Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Balázs Orbán : Les cinq piliers d’une Europe prospère

Balázs Orbán, le directeur politique du Premier ministre hongrois Viktor Orbán propose un plan en cinq points qui pourrait conduire à la renaissance socio-économique de l’Europe, dans le paysage géopolitique changeant du XXIe. siècle

Premier pilier : l’Occident en tant que puissance économique

Au XXe siècle et jusqu’aux dernières décennies, “l’Occident”, c’est-à-dire les États-Unis et l’Europe en tant que sphère économique collective, a dominé le reste du monde grâce à ses prouesses économiques. D’autre part, cette hégémonie occidentale et “la rivalité économique entre les mondes occidentaux et non occidentaux approchent d’un état d’équilibre après deux siècles, ce qui signifie un changement capital dans les civilisations”.

En termes plus simples, cela signifie que l’Est a commencé à concurrencer avec succès l’hémisphère occidental en termes de produits et de main-d’œuvre, tout en commençant à rattraper son retard dans les technologies essentielles et en bénéficiant en outre des matières premières et des ressources indispensables à l’économie européenne.

Balázs Orbán souligne que pour “naviguer dans cette nouvelle réalité, il est crucial de comprendre comment l’Europe a réussi par le passé à faire face aux grands changements mondiaux” et que “nous devons examiner les approches utilisées pour unir les diverses nations européennes avec des valeurs, des identités et des intérêts différents dans une coopération réussie”, en adoptant la devise “unis dans la diversité”.

Deuxième pilier : renforcer les institutions et définir les règles de la mondialisation

La perte de confiance dans nos institutions est facilement perceptible par n’importe qui. Selon M. Orbán, alors que les “challengers de l’ordre existant construisent activement des systèmes alternatifs d’accords, forment des alliances et établissent des plateformes pour traiter les conflits”, ces nouvelles influences atteindront un “point de basculement inévitable”, contournant le cadre institutionnel existant et créant des systèmes parallèles dans lesquels ils pourront prospérer. Par conséquent, M. Orbán suggère que l’Europe poursuive l’expansion de l’UE, en exerçant son contrôle, mais en “réduisant le pouvoir bureaucratique trop centralisé à Bruxelles” et en laissant les États membres conserver leur vision de la souveraineté.

Troisième pilier : Il n’y a pas de “fin de l’histoire”

Le déclin de l’hégémonie mondiale des États-Unis Orbán affirme que “l’imposition” du modèle politique et économique néolibéral a abouti “à l’aliénation du reste du monde” et, par conséquent, “a réuni ses adversaires dans une coopération de plus en plus étroite”. Cela est étroitement lié au deuxième pilier, car des événements comme la guerre russo-ukrainienne montrent clairement comment un événement peut influencer le statu quo à l’échelle mondiale et conduire à de nouvelles formes d’engagement socio-économique. Balázs Orbán note que nous assistons à la naissance d’un “monde multipolaire” et que, pour que l’Occident puisse protéger ses intérêts, il est essentiel qu’il se dote de sa propre armée permanente, réduisant ainsi sa dépendance à l’égard des États-Unis.

Quatrième pilier : Renforcer la compétitivité et l’énergie abordable

Avec la guerre en Ukraine, la majeure partie de l’Europe centrale s’est retrouvée entre le marteau et l’enclume, en termes d’accès et d’approvisionnement en énergie. La “transition verte” est inévitable, mais comme “les changements politiques rapides ont dépassé les avancées technologiques”, les énergies renouvelables sont restées plus chères que les autres sources, ce qui a entravé la compétitivité économique. Balázs Orbán prévient que si la transition n’est pas mise en œuvre progressivement, elle entraînera “le déclin de l’industrie européenne et la situation précaire à laquelle est confrontée la classe moyenne européenne en difficulté deviendra inévitable”.

Cinquième pilier : Dépasser le fossé idéologique et les valeurs chrétiennes

Enfin, Balázs Orbán propose d’entretenir le cadre de valeurs et d’idées qui a fait la grandeur de l’Occident. Il souligne que “construire une Europe meilleure, plus juste et plus sûre” en traduisant les valeurs et les enseignements chrétiens dans le cadre économique et politique et en préservant les principes de ces idées peut servir de fondement culturel commun sur lequel les États européens pourront collaborer et prospérer dans les années à venir.

Crédit photo :- DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, International

J.D. Vance (sénateur Républicain de l’Ohio) : « J’aimerais que les élites européennes écoutent leurs citoyens pour une fois »

Découvrir l'article

BREST

Incendies de voitures à Brest : une vague inquiétante touche la ville

Découvrir l'article

International

Hongrie. « Aucune pitié pour les pédophiles ». Le Premier ministre Orbán propose une protection constitutionnelle pour les mineurs

Découvrir l'article

A La Une, International

Les élections en Europe en 2024 : une bataille entre plusieurs « tribus »

Découvrir l'article

A La Une, International

Europe : quand la gauche gouverne avec les nationalistes.

Découvrir l'article

International

Des violences durant la Saint-Sylvestre dans toute l’Europe occidentale

Découvrir l'article

International, Sociétal

Expatriation : elle tente 1 jeune Français sur 2 mais pas les électeurs de Macron

Découvrir l'article

International

La Bascule du monde : quelques données économiques à prendre en compte

Découvrir l'article

Economie

4 milliards d’euros de vaccins COVID périmés jetés en Europe

Découvrir l'article

International

Révision de la directive miel : le parlement européen a tranché

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍