page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Fourniture d’armements à l’Ukraine : l’Estonie a-t-elle truandé l’UE ?

Un article de Politico affirme que l’Estonie a envoyé en Ukraine des matériels militaires anciens, tout en essayant de faire payer à l’Union européenne ses commandes de matériels militaires neufs au prix fort – et elle y a plutôt réussi. Bien que le ministère de la Défense estonien se soit fendu d’un communiqué qui dément les chiffres apportés par Politico, cette affaire a provoqué des tensions avec d’autres pays qui ont fourni du matériel à l’Ukraine et qui n’ont été que peu, voire pas du tout, compensés.

Début mars, le fonds européen pour la Paix… qui sert paradoxalement à la guerre, et à réarmer l’Ukraine (la guerre c’est la paix) a publié les sommes compensées aux pays qui ont fourni des matériels militaires – souvent anciens, voire d’origine soviétiques – à l’Ukraine, du moins en ce qui concerne la première tranche de ces fournitures. Il est alors apparu que l’Estonie a pu se faire rembourser 84% des montants soumis, soit 134 millions d’euros sur 160 réclamés, et a ainsi financé son rééquipement militaire national aux frais des européens.

La Suède a été compensée à hauteur de 7 millions d’euros, la Finlande – qui avait aussi demandé à ce qu’on lui rembourse le matériel fourni à hauteur des achats en neuf – 4.7 millions d’euros, la France 28 millions d’euros, la Lettonie 59 millions d’euros, la Lituanie 31 millions d’euros, détaille le média russophone Nouvelles d’Athènes.

L’Estonie affirme de son côté avoir fourni pour près de 400 millions d’euros d’armements, une estimation qui suscite un certain scepticisme de la part d’autres pays européens, mais comme il n’y a ni méthode de calcul commune, ni procédure unique pour demander des compensations… néanmoins l’attitude de Tallinn suscite d’autant plus le scandale que les fonds versés par l’UE ont principalement payé… des achats d’armements américains. L’Estonie a ainsi acheté six lance-roquettes multiples Himars pour 200 millions de dollars.

LM

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Fourniture d’armements à l’Ukraine : l’Estonie a-t-elle truandé l’UE ?”

  1. Yvesechir dit :

    Ha, Ha, Ha…..

  2. Simonpierre Delorme dit :

    Pourquoi Big Pharma serait-elle la seule à être nourrie par le contribuable européen ? car les USA ont – eux ! – réactivé le prêt-bail de la seconde guerre mondiale et les entreprises du complexe militaro-industriel finalement payés du matériel qu’elles envoient – si l’Ukraine redevient un tant soit peu prospère, ce qui est mal parti. Sinon, iles Ricains se paieront un peu plus sur la bête et les terres arables ukrainiennes dont ils auraient déjà 30%, ce qui est énorme. En Europe, c’est le contribuable qui paira… pas si con finalement le Biden !

  3. Pschitt dit :

    Breizh-info tombe bien bas ! Vous empruntez cette “information” à un média de propagande russe, “Nouvelles d’Athènes” (qui a repris le nom du défunt “Athens News” mais pas son professionnalisme !). Pourquoi ne pas être allés plutôt à sa source, “Politico”, dont vous ne donnez même pas la référence ? (la voici : https://www.politico.eu/article/eu-estonia-bumper-arms-reimbursement-ukraine-european-peace-facility/)
    Vous auriez vu que le fond de l’affaire n’est pas ce que sous-entend “Nouvelles d’Athènes”. Les deux auteurs l’article de “Politico” sont spécialistes des bruits de couloirs et des querelles byzantines qui règnent dans les bureaux de l’Union européenne. Evidemment, ils ne manquent pas de matière, sur des sujets le plus souvent subalternes ! Et c’est bien de cela qu’il s’agit ici : une controverse sur la manière de calculer les dépenses militaires. Il existe, très classiquement, trois modes de comptabilisation possibles, et dans son bordel ambiant, l’Union européenne n’a pas précisé le mode d’emploi. L’Estonie utilise le régime qui lui est le plus favorable — comme la France, d’ailleurs, mais les dépenses estoniennes sont plus élevées.
    “Nouvelles d’Athènes” cherche à monter en épingle un détail technocratique pour faire un scandale financier. On n’est pas ici dans la divergence d’interprétation mais dans la propagande poutinophile délibérée. Vous êtes-vous laissés abuser ou bien adhérez-vous à la manoeuvre ?

    • patphil dit :

      un “détail technocratique” c’est drole mais le mot détail m’interpelle, détail!!! quelques millions d’euros, un “détail” ….

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, International

Pologne. 100 000 tentatives d’entrées illégales dans l’UE depuis la Biélorussie, 90 % des clandestins détiendraient des visas russes

Découvrir l'article

A La Une, International

Stanislav Aseyev : « Si l’Ukraine tombe, la Moldavie ou les États baltes suivront » [Interview]

Découvrir l'article

Tourisme

Tourisme en Estonie. A la découverte du Parc national de Lahemaa

Découvrir l'article

International

Ukraine : la folle marche de l’Histoire

Découvrir l'article

A La Une, International

Ukraine. Nikola Mirkovic de retour du Donbass : « Cette guerre est une autodestruction sans nom, une autolyse slave, un traumatisme et une blessure pour tous les Européens » [Interview]

Découvrir l'article

Tourisme

Tourisme : 10 choses à faire ou à voir en famille en Estonie

Découvrir l'article

Tourisme

À la découverte de Tallinn, pépite de l’Estonie

Découvrir l'article

International

Le gouvernement Irlandais réduit les dépenses d’argent public pour les réfugiés Ukrainiens

Découvrir l'article

International

Gaza, Ukraine….Peut-on échapper à l’escalade belliciste ?

Découvrir l'article

A La Une, International

« Nous devons trouver une solution qui tienne compte des agriculteurs » : Entretien avec Ryszard Czarnecki, député européen

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky