que les forces de l’ordre étaient occupées par le match qui a vu le FC Nantes perdre contre l’OM, trois voitures ont été incendiées sur le parking B1 proche de la Beaujoire vers 20 heures.

Dans la nuit du 1er au 2 février, à Brest, dans le quartier dit « sensible » de Kérédern, trois incendies se sont déclarés vers 1h20 rue Gabriel Fauré, André Messager et Emmanuel Chabrier, avec en tout huit véhicules incendiés.

La semaine précédente, trois BMW sont endommagées dans une concession de Lannion dans la nuit du 23 au 24 janvier, malgré l’enclos fermé qui protège le site.

Laxisme judiciaire à Quimper : sursis et TIG pour vol et incendie de voiture

Par ailleurs deux jeunes adultes ont été jugés le 13 janvier à Quimper pour avoir volé le 15 octobre dernier une voiture qui a été retrouvée incendiée. Ils l’avaient empruntée à un couple qu’ils avaient rencontré en boîte de nuit et qui les avait hébergés. Ils expliquent l’avoir prise pour aller au McDo de Lanester, être allés à Quimperlé pour déposer l’un d’eux, puis être tombés en panne d’essence au Trévoux.

Pour se disculper, le prévenu accusé d’avoir mis le feu à la voiture lâche le feu du coupable en pleine audience – « pour effacer les indices ». Ce que font les cambrioleurs pour éviter que les policiers ne retrouvent leur ADN dans le véhicule après un périple de cambriolages ou un braquage.

Tous deux font preuve d’ « inertie professionnelle », joli euphémisme pour signifier qu’ils n’ont pas de travail, ni de projet ou de formation, et qu’ils vivent aux crochets de leurs parents. Le plus jeune a trois condamnations au casier. Néanmoins il écope de six mois avec sursis, tandis que son aîné, moins connu de la justice, de 180 heures de TIG. Les victimes apprécieront les largesses du tribunal de Quimper avec les délinquants.

LM

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Nantes, Brest. Des incendies criminels de voitures”

  1. Dominique dit :

    Les criminels vont racheter une voiture aux victimes ?

  2. jeapi dit :

    ils communiquent entre eux par smartphone ,de Brest à Nantes en passant par Rennes et Angers
    la voyoucratie,la racaille prend le pouvoir progressivement pendant que vous dormez braves gens!
    Ils auraient tort d’être gênés puisqu’ils ne risquent rien!Les anciennes règles du jeu”au gendarme et au voleur” ont disparu;les petites villes sont désormais gangrénées: dans la nuit du samedi 4 février, huit voitures ont été incendiées à Saumur!
    Mais nos dirigeants persistent à dire que ce n’est qu’ une “impression “d’insécurité que nous ressentons contraire à la réalité.Il y a des bavures qui se perdent!!!!

  3. skolig Al lourarn dit :

    j’ai quitté mon pays (des abers) en 1979 (pas de boulot)
    pour aller travailler à Paris (15ème, puis banlieue nord : Asnières, Clichy, Gennevilliers, puis banlieue sud : Les Ulis, Massy, Viry Chatillon) que des endroits sympa, mais, y’avait du boulot, alors on s’en accommode !
    avec que des problèmes (délinquance, drogue, puis : mendicité, puis : prostitution, etc…)
    en 1980, ça allait encore à peut près Paris/Banlieue, mais ensuite,
    la cata totale, 1990, 2000, mais 2020, là C top of the pops, les délinquants ?
    que nos gouvernants tolèrent sans rien dire depuis leurs tours d’ivoires, ils ne font rien.
    Je note, au passage, que là ou le socialo passe la sécurité trépasse, et la délinquance rayonne.
    Paris, banlieues, Rennes, Nantes, Brest,
    dire qu’en 1970, à Brest, Pontanézen était un quartier ouvrier tranquille,
    à part quelques picoleurs irréductibles, mais pas bien méchants finalement.
    Voilà ou on en est, Merci qui ?
    Giscard : droit du sol
    Mitterrand : pas mieux
    Sarko : ( alors lui 1er prix de l’idiotie)
    Kadafi mort = Lybie ouverte (2023 : tout passe par là depuis des années)
    + il s’est assis sur notre référendum de 2005 = NON a l’Europe,
    + Mayotte rejoint la France
    Hollande : No Comment, en dessous de tout
    Macronron : pas mieux, le périph Parisien est cerné par les camps de migrants.. et C pas fini
    celui là, je sais sait pas si c’est pas le pire :
    1 problème en France = 1 voyage à l’étranger, à chaque fois la fuite, mais, responsable de rien !
    What else ?

  4. patphil dit :

    fakeniouze ! les pauvres djeunes des quartchiers ont simplement trop froid, les rsa et les allocs ne leur suffisent pas, un chèque antifroid de 100€ mensuel est indispensable

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

NANTES

Stationnement payant. La lecture automatique des plaques d’immatriculation arrive à Nantes

Découvrir l'article

NANTES

Sacs et colliers arrachés, adolescents arrêtés pour extorsion : les élections n’arrêtent pas les délinquants

Découvrir l'article

NANTES

Nantes : Toujours plus de vols dans les superettes

Découvrir l'article

NANTES

6 personnes vont être jugées pour avoir importé de la drogue entre le Maroc et Nantes

Découvrir l'article

E brezhoneg, Justice, Local, RENNES, Société

Asinet er gêr e Roazhon evit e liammoù gant ar djihadisted, ar c’hoarier MMA a oa… e Kastell-Bourc’h !

Découvrir l'article

NANTES, Sociétal

Nantes. Entre un et 4 ans fermes pour des cambriolages avec des Alfa Roméo volées

Découvrir l'article

MORLAIX, NANTES, RENNES

Nantes, Rennes, Morlaix : l’extrême-gauche met le désordre après le premier tour des législatives

Découvrir l'article

NANTES

Nantes : vols, incendies, pick-pocket, policier braqué avec une arme factice…

Découvrir l'article

NANTES

Loire-Atlantique. Une arrestation pour vol au Hellfest, des interpellations dans un camp de Roms à Saint-Herblain, 25 000€ retrouvés en liquide sur un Soudanais

Découvrir l'article

NANTES

Bidonville à Nantes. 700 Roms à évacuer au nom d’un « pôle d’écologie urbaine », 50 millions d’euros d’argent public

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky