La protection contre les agressions à l’arme blanche évolue.

Aujourd’hui le public est pris entre deux feux en ce qui concerne les agressions hors domicile, il peut certes trouver et acheter divers moyens de se défendre mais pour la plupart ces moyens sont interdits de manière préventive et souvent hors de portée au moment de l’agression…

La sécurité contre les agressions est également peu ou pas assurée dans les lieux publics ; gares, métros, parkings etc … de plus le mode opératoire des agressions et leur quasi impunité ne plaide pas en faveur de leur disparition ou même de leur réduction en nombre. S’il n’est pas légal de transporter un outil de défense et même quasiment impossible de l’avoir en main constamment ou au moment de l’agression il reste néanmoins des solutions qui peuvent réduire la gravité des conséquences des agressions. Comme dans toute guerre co-existent à la fois épées et boucliers, même dans cette guerre à bas bruit et basse intensité que nous font vivre les criminels dans ce champ de bataille que peut parfois devenir notre vie quotidienne.

Aujourd’hui l’épée c’est le couteau ou l’arme blanche en général (ciseaux, cutter) qui s’imposent discrètement dans l’arsenal des assassins et le seul bouclier possible c’est la « cote de maille » d’aujourd’hui, un vêtement tout aussi discret mais de plus en plus protecteur au fur et à mesure que la recherche avance.

Ces nouvelles matières tentent de répondre à deux objectifs principaux :

  • La résistance à la coupure et à la perforation
  • La facilité d’utilisation quotidienne.

Comment se retrouver dans les vêtements anti coupure et surtout dans la variété des matériaux qui les composent ?

Dans les années 60 une équipe de scientifiques a accidentellement développé un nouveau matériau : le Kevlar utilisé depuis dans la défense avec les gilets pare balles, elle est aussi adoptée pour des vêtements résistants à la coupure et à la déchirure comme les gants en milieu industriel.

Dans les années 90 d’autres matériaux, le Spectra et le Dyneema sont découverts qui, malgré leurs qualités supérieures n’atteindront jamais la notoriété du Kevlar ! Le Kevlar c’est un peu le Frigidaire ou le Kleenex de la défense, une « marque » qui écrase toutes les autres. Pourtant les professionnels des armées ne s’y sont pas trompés, le gant en kevlar a par exemple été remplacé par un gant à doublure spectra aux performances nettement supérieures en matière de résistance à la coupure.

Aujourd’hui on utilise encore le Kevlar ou l’aramide, sa forme tissée dans des applications pare balles, mais de plus en plus rarement dans les vêtements anti coupure. A titre d’exemple à poids égal le Spectra, utilisé dans les manutentions lourdes (pose de cables sous marin) est 3 fois plus résistant que le Kevlar. La fréquence des attaques au couteau et les exigences de l’industrie ont permis d’accélérer l’émergence de nouvelles technologies dans ce domaine.

Des progrès substantiels ont permis d’augmenter considérablement les niveaux de protection face aux attaques au couteau, aussi bien en coupure qu’en perforation. La problématique de la perforation est de trouver un compromis entre épaisseur et flexibilité pour éviter d’être gêné dans les mouvements et garantir une protection optimale des organes vitaux.

La nouveauté aujourd’hui dans ces vêtements c’est que la protection se trouve dans toute l’épaisseur du tissu et non plus seulement dans la doublure afin de protéger aussi bien des coupures que des perforations.   Ces protections comme le K-Secure sont fabriquées à base de polyéthylène qui ont reçu les notes maximales sur tous les critères des normes européennes actualisées relatives à la résistance à la déchirure l’abrasion, la coupure et même la perforation. La cerise sur le gâteau c’est que le travail réalisé sur ce matériau a également permis de lui ajouter une propriété intéressante, en effet son porteur bénéficie d’un effet rafraichissant notamment lors des longues stations durant les périodes de chaleur.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Port d’armes à feu pour les citoyens vulnérables qui permettra également de protéger les autres qui se font agressé par les nouveaux sauvages qui peuple notre pays et en voie de développement. La police ne peut pas tout et est limitée par l’état de droit.

    1. Ca fait des années qu’on fait du Yakafokon sur les commentaires, si ça sauvait des vies on le saurait, aujourd’hui ce n’est toujours pas le cas, il n’y a toujours pas de port d’armes et même au contraire on s’en éloigne et en attendant les victimes s’entassent … alors qu’est ce qu’on fait , on reste chez soi à ressasser le bon vieux temps ou on sort protégé ?

  2. Les meurtriers, grâce à notre Droit Français, s’en tirent toujours à bon compte alors plutôt que d’être habillé comme Du Guesclin je préfère la philosophie ” western” avec des armes, surtout à partir d’un certain âge…..avec un bon avocat ça doit se faire plutôt que les marches blanches, les fleurs, les discours larmoyants des élus et l’inévitable cellule psychologique…..désolé pour le côté viril mais le transgenre n’existait pas à mon époque !

  3. Un article totalement illusoire !!! Parfois je ne comprends pas, je suis perdu !… Le feu attaque la toiture et l’on discutte sur la qualité et la couleur de l’eau à pourvoir pour éteindre l’incendie !?!…
    Oui ! la France et les Français font plus que m’interroger …

    1. Désolé mais non il n’est pas illusoire , c’est le bouclier d’aujourd’hui … soyez pragmatique ou bien prenez vous en main et révoltez vous pour de bon , le pire c’est de rester immobile à se contenter de commenter

  4. les agresseurs sortent au bout de quelques temps, quand ils sont condamnés à de la prison, que font ils ensuite, ils recommencent, la preuve les agressions au couteau sont en nette augmentation chaque année

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS