Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vendée. Sans travail, touchant le RSA, ne parlant pas le français, ivre, il frappe sa femme

La France est désormais un simple guichet de prestations sociales auxquelles le monde entier peut prétendre ! En Vendée, ce jeudi 11 janvier, c’était un homme de nationalité russe qui était jugé par le tribunal de la Roche-sur-Yon. L’homme, dont on ne sait s’il est Tchétchène, Ossète ou d’une autre tribu du Caucase ou tout simplement slave, est arrivé en France il y a plus de deux ans. Il ne parle pas le français et n’a aucun revenu déclaré depuis un mois.

En avril 2023, il se serait présenté chez son ex-femme pour “récupérer son alliance”. Ce jour-là, le Russe a bien bu et, constatant que son ex-conjointe n’est pas là, il commence à s’énerver tout seul. La demi-bouteille de whisky correctement descendue parle quand madame rentre. Tournée générale ! La femme est mise à terre, la tête cognée contre le sol et bourrée de coups de poing. Le tout devant les enfants du couple, dont la fille qui finit par se réfugier chez les voisins. Avant que les gendarmes arrivent le forcené a eu cependant le temps de prendre sa voiture qu’il conduit bon an mal an au regard du taux d’alcool dans le sang. Au passage, un autre véhicule est percuté. Il sera finalement arrêté un peu plus loin.

Déféré devant le tribunal ce jeudi, il tente de minimiser les faits. Mais ne réussit pas à convaincre la cour. Ce n’était pas la première fois qu’il frappait son ex-femme puisque son casier porte la mention de condamnations passées, il est donc en état de récidive.

Sans travail, vivant au RSA, il est condamné à neuf mois de prison avec sursis. Aussi incroyable que celui puisse paraître, il n’est pas expulsé dans son pays. Par contre, il devra suivre un stage de sensibilisation aux violences conjugales.

Piéton forcé et ne parlant pas le français il va continuer à zoner chez nous avant de se retrouver une nouvelle compagne-victime. Les associations féministes étaient absentes des débats, le “salaud” du jour ne répondant peut être pas à leurs critères ?

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Vendée. Sans travail, touchant le RSA, ne parlant pas le français, ivre, il frappe sa femme”

  1. Georges dit :

    Comme il ne parle pas le français, il faudra lui procurer un professeur particulier payé par le contribuable pour lui permettre une intégration sociale.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Dinan, Justice, Local, Société, ST-MALO

Dinan/Saint-Malo : entre rites vaudou et violences, le calvaire d’une femme

Découvrir l'article

Société

Lio se rase la tête pour combattre le patriarcat. Doit-on se réjouir de la bêtise des féministes 2.0 ? [L’Agora]

Découvrir l'article

Ensauvagement, Immigration, Justice, Société

« Un travail normal ». Un Tunisien vole 600m de cuivre en Vendée

Découvrir l'article

Sociétal, Société

La Roche-sur-Yon (Vendée) : l’épicerie “Az-Zahra’A” fermée en urgence par le préfet

Découvrir l'article

Immigration, Local, NANTES

Nantes/La Roche-sur-Yon : un Afghan refuse de quitter son hébergement, l’Etat est impuissant

Découvrir l'article

A La Une, Politique, Société

“Le patriarcat n’existe pas”. Anne Trewby revient sur la construction d’un mythe [Interview]

Découvrir l'article

E brezhoneg, Ensauvagement, Immigration, Société

Vañde : an Tchetchen e gountell hir kondaonet

Découvrir l'article

Sociétal

Les étrangers deux fois plus représentés que les français dans les mis en cause pour violences conjugales en 2022

Découvrir l'article

E brezhoneg, Justice, Local, NANTES, Société

Naoned : an animatour ganet er Brazil a blije kalz dezhañ loeroù ar merc’hed bihan

Découvrir l'article

Dinan, Ensauvagement, Local, Sociétal, Société

Meurtre à Dinan. Le tabou des violences inter LGBT

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky