Sommet de Budapest 2022. Le Mathias Corvinus Collegium et l’importance des valeurs transmises à nos enfants

Le sommet Budapest 2022, organisé par le Mathias Corvinus Collegium (MCC) les 16 et 17 février, a été un succès retentissant et une preuve supplémentaire que Budapest est en train de devenir une nouvelle Rome de la pensée conservatrice. L’événement s’est concentré sur un thème très actuel, « Les valeurs que nous enseignons à nos enfants », à l’heure où la Hongrie et la Pologne font face aux foudres de la Commission européenne pour ne pas avoir accepté l’idéologie du genre dans leurs écoles.

Hongrie. A la découverte du Mathias Corvinus Collegium (MCC), qui forme les talents et décideurs de demain en Europe Centrale [Entretien]

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission, a défini cette idéologie comme faisant partie des « valeurs européennes », d’où l’importance de savoir quelles valeurs sont saines pour une société et doivent être transmises à nos enfants. À cette fin, l’événement du MCC a accueilli plus de 30 orateurs invités qui ont partagé leurs idées dans le cadre de tables rondes lors de conférences auxquelles plus de 750 personnes ont assisté pour écouter des experts de renommée internationale venus du monde entier.

Les invités ont eu l’occasion de rencontrer d’éminents experts étrangers tels que Katy Faust, fondatrice de l’organisation de défense des droits de l’enfant Them Before Us ; l’auteur à succès du New York Times Heather Mac Donald du Manhattan Institute ; le philosophe de renommée mondiale, chroniqueur, et membre invité du CMC Peter Boghossian ; Frank Füredi, sociologue et professeur à l’université du Kent ; Joshua Katz, linguiste, classiciste et professeur à l’université de Princeton ; John O’Sullivan, commentateur politique et journaliste ; Rod Dreher, auteur à succès et rédacteur en chef de The American Conservative ; et Josh Hammer, rédacteur d’opinion à Newsweek et chargé de recherche à la Fondation Edmund Burke.

M. Hammer a écrit un article sur sa visite en Hongrie, intitulé The view from Budapest : « Les médias occidentaux couvrent généralement Orban de manière hystérique, l’accusant d’autocratie, de crypto-fascisme ou de voyoucratie pure et simple. Il est difficile de croire que ces guerriers du clavier de gauche aient jamais rencontré Orban, et encore moins qu’ils aient passé du temps avec lui […] Par expérience directe, je peux attester que le Premier ministre n’a rien de la caricature que les médias dépeignent […] C’est aussi un véritable intellectuel conservateur. Orban a passé du temps à Oxford, et il consacre un jour par semaine à se documenter et à se plonger dans des lectures politiques de fond. Pour reprendre une expression populaire en ligne, il a fait la lecture ».

Outre les experts étrangers, la conférence a été suivie par des représentants du monde politique tels que Judit Varga, ministre de la justice, qui souligne que « le MCC, l’un des collèges d’études avancées les plus importants d’Europe centrale, place notre pays sur la carte de la réflexion mutuelle avec des intervenants internationaux prestigieux ». Balázs Orbán, directeur politique du Premier ministre hongrois, a déclaré dans son discours que « nous devrions apprendre à nos enfants à être indépendants dans leur réflexion, créatifs dans leur travail, préparés dans les débats, mais qu’ils doivent professer de tout cœur les valeurs fondamentales de la civilisation occidentale, chrétienne et celle de la Hongrie simultanément ».

Étaient également présents des orateurs hongrois de renom tels que Gergely Böszörményi-Nagy, fondateur de la Fondation MOME, le professeur András Lánczi, membre du conseil d’administration du MCC, et Gergely Szilvay, journaliste senior au Mandiner et auteur de A gender-elmélet kritikája (Une critique de la théorie du genre), un livre qui met en garde contre les terribles conséquences de l’idéologie du genre et de « l’Ouest autodestructeur et autodévalorisant du progressisme ».

Plusieurs membres du personnel académique du MCC se sont exprimés lors de la conférence, notamment Imre Porkoláb, directeur de la Leadership Academy, Melinda Hal, directrice du centre « Body and Soul », Boris Kálnoky, directeur de l’école des médias, János Setényi, directeur de l’Institut d’apprentissage, Lénárd Sándor, directeur du centre de droit international, Márton Sulyok, directeur du centre de droit public et Rodrigo Ballester, directeur du centre d’études européennes. Ballester a noté que l’événement avait été un grand succès et que « de nombreux penseurs conservateurs viennent en Hongrie pour pouvoir s’exprimer librement« .

L’événement du MCC a mis en lumière l’importance de protéger nos enfants et de leur transmettre des valeurs traditionnelles, des valeurs qui les dotent de connaissances et offrent un cadre sûr pour leur croissance, et qui peuvent également constituer une issue à la crise que traversent nos sociétés. Selon Katy Faust, « les enfants ont besoin de stabilité et d’équilibre, et c’est aux parents de répondre à ces besoins ».

En ce qui concerne les établissements d’enseignement, le Dr Calum Nicholson a déclaré que l’éducation formelle d’aujourd’hui se concentre principalement sur la transmission de contenus et de connaissances techniques au détriment des étudiants, et que l’on accorde moins d’importance à la transmission des valeurs traditionnelles et des modes d’interaction plus naturels qui ont historiquement eu un impact sur la socialisation des jeunes.

Une autre intervenante, l’historienne Hélène de Lauzun, a souligné la fonction éducative des séries télévisées. Selon elle, les jeunes d’aujourd’hui lisent moins de livres et regardent moins de films. Au lieu de cela, les séries télévisées sont devenues le seul moyen de maintenir l’intérêt des jeunes et ces programmes ont donc une énorme influence sur la formation de l’identité des enfants.

Les résumés du Sommet 2022 du MCC Budapest sur les valeurs que nous enseignons à nos enfants sont disponibles sur le site officiel du Mathias Corvinus Collegium. Le succès de la conférence annonce une pertinence croissante des activités du MCC, avec des intervenants de haut niveau qui, dans de nombreux cas, souffrent du manque de liberté d’expression dans leurs pays sous la dictature du politiquement correct et qui trouvent en Hongrie un véritable espace de liberté académique, ce qui est une excellente nouvelle pour les conservateurs du monde occidental.

Alvaro Pena (El Coreo de Espana)

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !