Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes : Expulsion programmée d’un bidonville Rrom à Malakoff, les élus de gauche s’insurgent

Le bidonville rrom de Malakoff, à Nantes, était diversement apprécié par les habitants du cru. Situé près d’une école, en proie à une certaine agitation nocturne, la mairie avait demandé son évacuation car le terrain occupé est un terrain communal. Depuis le jeudi 02 octobre, les forces de l’ordre sont attendus à tout moment pour procéder à l’expulsion des ressortissants, principalement des Rroms d’Europe de l’Est. La démarche de la mairie socialiste répond à un projet précis puisque celle-ci projette d’agrandir les locaux scolaires sur le terrain occupé.

Cette mesure de salubrité publique (le bidonville est un cloaque) et d’intérêt général provoque l’ire des représentants locaux de la Gauche. Ainsi Ségolène Amiot, députée LFI de la troisième de Loire-Atlantique parle de “décision inacceptable” alors que l’élue écolo Marie Vitoux (qui se définie elle-même comme “wokiste, islamogauchiste, féministe, radicale écologiste pastèque“) argue, au nom du groupe “écologiste et citoyen”, que l’errance de ces familles est indigne de notre ville de Nantes”.

Le problème est que, petit à petit, autour de Nantes se sont développés des bidonvilles rroms de façon anarchique. Le mini-bidonville de Malakoff n’étant que l’arbre qui cache la forêt d’antennes paraboliques. Un simple passage sur la rocade venant de Paris, du Pays de Retz ou du Vignoble suffit pour en apercevoir quelques uns qui s’étendent parfois sur des hectares. La municipalité nantaise entend mener à bien une «stratégie partenariale de résorption des bidonvilles» selon le charabia communicard. Mais comment ? En offrant un logement et un emploi salarié au SMIC pour 8h/jour à des populations ayant d’autres moeurs ? C’est pourtant ce que demande les élus NUPES : une solution de relogement et le maintien des enfants en milieu scolaire.

Mais qui empêche ces populations de prendre un emploi, de s’installer dans un logement et de scolariser leurs enfants ? Ou, plus simple encore, de le faire dans leur propre pays ? Rien.

Programmée jeudi en journée puis attendue vendredi (avec présence du député LFI Andy Kerbrat), l’expulsion n’a, à l’heure où nous écrivons ces lignes, toujours pas eu lieu et a même été reportée, l’Etat ayant, une fois de plus, capitulé.

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

10 réponses à “Nantes : Expulsion programmée d’un bidonville Rrom à Malakoff, les élus de gauche s’insurgent”

  1. Gaï de ROPRAZ dit :

    Si l’Etat capitule face aux mouvements de Gauche, c’est que l’Etat, et ses disciples, sont de Gauche. Ne vous posez pas de question : Votez à Droite et vous n’aurez plus à supporter ces merdes. CQFD !!!

  2. Bran ruz dit :

    Nuisances ! Vols ! Rats ! 🐀 par contre BMW devant les baraques en bois , chercher l’erreur !! Bref , ces gens qui n’ont rien a faire chez nous , sont en nombre dans toutes les grandes villes de France , et à Nantes comme ailleurs ( dans certains CHU leurs femmes viennent aux urgences pour effectuer des tests de grossesses alors que les services sont débordés !!), ils usent et abusent de notre système sociales !! Mais que tous ces islamos gauchos les prennent chez eux , leurs offrent gîtes et couverts , et surtout les assument économiquement. Finit le racket des français , pour à notre détriment entretenir des parasites qui viennent allègrement nous faire les poches en nous prenant de plus , pour des ravis de la crèche. Trop bon , trop con c’est terminé.

    • Mentalist dit :

      Traités plus bas que terre depuis des siècles, en Roumanie, Bulgarie et Hongrie, ils ont une revanche À prendre sur les non indo-européens de souche. Ce sont donc les français veules, candides, divisés et couards qui en font les frais.

  3. etienne boutonnet dit :

    Tolérance zéro avec le bien public, sinon c’est la porte ouverte à tous les excès.

  4. Geneviève Kilburg dit :

    Que ceux qui s’insurgent contre ce bidonville, prennent chez eux quelques unes de ces familles, ensuite, on en reparle, mais il est également inadmissible que des gens venus d’ailleurs refusent de s’intégrer, et préfèrent vivre “librement” et qu’ils ne prennent même pas la peine de nettoyer l’endroit qu’ils ont choisi et qu’ils laissent dans un état perpétuel de saleté malsaine, alors qu’ils ont tant de temps de libre ! La plupart ont un pays, et ils faut qu’ils comprennent que bientôt on ne pourra plus payer pour eux, en effet tous ces gens nous coûtent une fortune ! ce sont plusieurs milliards par an !

  5. John Smith dit :

    Des municipalités de la région parisienne ont essayé de les fixer en Roumanie, en leur payant un billet de retour et installant dans leurs villages de fortune des sanitaires, douches et salles de buanderie avec machines À laver.
    2 semaines plus tard tous ces équipements étaient démontés et revendus et ils sont revenus.
    Ils n’y a plus que les nantais pour croire que ces populations sont récupérables

  6. Le visionnaire dit :

    Lorsqu’un de chez eux est hospitalisé (aux frais de la princesse), c’est un défilé de tout le camp qui vient perturber la tranquillité des malades.
    Il n’est pas rare non plus que les vestiaires soient l’objet de visites.

  7. Hadrien Lemur dit :

    « les élus de gauche s’insurgent » Derrière cette petite phrase courante dans tous les médias, se trouve un dénominateur commun car, en effet, quand lesdits gauchos ouvrent leur grandes gueules pour râler c’est toujours au détriment de l’intérêt de la France et des Français. C’est à se demander si le droit de vote ne devrait pas être conditionné à un test de QI, en France et en Bretagne en particulier.

  8. Pastillac dit :

    Les socialistes nantais cherchent la quadrature du cercle. Jean-Marc Ayrault a délibérément attiré des familles Roms quand la Roumanie est entrée dans l’Europe. Elles sont venues… et en ont fait venir d’autres… et d’autres encore. Des camps se sont installés puis étendus, et la délinquance a augmenté. On ne sait plus quoi faire (ces familles savent parfaitement quoi faire, notez bien). Nantes Métropole a déjà englouti des millions d’euros dans des logements et des services d’accueil, et n’a réussi qu’à faire boule de neige. La position des socialistes, gauchistes et droitdelhommistes est : “Puisque le remède n’a pas marché, augmentez la dose !” Ces gens sont idiots ou intellectuellement malhonnêtes.

  9. patphil dit :

    les zélus de goche préfèrent voir des bidonvilles avec des immigrés , bravo la gauche

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

NANTES

Sacs et colliers arrachés, adolescents arrêtés pour extorsion : les élections n’arrêtent pas les délinquants

Découvrir l'article

NANTES

Nantes : Toujours plus de vols dans les superettes

Découvrir l'article

NANTES

6 personnes vont être jugées pour avoir importé de la drogue entre le Maroc et Nantes

Découvrir l'article

NANTES, Sociétal

Nantes. Entre un et 4 ans fermes pour des cambriolages avec des Alfa Roméo volées

Découvrir l'article

MORLAIX, NANTES, RENNES

Nantes, Rennes, Morlaix : l’extrême-gauche met le désordre après le premier tour des législatives

Découvrir l'article

NANTES

Nantes : vols, incendies, pick-pocket, policier braqué avec une arme factice…

Découvrir l'article

NANTES

Loire-Atlantique. Une arrestation pour vol au Hellfest, des interpellations dans un camp de Roms à Saint-Herblain, 25 000€ retrouvés en liquide sur un Soudanais

Découvrir l'article

NANTES

Bidonville à Nantes. 700 Roms à évacuer au nom d’un « pôle d’écologie urbaine », 50 millions d’euros d’argent public

Découvrir l'article

International

Violente agression d’un chauffeur de bus à Saint-Herblain

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

Quels sont les restaurants les mieux notés à Rennes et à Nantes selon Google Reviews ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky