Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Narcos, la terreur au cœur de l’Europe

Arrivée par porte containeurs d’Amérique du sud, une marée de cocaïne submerge les grands ports européens. Pour contrôler ce trafic très lucratif, les narco-mafias terrorisent, corrompent.

Pour empêcher des arrestations ou influencer la justice, les “narcos” n’hésitent plus à s’attaquer à des magistrats, des journalistes et mêmes à des ministres : ils sont menacés, enlevés, tués ! Les attaques contre les Etats Européens ont pris une telle ampleur qu’on parle désormais de narco terreur, le terrorisme des trafiquants.

Dans la guerre de la cocaïne, les polices européennes ont fini par remporter une victoire retentissante : en infiltrant leurs communications cryptées les plus secrètes, ils ont fait tomber des centaines de trafiquants. Mais ils ont aussi découvert – avec stupeur – l’ampleur industrielle du trafic, et un niveau de violence entre trafiquants qui dépasse l’entendement.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Narcos, la terreur au cœur de l’Europe”

  1. gautier dit :

    il ne faut pas se mentir, c’est l’argent que rapporte cette saloperie qui enrichie les notables mondiaux pour faire des guerres et rendre les peuples sous domination ! alors que faire pour arrêter cela, il ne le ferons jamais !

  2. domper catalan français dit :

    Tant qu’il y aura des clients le trafic sera rentable et impossible à eradiquer. La question est de savoir pourquoi autant de drogués dans les pays ” riches ” ? La décadence des populations programmée par le mondialisme poussent les gens au désespoir et à la consommation de drogues pour ” oublier ” leur pauvre vie et leur avenir incertain. Un drogué ne se révoltera jamais contre le pouvoir du moment qu’il a sa dose….quant au trafic dans les cités, il fait vivre tout un tas de familles sans emploi du plus petit ” chouffeur ” mineur au caïds de banlieues qui s’entretuent pour la conquête de territoires lucratifs. On imagine mal nos politiques pétochards arrêter ce cancer de la société !

  3. kaélig dit :

    Il faut demander au Président Bukele du Salvador plébiscité à 90% par sa population comment “Traiter” les trafiquants de drogue !

  4. gaudete dit :

    tant que des politiques de haut niveau seront client ça ne s’arrêtera pas

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

ST-BRIEUC

Trafic de drogue démantelé dans l’agglomération de Saint-Brieuc : cinq personnes mises en cause

Découvrir l'article

BREST

Saisie de cocaïne : la Marine en première ligne contre le trafic de drogue

Découvrir l'article

PONTIVY

Trafic de cocaïne à Pontivy : un réseau démantelé, six personnes écrouées

Découvrir l'article

DOUARNENEZ

Coup de filet anti-drogue à Quimper et Douarnenez : six hommes incarcérés

Découvrir l'article

A La Une, Ensauvagement, Local, Santé, Sociétal

Santé publique. La Bretagne administrative, plus que jamais une terre de consommateurs de drogues et d’alcool ?

Découvrir l'article

PONTIVY

Trafic de drogue et violences à Pontivy : Des Albanais condamnés

Découvrir l'article

Local

Trafic de drogue à Plélan-le-Petit : un homme condamné à 18 mois de prison dont 6 avec sursis

Découvrir l'article

BREST, Ensauvagement, Immigration, Justice

Brest. Un Guyanais arrêté avec plus de 500 g de cocaïne, un SDF de Djibouti incendie le Crédit Agricole

Découvrir l'article

BREST, Ensauvagement, Justice, Sociétal

Brest. Trafic de drogue à Bellevue : 116 000 € en liquide et 3 kg de cocaïne chez le bénéficiaire du RSA

Découvrir l'article

BREST

Trafic de drogue à Brest : un dealer condamné à 12 mois de prison dont 4 fermes

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky