Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Irlande du Nord. L’Ordre d’Orange appelle à un sursaut unioniste et loyaliste après la défaite aux élections

Le journal officiel de l’Ordre d’Orange en Irlande du Nord indique que les résultats des récentes élections municipales “doivent être un signal d’alarme” pour l’unionisme après un “taux de participation inacceptable”. Selon un éditorial de l’Orange Standard, les résultats ont posé des problèmes aux principaux partis unionistes, qui doivent faire sortir leurs électeurs et gérer les transferts de voix vers d’autres partis.

Les partis unionistes doivent examiner la manière dont le soutien à l’unionisme peut être cultivé, en reconnaissant que de nouveaux votes pourraient bien provenir de ceux qui ne partagent pas leur point de vue sur “d’importantes questions religieuses, morales et sociales”. Les partis unionistes doivent tendre la main et se rapprocher des jeunes électeurs, comme l’ont fait le Sinn Fein et le Parti de l’Alliance, suggère l’éditorial.

« La nécessité de réduire de manière significative l’apathie au sein de la base électorale unioniste est l’une des questions qui a été mise en avant. Dans certaines régions à majorité unioniste, le taux de participation des électeurs éligibles n’a pas dépassé 40 %/ Un travail important doit être réalisé pour renforcer l’engagement des unionistes dans le processus politique, en particulier lors des élections. En tant que communauté unioniste, nous devons nous lever et être pris en compte lorsque cela est vraiment important »

Le journal poursuit : « Les principaux défis pour l’unionisme sont la solidarité croissante de la communauté nationaliste autour du Sinn Fein et de tout ce qu’il représente ; la mobilisation du vote des jeunes par les partis non unionistes ; le taux de participation inacceptablement bas dans les régions traditionnellement unionistes et le manque de coopération stratégique et de transferts entre les candidats unionistes afin de maximiser la représentation. Plutôt que de s’apitoyer sur son sort et d’évoquer le caractère inévitable d’un scrutin frontalier, la situation actuelle doit être un signal d’alarme pour tous ceux qui se considèrent comme des unionistes. Il ne peut y avoir de capitulation face aux républicains, qui peuvent désormais supposer que la communauté unioniste est démoralisée et battue, et qu’elle finira par disparaître tranquillement. Avec les élections générales qui se profilent à l’horizon, nous devons utiliser la déception actuelle comme un catalyseur pour identifier et relever d’urgence les défis électoraux auxquels nous sommes confrontés »

Par ailleurs, les Apprentice Boys of Derry (ABOD), autre groupe orangiste important, ont déclaré que le protocole en Irlande du Nord restait “préjudiciable à l’Union en raison de la domination continue de la législation et des réglementations de l’UE dans les domaines de la fabrication, de la transformation et du commerce”.

Selon ABOD, le coût des affaires et la réduction du choix des consommateurs entraîneront une augmentation des prix de tous les jours et l’Irlande du Nord devra payer pour “l’arrogance” de Londres, de Bruxelles et de Dublin. L’ABOD estime que le cadre de Windsor n’a fait que réduire le nombre de cases à cocher sur les formulaires exigés par l’UE pour ce qui devrait être des transactions commerciales de routine au sein du Royaume-Uni.

Une déclaration signée par le secrétaire général William Moore et le gouverneur Graeme Stenhouse conclut : « Les partis unionistes d’Irlande du Nord devraient mettre le gouvernement de Westminster au pied du mur. Il ne devrait même pas être question de retourner à Stormont avant que les conséquences de la courbette du Premier ministre devant l’UE ne soient pleinement comprises. Alors que certains pourraient se féliciter des fonds supplémentaires alloués au budget de l’Irlande du Nord comme excuse pour retourner à Stormont, cela ne fera pas la moindre différence dans la mise en œuvre du protocole. Il devrait aller de soi que l’Union n’est pas à vendre »

Acculés démographiquement, perdants sur le plan électoral, intéressant de moins en moins l’opinion public en Angleterre, hormis chez la classe ouvrière blanche, les unionistes d’Ulster sont inquiets pour leur avenir. Et si celui-ci ressemblait demain à celui des Pieds Noirs d’Algérie, avec tout de même quelques siècles de légitimité territoriale supplémentaire pour les protestants d’Ulster ?

Crédit photo : Breizh-info.com

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, Politique

Rassemblement national : Victoire ou défaite ?

Découvrir l'article

Politique

Le Rassemblement national aux législatives en Corse : analyse

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Législatives 2024. Le Rassemblement national devant la gauche au second tour en nombre de voix

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Arrivé en tête au Premier tour des Européennes et des Législatives en Bretagne, le RN n’y a aucun député

Découvrir l'article

Politique

Législatives en Bretagne. Les débats du second tour en vidéo (Ille et Vilaine et Côtes d’Armor)

Découvrir l'article

A La Une, Politique

« L’avenir de la civilisation et des enfants est en jeu ». Entretien avec Malika Sorel

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Législatives 2024. Comment la droite peut gagner ?

Découvrir l'article

Tribune libre

Éloge des radicaux, ou pourquoi la gauche peut gouverner plus facilement que le RN [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Alain de Benoist : « Le RN n’est pas en train d’unir les droites, mais d’absorber ses concurrents » [Interview]

Découvrir l'article

Politique

2024 : électeur devient un métier absorbant : les survivants

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky