page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Judit Varga, tête de liste Fidesz aux élections européennes : « L’immigration économique n’est pas un droit de l’homme » [Interview]

Judit Varga a été ministre de la Justice de la Hongrie de juillet 2019 au 31 juillet 2023, date à laquelle elle a démissionné pour annoncer sa candidature en tant que tête de liste du parti Fidesz au pouvoir pour les élections européennes de 2024. Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewée pour The European Conservative, traduction par nos soins.

Vous êtes ministre de la justice depuis quatre ans et le visage le plus visible du gouvernement hongrois à Bruxelles. Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections européennes et de conduire la liste électorale du Fidesz pour 2024 ?

Le Premier ministre m’a demandé pourquoi je voulais quitter mes fonctions alors que tout allait bien. Je faisais tout ce qu’il fallait. Mais la vérité, c’est qu’en tant que ministre, vous gérez un bureau 24 heures sur 24 et vous ne pouvez pas vous occuper des questions politiques comme vous le souhaiteriez. Maintenant, je veux me concentrer sur les élections européennes, en particulier au sein du mouvement conservateur, et avoir le temps de voyager, de faire connaître nos points de vue et de montrer l’alternative à l’électeur européen. Il existe une bonne alternative hongroise et pro-européenne pour diriger les institutions européennes qui peut réussir. C’est ce que je veux transmettre aux citoyens européens pour aider la droite conservatrice à remporter la majorité l’année prochaine.

Après les arrivées massives de migrants sur l’île italienne de Lampedusa, une conférence de presse a été tenue par Giorgia Meloni et Ursula Von der Leyen. La présidente de la Commission européenne a montré une nouvelle fois son incapacité à faire face à la réalité et de plus en plus de personnes pensent que l’UE n’a pas de solution. Pensez-vous qu’il soit possible de changer l’Union européenne ?

Judit Varga : Je suis optimiste et je pense que nous avons une chance, surtout si nous montrons aux citoyens quelles sont les conséquences de l’immigration clandestine massive. Pour cela, nous avons besoin d’une forte présence médiatique. De plus, à l’heure actuelle, les grands médias font appel aux sentiments et non à la rationalité. Les pays méditerranéens sont soumis à une pression émotionnelle énorme lorsqu’ils voient des enfants mourir en mer, mais si vous êtes un décideur politique, vous devez envoyer un message différent et responsable. Le problème du paquet migratoire actuellement négocié est la philosophie qui le sous-tend : une philosophie d’ouverture des frontières et d’envoi de lettres d’invitation. Le message qui doit être envoyé est le suivant : il n’y a pas de possibilité de répartition, ne venez pas. Si un pays a besoin de main-d’œuvre, il peut le faire par des voies légales, et il existe pour cela des ambassades, des consulats et des programmes de coopération avec des pays tiers. Ce qui n’est pas juste, c’est de faire porter le fardeau à des pays qui n’ont pas été présents dans le tiers-monde et qui n’ont pas de lien historique avec son passé. Nous n’avons jamais pris part à ces décisions, alors pourquoi devrions-nous en assumer la responsabilité ? Il s’agit d’une position centro-européenne et hongroise. Nous n’avons jamais accepté d’envoyer des lettres d’invitation au monde entier et nous ne partagerons pas le blâme pour cela. L’UE dispose de suffisamment d’atouts pour gérer ce problème, tels que les instruments financiers permettant de conclure des accords avec des pays tiers afin d’arrêter, et non de gérer, l’immigration. Le principe sous-jacent devrait être de changer complètement et de dire : Non, le principe de base est de ne pas venir ici. Tout le reste n’est que du vent.

Comme vous le dites, la pression émotionnelle est énorme. Si vous n’acceptez pas l’ouverture des frontières, vous êtes tenu pour responsable de ce qui arrive aux migrants.

Judit Varga : Les hommes politiques qui font appel à nos émotions sont responsables des personnes qui sont assises sur ces bateaux, parce qu’ils leur ont fait comprendre qu’ils devaient venir en Europe. De notre point de vue, c’est un mauvais message. En matière de politique migratoire, nous n’avons pas besoin de compromis, mais d’une tolérance respectée. Je tolère la politique migratoire des autres pays, mais j’attends le respect de ma politique migratoire. En fait, nous avons besoin de respect pour notre position. Telle devrait être la manière européenne de traiter les problèmes. Le respect mutuel.

Un député grec a prononcé un excellent discours sur le trafic de migrants et la criminalité en Méditerranée, dans lequel il affirmait que tant que nous ne mettrons pas fin à ces activités, tant que nous n’enverrons pas le message aux ONG que ce sont les États membres qui décident qui entre et qui n’entre pas, nous aurons toujours ce problème. La Hongrie a montré sur terre, avec une forte protection physique, qu’il est possible d’arrêter l’immigration illégale. Et en mer, c’est également possible, comme l’a montré la période de Salvini en tant que ministre de l’intérieur.

M. Salvini aura un nouveau procès dans cette affaire au début du mois d’octobre, au cours duquel l’acteur milliardaire Richard Gere témoignera contre lui.

Judit Varga : En Hongrie, nous prenons des mesures légales pour protéger nos frontières, qui ont été dénoncées par la Commission européenne, et nous subirons bientôt des amendes quotidiennes pour ne pas respecter certaines décisions, en gros plusieurs milliers d’euros par jour. En fait, il s’agit d’un très bon sujet de campagne : pour protéger l’Europe, il faut payer une amende. Nous avons également introduit les hotspots pour éviter ce que l’on appelle la “migration secondaire”. Si vous voulez entrer en Hongrie depuis la Serbie, vous ne pouvez pas déposer votre demande d’asile à la frontière, vous devez le faire au consulat de Belgrade, et c’est là que la décision est prise de l’accepter ou non. Car une fois à l’intérieur de l’UE, si la décision n’est pas prise avant le court délai, ce qui n’est jamais le cas, les demandeurs d’asile sont libres de se déplacer au sein de l’espace Schengen. Cette mesure a également été dénoncée et se trouve devant la Cour européenne, et nous perdrons. Le plus drôle, c’est l’hypocrisie, car on découvre ensuite que les maires belges se plaignent des problèmes causés par cette migration secondaire et demandent une solution.

La solution est ici : N’apportons pas le problème à l’Europe. Mais avec ce paquet migratoire de l’UE, c’est impossible parce que cela va à l’encontre des intérêts de l’Europe et constitue une menace pour sa culture.

Je voudrais dire aux électeurs européens que ce n’est pas une question d’humanité. L’immigration économique n’est pas un droit de l’homme, mais l’asile en provenance d’une zone de guerre en est un. Un pays voisin d’une zone de guerre doit accueillir des réfugiés, comme l’a fait la Hongrie avec l’Ukraine (1,2 million de demandeurs d’asile ont déjà été accueillis depuis le début de la guerre), mais lorsqu’il s’agit de migrants économiques qui viennent de pays lointains et ont traversé de nombreux pays sûrs, c’est absurde d’un point de vue juridique.

Nous avons les exemples récents du Belarus et de la Pologne, où l’immigration a été utilisée comme une arme de déstabilisation par le régime de Lukashenko. En Espagne, nous subissons régulièrement des pressions de la part du Maroc, et le cas italien semble également prémédité. Ne pensez-vous pas aussi qu’il faut en finir avec ce mythe, cette mentalité naïve, selon laquelle l’immigration est toujours une bonne chose ?

Judit Varga : C’est une mentalité hypocrite qui ne veut pas voir la réalité. Le moment est venu, avec les élections européennes, pour nos citoyens de faire un choix libre. Nous devons utiliser tous les canaux, les réseaux sociaux, pour contourner les grands médias et montrer la réalité. Encore une fois, nous devons être unis, quels que soient les noms, les chefs de parti ou les groupes. Il existe différentes sensibilités au sein de la droite européenne, mais dans mon humble romantisme hongrois, j’aimerais inscrire quelques mots sur le drapeau de la droite européenne : Pas d’immigration, pas de sexe, pas de guerre, pas d’empire européen mais des États-nations libres. Ce sont des mots très simples, luttons ensemble pour que cette mission soit accomplie et obtenons autant d’électeurs que possible. Nous devons créer un élan pour que les citoyens soient réellement encouragés à penser que nous sommes unis sur ces principes, quelle que soit notre position au sein de la droite. Je pense que tous les partis de droite devraient faire figurer cela dans leurs messages, car cela montre aux citoyens qu’ils ont le choix, qu’ils peuvent élire quelqu’un qui dit ce qu’il pense. En Hongrie, le Fidesz a toujours nommé le problème au bon moment. Lorsque nous avons constaté que l’immigration n’était pas bonne pour nos concitoyens, nous l’avons dit, sans nous soucier des conséquences ou de la pression médiatique.

Il est très important d’avoir la “zone de pouvoir centrale”, c’est ainsi que nous l’appelons, ce qui, d’un point de vue intellectuel, signifie que face à différents défis, comme le genre, la famille, l’immigration ou d’autres phénomènes, notre mouvement politique cherche les bonnes réponses qui s’identifient à notre identité culturelle. Je vais vous donner un exemple : si vous demandez en Hongrie s’il est préférable de vivre de subventions et d’avoir des enfants, ou de vivre de son travail et d’avoir des enfants grâce à des réductions d’impôts, il est évident que la bonne réponse est de vivre dans une société basée sur la famille et le travail. Et nous identifions notre mouvement politique à cette réponse normale et correcte. Et même si beaucoup ne m’aiment pas ou n’aiment pas mon parti, c’est en faveur de la réponse que nous donnons. Si nous demandons aux Hongrois si la famille est importante, 99 % d’entre eux répondront par l’affirmative, et nous avons placé la famille au centre de nos politiques depuis de nombreuses années. Il en va de même pour l’immigration : nous avons dit que ce n’était pas une bonne chose et qu’il fallait y mettre un terme.

Que peut dire l’opposition ? Que c’est une bonne chose alors que la majorité des Hongrois, y compris un grand nombre de leurs électeurs, la rejettent ?

Un exemple serait le référendum contre la propagande Woke qui s’est tenu en Hongrie le même jour que les élections générales. Je crois que le nombre de personnes qui ont voté contre cette propagande a dépassé celui des personnes qui ont voté pour le Fidesz.

Judit Varga : En effet, trois millions de Hongrois ont voté pour le Fidesz. Trois millions de Hongrois ont voté pour le Fidesz, mais 3,7 millions ont voté contre la propagande woke. 700 000 voix qui ne nous ont pas élus, mais qui ont élu notre politique contre l’idéologie du genre. Je pense qu’il s’agit là d’une bonne stratégie et d’un bon comportement en politique : réaliser ce dont la société a besoin. C’est notre recette pour une politique conservatrice réussie. Nous devons nous exprimer et l’aile droite doit être unie. Travailler les uns contre les autres au sein de la droite ne devrait pas être une stratégie.

Les différentes sensibilités et positions, par exemple dans le cas de la guerre en Ukraine ou des conflits nationaux entre pays, rendent très improbable l’union de la droite européenne en un seul groupe, mais, au vu de la situation grave que nous connaissons, pensez-vous qu’il soit possible de surmonter ces différences et d’établir une collaboration efficace sur quelques points communs ?

Judit Varga : Il faut privilégier les questions importantes et ne pas se préoccuper des divisions internes. Lorsqu’il s’agit de former des groupes, il y a des règles strictes à suivre et il s’agit surtout d’une étape plus tactique et mathématique. Mais la première étape est d’obtenir le plus grand nombre de voix possible et c’est le message que je veux transmettre à tous les dirigeants politiques, car il est dans notre intérêt de parvenir à cette dynamique au cours de la campagne européenne. Je crois que c’est possible, sinon rien ne changera. Si les Européens ne veulent pas plus d’immigration et de propagande sexiste dans les écoles, il faut qu’ils aillent voter. Nous devons parler de souveraineté, des intérêts stratégiques européens et de la manière de protéger notre mode de vie, car c’est ce qui est en jeu. Il faut demander aux citoyens européens s’ils aiment leur mode de vie actuel et leur expliquer qu’il est en danger. Il y a un réel danger culturel et dans 100 ans, l’Europe ne sera plus reconnaissable.

Je ferai de mon mieux pour diffuser ce message et je pense que les politiques hongroises sont un bon exemple. Au sein de la droite européenne, nous avons des divergences d’opinion internes concernant les relations avec la Russie, bien qu’elles aient existé avant la guerre. Pour des raisons géopolitiques et géographiques, nous recevons leur énergie, nous voulons nous libérer de cette dépendance, mais nous avons besoin de plus de temps et c’est pourquoi nous ne soutenons pas les sanctions énergétiques. La Pologne a une histoire différente et nous la respectons. Au-delà de ces différences, l’alliance entre la Pologne et la Hongrie reste intacte. Nous continuons à entretenir une très bonne coopération professionnelle lorsqu’il s’agit des vrais problèmes. Je recommande donc à notre opposition, partout en Europe et en Hongrie, de ne pas assister aux funérailles de l’amitié entre la Hongrie et la Pologne, car elle est florissante et restera très active.

Dans les deux cas, il s’agit de défendre les intérêts nationaux, ce qu’un gouvernement est censé faire.

Judit Varga : C’est ce qu’un gouvernement est censé faire. Si vous ne vous respectez pas vous-même, comment voulez-vous que les autres vous respectent ? Je ne suis pas d’accord avec bon nombre des politiques suivies, par exemple, par l’Allemagne, qui tente d’imposer sa politique étrangère fondée sur des valeurs, avec les conséquences que cela aura sur ses affaires, mais ce sont là les décisions d’un gouvernement démocratiquement élu. Nous pensons que nous devons être plus pragmatiques dans nos relations avec les pays tiers. Ce que nous pouvons offrir aux citoyens européens, c’est une alternative beaucoup plus rationnelle avec une utilisation plus respectueuse des institutions, et les élections européennes nous offrent la possibilité de changer l’équilibre des pouvoirs, parce que sinon, nous aurons plus de la même chose : plus d’immigration, plus d’euro-fédéralisme, plus de structures supranationales, et l’UE ira vers la désintégration, quelque chose qui a déjà commencé avec le système de prise de décisions en ignorant les intérêts des États membres. Tout cela va à l’encontre de l’unité et des intérêts européens, de l’ensemble du continent, de ses racines chrétiennes et de l’esprit de partenariat et de consensus. L’UE ressemble de plus en plus à une multinationale qui s’appuie sur des ONG financées par la communauté internationale et dont les politiciens se comportent comme des marionnettes parce qu’ils sont vulnérables aux médias. Est-ce là le monde dans lequel nous voulons vivre ou allons-nous donner de l’espace à la souveraineté, à l’intérêt national et à la coopération respectueuse ?

Vous avez dit tout à l’heure que travailler les uns contre les autres à droite ne devrait pas être une stratégie. Malheureusement, c’est ce qui s’est passé lors des dernières élections en Espagne, où le Parti populaire a attaqué son seul allié possible, VOX. Quelle recette donneriez-vous à la droite espagnole pour qu’elle devienne une alternative réussie ?

Judit Varga : La recette, c’est d’être honnête quoi qu’il en coûte, mais avant cela, il faut savoir ce dont la société espagnole a besoin, et peut-être que la société espagnole n’est pas comme la société hongroise, qui a sa propre mentalité et ses propres traditions. Il faut rester fidèle à ses principes même si on est stigmatisé et attaqué, parce qu’à long terme, cela montrera que l’on est une alternative qui fonctionne. Pour cela, les hommes politiques doivent avoir une certaine mentalité.

Nous en avons un mauvais exemple avec le PPE, qui a abandonné ses propres principes au profit d’un opportunisme à court et moyen terme. Ils pensaient que parce que les libéraux étaient dominants, ils devaient suivre leur discours et rejeter tous leurs principes, du christianisme aux politiques familiales, pour se prononcer en faveur d’idées progressistes. Ils ont renoncé à l’ensemble de leur discours parce qu’ils pensaient qu’ils gagneraient plus d’élections et, au fil du temps, il a été prouvé que cela ne fonctionnait pas parce qu’en fin de compte, ils perdaient. Regardez ce qui s’est passé en Allemagne. Vous ne pouvez pas importer le produit qu’ils fabriquent à Bruxelles et l’imposer à vos citoyens, ce que les libéraux ont toujours fait en Hongrie. L’esprit hongrois, c’est que nous sommes ce que nous sommes, nous avançons et nous tenons bon la barre.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “Judit Varga, tête de liste Fidesz aux élections européennes : « L’immigration économique n’est pas un droit de l’homme » [Interview]”

  1. Jésus dit :

    “Si un pays a besoin de main-d’œuvre, il peut le faire par des voies légales, et il existe pour cela des ambassades, des consulats et des programmes de coopération avec des pays tiers.”
    “L’immigration économique n’est pas un droit de l’homme, mais l’asile en provenance d’une zone de guerre en est un.”
    “Tout le reste n’est que du vent” et ajoutons une vaste hypocrisie pour faire tirer les mouchoirs et rouler les gens dans la farine.
    A qui profite le crime ?

  2. patphil dit :

    les européens qui refusent de se plier aux diktats de l’ue seront sévèrement punis!

  3. Vincent dit :

    Excellente intervention de cette femme, qui est visiblement d’un tout autre niveau que nos “ministres et ministresses” et autres assimilés.

    Bravo !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, International, Politique, Sociétal

Immigration. La Hongrie condamnée à 200 millions d’euros d’amende par Bruxelles pour avoir défendu les frontières de l’UE

Découvrir l'article

Sociétal

L’Union Européenne finance largement un lobby trans

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « La Hongrie décidera de son propre destin, pas Bruxelles »

Découvrir l'article

A La Une, International

Fabrice Leggeri sur l’immigration : « Nous devons lutter contre le faux discours diffusé par les ONG et la Commission Européenne »

Découvrir l'article

International

Immigration. En dix ans, les dirigeants actuels de l’Union Européenne ont permis l’entrée de l’équivalent d’un nouvel Etat membre

Découvrir l'article

Sociétal, Société

9 pays de l’UE ont refusé de signer la déclaration européenne des droits LGBT

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Les prochaines élections européennes décideront de la guerre et de la paix en Europe »

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration. 15 pays de l’UE (la majorité donc…) souhaitent des transferts de migrants plus faciles vers des pays tiers

Découvrir l'article

Economie

L’UE approuve des limites strictes pour les transactions en espèces

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky