Afrique-du-Sud : une femme arrêtée en possession d’organes humains

En Afrique en général et en Afrique-du-Sud en particulier le trafic d’organes humains est en pleine explosion. Cette semaine, une soignante d’un hôpital au nord de Prétoria a été arrêtée avec, dans sa voiture, du placenta pour une valeur d’environ 3000 rands (environ 150€). Cette femme était censée revendre ce matériel humain à des sangomas, c’est à dire des guérisseurs traditionnels et devins banthous friands des organes humains utilisés dans des cérémonies pouvant s’apparenter au vaudou.

Les organes génitaux humains et le placenta sont utilisés, dans la culture traditionnelle banthou, pour lutter contre l’infertilité et porter chance aux heureux patients.

Pourtant, sous l’Afrique-du-Sud blanche, le pays était connu pour sa médecine de pointe rivalisant avec les plus grands pays occidentaux.

Un peu plus au Nord du continent, en Ouganda : le gouvernement a dû légiférer, en septembre dernier, afin d’interdire le trafic d’organes humains suite à une série de reportages dans les médias sur le cas de criminels utilisant la force et la ruse pour prélever des organes à des domestiques quasiment réduits en esclavage. Ce genre de cas est aussi connu et recensé en Afrique-du-Sud où certaines populations ont encore des esclaves. Selon une étude de 2020, il resterait encore 155 000 esclaves au pays de l’ANC, la totalité d’entre eux étant des Noirs mis en esclavage par des Noirs.

En raison de l’effondrement de l’administration sud-africaine dirigée par l’ANC et des prix pratiqués dans un pays où le niveau de vie des Noirs n’a pas décollé tout en faisant baisser celui des Blancs, les populations noires se tournent de plus en plus vers la médecine traditionnelle sangoma (devins guérisseurs) ou inyanga (herboristes)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. L’esclavage entre Noirs est-il réapparu en Afrique du Sud avec l’arrivée au pouvoir de l’ANC ou avait il perduré dans les faits sous le régime blanc ?

  2. Des noirs esclaves d’autres noirs ? Donc, il n’y a pas que les méchants colonialistes blancs ? Décidément, on ne peut se fier à personne…….comme chez nous, une chance pour l’ Afrique du sud ?

  3. Lisez Bernard Lugan, Jacques Heers, et quelques autres historiens persécutés par le politiquement correct : non seulement l’esclavage entre noirs en Afrique, puis l’esclavage arabo-musulman au septième siècle en Afrique ont précédé l’esclavage transatlantique des blancs, mais encore ce fait perdure de nos jours sous différentes formes. L’esclavage est un phénomène universel qui va de pair avec la démographie depuis au moins le néolithique.

  4. Mon oreille vient d’être atteinte par le bruit que fait “l’appel des 109” pour l’euthanasie. Il s’agit plutôt de l”appel des “sangs neufs” pour faire disparaitre les “sangs vieux” tout en leur conseillant de conserver sur eux leur carte de donneurs d’organes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS